Atonement, Ian McEwan et Joe Wright Agrandir

Atonement, Ian McEwan et Joe Wright

Par Adèle Cassigneul et Elsa Cavