Population et inégalités dans le monde
search
  • Population et inégalités dans le monde

Population et inégalités dans le monde

18,01 €

Dirigé par Éloïse Libourel

Avec la collaboration de P. Ageron, B. Bret, L. Coudrier, M. Delassalle, P. Denmat, S. Depraz, H. Dubucs, C. Faliès, M.-F. FLeury, D. Florentin, M. Gérardot, J. Jost, E. Le Goff, C. Luxembourg, K. Marius, M. Sabrié, M. Schorung, J.-F. Steck, N. K. Zeggaï.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

LA référence pour le sujet de géographie des khâgnes

Fiche technique

Référence
460670
ISBN
9782350306704
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
544
Reliure :
broché

INTRODUCTION

 

REPÈRES

 

LES INÉGALITÉS EN GÉOGRAPHIE:
UNE CLEF POUR ÉTUDIER LES POPULATIONS

PENSER LES INÉGALITÉS EN SCIENCES SOCIALES... ET EN GÉOGRAPHIE ?

VERS UNE ANALYSE DE LA DIMENSION SPATIALE DES INÉGALITÉS
AU SEIN DES POPULATIONS

 

LES GRANDS ENJEUX DE LÉTUDE DE LA POPULATION EN GÉOGRAPHIE

ÉTUDIER LA POPULATION,
C’EST ÉTUDIER SON INÉGALE RÉPARTITION DANS L’ESPACE

ÉTUDIER LA POPULATION, C’EST EN ÉTUDIER LES DYNAMIQUES

VERS UNE ÉTUDE QUALITATIVE DES POPULATIONS

LA MONDIALISATION,
CONTEXTE ET FACTEUR DE LACCROISSEMENT DES INÉGALITÉS

LA MONDIALISATION :
UN PROCESSUS GÉOÉCONOMIQUE COMPLEXE ET INÉGALITAIRE

QUELS FACTEURS DES INÉGALITÉS DANS UNE ÉCONOMIE GLOBALISÉE ?

LA PRODUCTION D’INÉGALITÉS TERRITORIALES ET SOCIALES PAR LA MONDIALISATION

QUEST-CE QUE LA JUSTICE SPATIALE ?

L’INÉGALITÉ TERRITORIALE ET LA JUSTICE

L’ÉGALITÉ DÉMOCRATIQUE ET LE TERRITOIRE

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ET RÉPARATION DES INJUSTICES

LA JUSTICE SPATIALE à L’ÉPREUVE DES ÉCHELLES GÉOGRAPHIQUES

CONCLUSION

APPROCHES RÉGIONALES

 

L’EUROPE : CONTINENT DINÉGALITÉS ?

DES DYNAMIQUES DÉMOGRAPHIQUES CONTRASTÉES

DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES
AU PRISME DES DYNAMIQUES CONTEMPORAINES

GÉRER LES INÉGALITÉS EN EUROPE:
QUELS ACTEURS ? QUELLES POLITIQUES ?

LES INÉGALITÉS DANS LESPACE MÉDITERRANÉEN: APPROCHE MULTISCALAIRE

À L’ÉCHELLE RÉGIONALE :
LA MÉDITERRANÉE COMME INTERFACE NORD-

À L’ÉCHELLE NATIONALE :
DES ESPACES MÉDITERRANÉENS DYNAMIQUES OU EN RETRAIT ?

À L’ÉCHELLE LOCALE :
DES VILLES MÉDITERRANÉENNES PARTICULIÈREMENT INÉGALITAIRES ?

 

L’AFRIQUE, CONTINENT INÉGALITAIRE

APPRÉHENDER LES INÉGALITÉS EN AFRIQUE : CATÉGORIES ET DONNÉES

L’AFRIQUE, UN CONTINENT CONFRONTÉ À DES INÉGALITÉS
 ÉCONOMIQUES MULTIPLES

LES SOCIÉTÉS AFRICAINES FACE À LA PAUVRETÉ ET À SES CONSÉQUENCES

LES INÉGALITÉS, UN ENJEU POLITIQUE

 

POPULATION ET INÉGALITÉS EN AFRIQUE AUSTRALE

 UNE DISTRIBUTION DE LA POPULATION
HÉRITÉE DE L’ÉPOQUE COLONIALE

DES INÉGALITÉS À L’ÉCHELLE DE L’AFRIQUE AUSTRALE

DES INÉGALITÉS ENTRE VILLES ET CAMPAGNES

DES INÉGALITÉS RACIALES ET DE GENRE

CONCLUSION

 

MIGRATIONS ET MINORITÉS DANS LE GOLFE

UN CARREFOUR MIGRATOIRE MAJEUR MAIS PARADOXAL


RÉPONSE FLEXIBLE AU MARCHÉ DU TRAVAIL
ET POLITIQUE DE NON-INTÉGRATION :
 UN MODÈLE MIGRATOIRE GOLFIEN ?

UN MODÈLE MIS À MAL MAIS RÉSILIENT

 

L’INDE, UN GÉANT DÉMOGRAPHIQUE AUX PIEDS DARGILE

UNE TRANSITION DÉMOGRAPHIQUE EN VOIE D’ACHÈVEMENT

LES DÉFIS DE L’ÉDUCATION ET DE LA SANTÉ

INÉGALITÉS ET POLITIQUES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ RURALE

DES VILLES CONTRASTÉES .

 

POPULATION ET INÉGALITÉS EN ASIE DU SUD-EST

UN “MIRACLE ASIATIQUE” DIFFÉRENCIÉ EN ASIE DU SUD-EST, MALGRÉ UNE VOLONTÉ SUPRANATIONALE
DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL HARMONIEUX

DES INÉGALITÉS AUX ÉCHELLES NATIONALES

DES INÉGALITÉS EXACERBÉES DANS LES VILLES

 

POPULATION ET INÉGALITÉS EN CHINE

LA CHINE, UN PAYS DÉVELOPPÉ
QUI A FAIT FACE AUX DÉFIS DU DÉVELOPPEMENT

LA CHINE, UN PAYS ÉMERGENT
OÙ LES INÉGALITÉS S’ACCROISSENT À TOUTES LES ÉCHELLES

LES POLITIQUES DE LUTTE CONTRE LES INÉGALITÉS EN CHINE,
UN ALIBI POUR ASSURER LA STABILITÉ DU RÉGIME?

 

POPULATION ET INÉGALITÉS AU BRÉSIL

DES INÉGALITÉS À TOUTES LES ÉCHELLES

UNE HISTOIRE RÉVÉLATRICE DE LA SITUATION ACTUELLE

LES ACTIONS PUBLIQUES POUR PALLIER LES INÉGALITÉS

CONCLUSION

 

POPULATION ET INÉGALITÉS EN AMÉRIQUE LATINE

LES TERMES DE L’INÉGALITÉ

PASSAGES ET BLOCAGES

LES FIGURES SPATIALES DE L’INÉGALITÉ

 

LES ÉTATS-UNIS : PHARE MONDIAL DES INÉGALITÉS ?

DES DYNAMIQUES DÉMOGRAPHIQUES CONTRASTÉES

LES ÉTATS-UNIS : ÉPICENTRE DES INÉGALITÉS


IMPLICATIONS TERRITORIALES DES INÉGALITÉS

 

LES POPULATIONS
 FACE À L’INÉGAL DÉVELOPPEMENT

 

LES INÉGALITÉS DE DÉVELOPPEMENT : DE LAPPROCHE ÉCONOMIQUE À LINTÉGRATION DES CRITÈRES SOCIAUX ET ENVIRONNEMENTAUX

DU DÉVELOPPEMENT AU DÉVELOPPEMENT DURABLE :
QUELLE ÉVOLUTION DE LA PRISE EN COMPTE DES INÉGALITÉS ?

DES INÉGALITÉS ENVIRONNEMENTALES
QUI S’ACCROISSENT SOUS L’EFFET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

VERS UNE GOUVERNANCE
POUR RÉDUIRE LES INÉGALITÉS ENVIRONNEMENTALES

 

RESSOURCES NATURELLES ET INÉGALITÉS SOCIOSPATIALES

UN ACCÈS INÉGALITAIRE AUX RESSOURCES

LES RESSOURCES : MOTEUR DU DÉVELOPPEMENT OU DES INÉGALITÉS ?

 

LES INÉGALITÉS ALIMENTAIRES : DU CHAMP À LASSIETTE

L’AGRICULTURE : 40 % DE LA POPULATION ACTIVE DANS LE MONDE,

MAIS DE FORTES INÉGALITÉS

SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET INÉGALITÉS,
LE “DOUBLE FARDEAU DE LA MALNUTRITION” (FAO)

ASSURER LA JUSTICE ALIMENTAIRE
POUR RÉDUIRE LES INÉGALITÉS SOCIALES ?

 

LES INÉGALITÉS DE SANTÉ

LA TRANSITION ÉPIDÉMIOLOGIQUE :
VERS UNE RÉDUCTION DES INÉGALITÉS FACE AUX MALADIES
À L’ÉCHELLE MONDIALE?

DE LA MALADIE À L’ÉTAT DE SANTÉ :
LECTURE DES INÉGALITÉS PAR LES DÉTERMINANTS DE LA SANTÉ

LA SANTÉ GLOBALE :
REPENSER LES INÉGALITÉS DE SANTÉ À L’ÉCHELLE MONDIALE

 

LES INÉGALITÉS SCOLAIRES

MESURER LES INÉGALITÉS D’ACCÈS AUX STRUCTURES SCOLAIRES

ÊTRE “À DISTANCE DE L’ÉCOLE” : L’EXPLICATION-CLEF ?

D’AUTRES EXPLICATIONS POSSIBLES :
CHOIX ET STRATÉGIES DES ACTEURS

 

APPROCHES THÉMATIQUES DES INÉGALITÉS

 

MIGRATIONS, POPULATIONS ET INÉGALITÉS : UN MONDE MOBILE GÉNÉRATEUR DE (MAL)DÉVELOPPEMENT TERRITORIALISÉ

LES MOBILITÉS MIGRATOIRES,
SOLUTIONS DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ?

REPRODUCTION, AUGMENTATION OU RÉDUCTION DES INÉGALITÉS
ENTRE LES POPULATIONS MIGRANTES ET AVEC LA SOCIÉTÉ D’ACCUEIL

 

MOBILITÉS ET TRANSPORTS, RÉVÉLATEURS DES INÉGALITÉS

DE FORTES INÉGALITÉS D’ACCÈS À LA MOBILITÉ :
DÉTERMINANTS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX

DES INÉGALITÉS TERRITORIALES MAJEURES
DANS L’ACCÈS À LA MOBILITÉ

RÉDUIRE LES INÉGALITÉS D’ACCÈS À LA MOBILITÉ
PAR L’AMÉNAGEMENT ET LES TRANSPORTS

 

MISE EN VALEUR DES TERRITOIRES TOURISTIQUES ET INÉGALITÉS DANS LE MONDE

L’INÉGALE DIFFUSION DES FLUX TOURISTIQUES INTERNATIONAUX

LE TOURISME, FACTEUR DE DÉVELOPPEMENT

DES PRATIQUES TOURISTIQUES CONTRASTÉES :
LES EXEMPLES DE VENISE ET DE DUBAÏ

 

LES RÉSEAUX TECHNIQUES URBAINS : UN RÉVÉLATEUR DINÉGALITÉS ?

LE MYTHE DU RÉSEAU UNIVERSEL

L’ACCÈS AUX SERVICES ESSENTIELS,
 UNE QUESTION DE RÉGULATION ET DE VOLONTÉ POLITIQUE

 

MINORITÉS ET INÉGALITÉS

LES INÉGALITÉS SONT CUMULATIVES
ET LES MINORITÉS SONT LES PLUS TOUCHÉES

COMMENT LUTTER CONTRE LES INÉGALITÉS
QUI TOUCHENT LES MINORITÉS?

LA MINORITÉ DES ULTRA-RICHES, GRANDE CRÉATRICE D’INÉGALITÉS

CONCLUSION

 

ÉLÉMENTS DANALYSE
POUR UNE LECTURE SPATIALE DES INÉGALITÉS DE GENRE

LA MESURE INSTITUTIONNELLE DES INÉGALITÉS DE GENRE

VIOLENCES ET RAPPEL À L’ORDRE DES NORMES

ÉCHELLES SPATIALES D’INÉGALITÉS : 
EXEMPLES DE LECTURES RÉGIONALES

INSTITUTIONNALISATION DES OUTILS DE LUTTE POUR L’ÉGALITÉ : L’EXEMPLE DU GENDER MAINSTREAMING

 

GRANDES DYNAMIQUES CONTEMPORAINES

 

LES LITTORAUX DANS LE MONDE:
DES ESPACES MARQUÉS PAR DES INÉGALITÉS DE PEUPLEMENT

L’INÉGALE RÉPARTITION
DE LA POPULATION VIVANT LE LONG DES LITTORAUX

L’URBANISATION EN MÉDITERRANÉE
FACTEUR DE LITTORALISATION ET D’ACCROISSEMENT DES INÉGALITÉS

DES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT DU LITTORAL CONTRASTÉES : L’EXEMPLE DES PAYS DU MAGHREB

 

MÉTROPOLISATION ET INÉGALITÉS,
ENTRE VILLE COMPÉTITIVE ET RECHERCHE DE COHÉSION

UNE URBANISATION CROISSANTE
QUI CONCENTRE RICHESSES ET PAUVRETÉ DANS DES LIEUX DENSES

L’ARCHIPEL MÉGALOPOLITAIN MONDIAL, REFLET DES INÉGALITÉS :
“LA COMPÉTITIVITÉ AU PRIX DE L’EXCLUSION” [PIERMAY ET AL., 2014]

À L’ÉCHELLE INTRA-URBAINE, ENTRE UN ESPACE VÉCU CAPTIF, AMPLIFICATEUR DES INÉGALITÉS
ET UN VOLONTARISME DE LA COHÉSION SOCIALE :
LES MOTS ET LES MAUX DES POLITIQUES URBAINES

 

DÉCROISSANCE URBAINE, SHRINKING CITIES : EXTENSION DU DOMAINE DES INÉGALITÉS URBAINES ?

DÉCROISSANCE URBAINE : LA FACE SOMBRE DE LA MONDIALISATION ?

LA DÉCROISSANCE URBAINE, UNE SIMPLE AFFAIRE DE DÉMOGRAPHIE ?

LA DÉCROISSANCE URBAINE, UNE GÉOGRAPHIE DES PETITES VILLES ? DES STRATÉGIES DIFFÉRENCIÉES D’ADAPTATION

 

LES POPULATIONS RURALES :
UNE INÉGALITÉ INSURMONTABLE FACE À LA VILLE ?

UN CONSTANT PROBLÈME GÉOGRAPHIQUE : DÉFINIR LE RURAL

DES INÉGALITÉS D’ÉQUIPEMENT ET D’ACCÈS AUX SERVICES

UN RETARD SOCIO-ÉCONOMIQUE INSURMONTABLE DES CAMPAGNES ?

CONCLUSION : LA RURALITÉ, MIROIR DES INÉGALITÉS SOCIALES

 

INÉGALITÉS ET INJUSTICES AU SEIN DU MONDE RURAL

LA PLURALITÉ DES TRAJECTOIRES DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIALES DES CAMPAGNES

TENSIONS ET CONTRAINTES TERRITORIALES DANS LES CAMPAGNES

CONFLITS ET RÉACTIONS DANS LES MARGES RURALES

CONCLUSION

 

OUTILS

 

NOTIONS

QUELS OUTILS POUR MESURER LES INÉGALITÉS ?

TRANSITIONS ET INÉGALITÉS :
VERS UNE RÉDUCTION DES INÉGALITÉS À L’ÉCHELLE MONDIALE?

LE DROIT À LA VILLE

 

ZOOMS

LA RUSSIE : UN GÉANT DÉMOGRAPHIQUE EN CRISE

L’AMÉRIQUE CENTRALE :
UNE RÉGION CONTRASTÉE, DES DIFFICULTÉS MAJEURES


SAN FRANCISCO : CAPITALE DES INÉGALITÉS

POPULATIONS ET INÉGALITÉS DANS LES MÉTROPOLES ÉTATS-UNIENNES: LECTURE À TRAVERS LES SÉRIES TÉLÉVISÉES

LES OUTRE-MERS FRANÇAIS ET LES INÉGALITÉS AVEC LA MÉTROPOLE

LA CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE AU NIGERIA, UN FREIN AU DÉVELOPPEMENT ?

ENTRE TRADITION ET MODERNITÉ :
LA QUESTION DE LA MARGINALITÉ DES SAMIS ÉLEVEURS DE RENNES

LE TOURISME AU COSTA RICA :
FACTEUR DE DÉVELOPPEMENT ET VECTEUR D’INÉGALITÉS

LE PROGRAMME AADHAAR EN INDE

CASTES, CLASSES ET INÉGALITÉS SOCIALES EN INDE

LE SYSTÈME DU HUKOU EN CHINE ET SA LENTE RÉFORME LES INÉGALITÉS FONCIÈRES ET LE MOUVEMENT DES SANS-TERRE AU BRÉSIL . . . . . . .

 

STATISTIQUES, CARTES, CLICHÉS

TABLEAUX

FIGURES

CARTES


CLICHÉS

 

BIBLIOGRAPHIE

GLOSSAIRE

LISTE DES SIGLES

Dirigé par Éloïse Libourel (Léon Blum et Albert Schweitzer).

Pierre Ageron (Fustel-de-Coulanges), Bernard Bret (Lyon III), Laurent Coudrier (Gambetta-Carnot), Martin Delassalle (Wattrelos), Pierre Denmat (Victor Hugo), Samuel Depraz (Lyon III), Hadrien Dubucs (Sorbonne Abu Dhabi), Cécile Faliès (Paris I), Marie-Françoise Fleury (Metz), Daniel Florentin (Mines), Maie Gérardot (Georges de la Tour), Jérôme Jost (Jacqueline de Romilly), Erwan Le Goff (Ernest Renan), Corinne Luxembourg (ENSA Paris Vilette), Kamala Marius (Bordeaux Montaigne), Marion Sabrié (Évry), Matthieu Schorung (Gustave Eiffel), Jean-Fabien Steck (Nanterre), Nassima Kacimi Zeggaï (CEMOTEV).

Pierre Ageron, agrégé et docteur en Géographie, enseigne en classes préparatoires littéraires au lycée Fustel-de-Coulanges (Strasbourg). Ses recherches portent principalement sur les dynamiques de la métropoli- sation contemporaine, à travers les dynamiques multiscalaires des réseaux de transports. Il a rédigé les chapitres portant sur la métropolisation et sur les migrations.

Bernard Bret est agrégé de Géographie et titulaire d’un doctorat d’État. Spécialiste du Brésil (sa thèse porte sur le Nordeste), il a mené des recherches sur les inégalités sociospatiales. Il a longtemps enseigné à l’université Paris-Val de Marne (aujourd’hui Paris-Est) ainsi qu’à l’IEP (Sciences Po) puis a été professeur à l’université Paris 8 Vincennes-Saint Denis et enfin à l’université Jean Moulin Lyon 3. Ses travaux l’ont conduit à une réflexion géoéthique. De ses publications, on retiendra notamment son livre paru en 2015 Pour une géographie du juste, Lire les territoires à la lumière de la philosophie morale de John Rawls (Presses universitaires de Paris-Ouest). Dans le présent ouvrage, il a rédigé le chapitre sur la justice spatiale et le zoom sur le droit à la ville.

Laurent Coudrier est agrégé de Géographie et enseignant en CPGE littéraire et économique et commerciale au lycée Gambetta-Carnot (Arras). Il enseigne aussi en master professionnel le patrimoine naturel et en licence la géopolitique contemporaine à l’université d’Artois. Il participe à la préparation aux concours de l’agrégation et du Capes à l’université de Lille et de Valenciennes. Il a rédigé les chapitres sur les inégalités en géographie et sur les inégalités scolaires, ainsi que les zooms sur les indicateurs de richesse, de pauvreté et de développement.

Martin Delassalle est agrégé de Géographie. Il a travaillé sur la dimension politique du tourisme entre la Chine et Taiwan dans le cadre de ses travaux de master. Aujourd’hui il enseigne au lycée Émile Zola à Wattrelos. Il a rédigé le chapitre sur la Chine.

Pierre Denmat est agrégé de Géographie, professeur d’histoire- géographie au lycée Paul Langevin (Suresnes), professeur de géographie en CPGE au lycée Victor Hugo (Paris) et doctorant à l’université Paris Nanterre (UMR LAVUE, CNRS 7218, équipe Mosaïques). Ses recherches portent sur les liens entre géographie et séries télévisées, ainsi que sur la didactique de la géographie. Ses terrains de recherche sont les États-Unis et l’Afrique du Sud, et plus particulièrement les métropoles de New York et de Johannesburg. Il a rédigé le chapitre sur l’Afrique australe et le zoom sur les métropoles états-uniennes à travers les séries TV.

Samuel Depraz, agrégé de Géographie, est enseignant-chercheur à l’université de Lyon (Jean Moulin - Lyon III) et membre du laboratoire Environnement, Ville, Société (UMR 5600 EVS). Ses travaux portent sur la géographie sociale de l’environnement et des espaces ruraux, en France et à l’échelle européenne en particulier. Il s’intéresse en particulier aux processus d’inscription spatiale des inégalités dans les campagnes (contraintes écologiques, hyper-ruralité, gentrification rurale). Il a récemment publié Acceptation sociale et développement des territoires (2015) et La France des marges (2017). Pour ce manuel, il a rédigé les chapitres sur les populations rurales et sur les injustices et inégalités dans le monde rural, ainsi que les zooms sur l’opposition villes/campagnes, sur le hukou et sur le Mouvement des Sans-Terres.

Hadrien Dubucs est agrégé de Géographie et maître de conférences à Sorbonne Université, actuellement en poste à Sorbonne Université Abu Dhabi. Il est rattaché au Laboratoire Médiations – Sciences des Lieux, Sciences des Liens, Unité de recherche de Sorbonne Université. Dans le présent ouvrage, il a rédigé le chapitre sur les pays du Golfe.

Cécile Faliès est agrégée et maître de conférences en Géographie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne où elle enseigne la géographie du développement et la géomatique. Au sein de l’UMR 8586 PRODIG elle développe ses thématiques de recherche principales: relations villes- campagnes, métropolisation, foncier principalement dans le cône sud- américain. Elle a rédigé le chapitre sur l’Amérique latine.

Marie-Françoise Fleury est maître de conférences en Géographie, à l’UFR Sciences Humaines et Sociales, site de Metz, université de Lorraine. Elle est co-responsable du master MEEF ett chercheur au LOTERR (EA7304). Elle mène des recherches portant principalement sur le Brésil et plus particulièrement sur l’Amazonie brésilienne et les fronts pionniers. Elle a codirigé en 2014 un numéro d’Espace Populations Sociétés, et rédigé des chapitres et des articles dans des ouvrages de géographie. Dans le présent ouvrage, elle a corédigé les chapitres sur les minorités et sur le Brésil.

Daniel Florentin est maître-assistant en environnement et études urbaines à l’École des Mines de Paris, au sein de l’Institut Supérieur d’ Ingénierie et de Gestion de l’ Environnement (ISIGE), chercheur associé au Centre de Sociologie de l’Innovation (CSI) et au Laboratoire Techniques, Territoires, Sociétés (LATTS). Ses travaux portent sur la manière dont les transitions environnementales, énergétiques et sociopolitiques transforment les services urbains (réseaux d’eau et d’énergie) et les travaux publics (construction, voirie). Cela l’amène à travailler notamment sur les enjeux de décroissance urbaine, d’économie circulaire et de maintenance. Il a rédigé les chapitres concernant les shrinking cities et les réseaux techniques urbains.

Maie Gérardot est agrégée et docteure en Géographie et aménagement. Elle est professeur en CPGE au lycée Georges de la Tour (Metz). Elle a corédigé les chapitres sur les minorités et sur le Brésil.

Jérôme Jost est professeur d’Histoire-Géographie-EMC dans l’académie de Créteil. Il s’intéresse en particulier aux questions de développement et de développement durable. Il est coauteur du chapitre “Du développement au développement durable: vers une prise en compte multifactorielle des inégalités” et il a rédigé le chapitre sur la Méditerranée, ainsi que les zooms sur la minorité sami, sur le Nigeria et sur le Costa Rica.

Erwan Le Goff est agrégé de Géographie et enseignant en CPGE littéraires au lycée Ernest Renan (Saint-Brieuc). Docteur en Géographie, spécialisé en géographie de la santé, il a rédigé les chapitres consacrés à la santé et à l’alimentation ainsi que le zoom sur les transitions.

Éloïse Libourel est agrégée de Géographie et enseignante en CPGE littéraires au lycée Léon Blum (Créteil) et en CPGE économiques au lycée Albert Schweitzer (Le Raincy). Elle est chercheuse associée au Laboratoire Ville Mobilité Transport (UMR-T 9403), où elle mène des recherches portant principalement sur les politiques de transport en Europe, sur l’aménagement des territoires et sur les stratégies d’acteurs. Elle a dirigé cet ouvrage et rédigé le chapitre sur les enjeux de l’étude de la population en géographie et corédigé les chapitres sur le développement, sur l’Europe, sur les transports et les mobilités ainsi que le zoom sur les acteurs de la réduction des inégalités.

Corinne Luxembourg est maîtresse de conférences HDR à l’ENSA Paris La Villette. Elle est membre de l’unité de recherches Discontinuités (EA 2468) de l’équipe Architecture, Milieu, Paysage. Elle travaille principalement sur les dynamiques spatiales des rapports de genre. Elle envisage une lecture spatiale de l’intersectionnalité. Elle mène des travaux méthodologiques sous la forme de recherche-action participative grâce à la complicité d’artistes du spectacle vivant. Sur ces thématiques elle a codirigé deux ouvrages La ville : quel genre (2017) et Les sens de la ville (2020). Dans cet ouvrage elle a rédigé le chapitre Éléments d’analyse pour une lecture spatiale des inégalités de genre.

Kamala Marius est maîtresse de conférences HDR à l’université Bordeaux-Montaigne, chercheure au LAM (Sciences Po Bordeaux) et membre associée à l’Institut Français de Pondichéry (Inde). Auteure de nombreux articles et ouvrages sur l’Inde, notamment sur les inégalités de genre, elle poursuit actuellement ses recherches sur les dynamiques urbaines et socio-économiques indiennes. Elle a rédigé le chapitre sur l’Inde et les zooms sur le programme Aadhaar et sur les castes en Inde.

Marion Sabrié, géographe, qualifiée maître de conférences en 2015, chercheure associée à IDEES (UMR 6662), travaille aujourd’hui sur la métropolisation de Yangon et ses défis. Sa thèse porte sur le rôle joué par le fleuve Irrawaddy dans l’intégration nationale et internationale de la Birmanie. Investie dans la préparation des concours de l’enseignement, elle a enseigné en master MEEF à l’université Paris 8, ainsi qu’à l’uni- versité Rouen-Normandie et enseigne dans celui de l’université d’Évry depuis septembre 2020. Elle a également donné des cours dédiés à la géographie de l’Asie du Sud-Est à l’Institut national des langues et des civilisations orientales (INALCO) à Paris pendant plusieurs années. Elle a écrit le chapitre consacré aux populations et inégalités en Asie du Sud-Est.

Matthieu Schorung est docteur en Géographie et aménagement de l’université Paris-Est et actuellement post-doctorant de la chaire Aménager le Grand Paris (École d’urbanisme de Paris/université Gustave Eiffel). Il est rattaché au Laboratoire Ville Mobilité Transport. Il mène des recherches portant principalement sur les politiques de transport aux États-Unis, sur la grande vitesse ferroviaire, sur l’aménagement des territoires et sur la coordination urbanisme-transport. Il a rédigé les chapitres sur la mondialisation, sur les États-Unis et sur les ressources et corédigé les chapitres sur l’Europe et sur les mobilités et transports. Il a également rédigé les zooms sur la Russie, l’Amérique centrale, San Francisco et les outre-mers.

Jean-Fabien Steck est agrégé de Géographie et maître de conférences habilité à diriger des recherches en géographie. Il enseigne à l’université de Paris Nanterre et est chercheur au sein de l’équipe Mosaïques de l’UMR LAVUE. Ses travaux portent sur les territoires urbains informels, sur la planification urbaine et sur les injonctions à la durabilité en Afrique. Il a rédigé le chapitre sur l’Afrique.

Nassima Kacimi Zeggaï, est docteure en Géographie de l’université Paris-Sorbonne et qualifiée maître de conférences en section 23. Elle a rejoint l’équipe du CEMOTEV en tant que chercheuse associée en 2020. Elle a exercé pendant plus de dix ans en Algérie en tant qu’ingénieure en aménagement du territoire, au Gouvernorat du Grand-Alger puis au Ministère de l’ aménagement du territoire et de l’ environnement. Elle enseigne depuis 2016 à l’université de Versailles Saint-Quentin-en- Yvelines en licence de Géographie et en master Valorisation touristique des patrimoines et préservation de l’environnement. Avec Raymond Woessner, elle a co-écrit Les littoraux dans le monde, publié aux Éditions Atlande en 2019. Dans le présent ouvrage, elle a rédigé le chapitre consacré à la littoralisation et celui sur le tourisme.

        Les inégalités face à l’accès à la terre

    Il s’agit d’un sujet épineux au Brésil. Le Brésil est une terre de latifundisme, caractérisé par de très grandes, voire immenses propriétés, surtout dans le Centre-Ouest et dans la région Nord alors que, dans le Nordeste, c’est le mini ou le microfundisme qui domine. Les propriétés de plus de 2000 hectares représentent à l’échelle nationale moins de 1 % du total mais occupent 42,4 % des terres cultivées tandis que 33,7 % des propriétés sont de l’ordre de 4,7 hectares (1,4 % du total des surfaces cultivées). L’histoire du Brésil est jalonnée d’épisodes favorisant la grande propriété comme la dictature militaire (1964 à 1985). En 1964, l’Amazonie est vide d’hommes et le Nordeste, qui réclame à cor et à cri une réforme* agraire, devient une poudrière. L’idée des dirigeants est donc d’inciter les Nordestins à aller s’installer dans la région Nord pour faire l’économie d’une réforme agraire. L’État a encouragé les migrations internes, par le Plan d’Intégration Nationale (PIN) d’Emilio Garrastazu Medici, destiné à peupler l’Amazonie brésilienne en “donnant des terres sans hommes à des hommes sans terres”. L’Amazonie brésilienne était en effet entrée dans une profonde léthargie après la fin du boom du caout- chouc en 1920, et il devenait urgent de la redynamiser.
    La grande propriété explique le succès des performances de l’agriculture brésilienne. Cependant, elle est essentiellement aux mains des populations blanches, tandis que la petite propriété familiale revient aux
caboclos, à l’origine métis de blanc et d’Indienne, devenus synonyme de paysans pauvres. Le mot à lui seul est révélateur que métissages et minorités sont associés à la pauvreté.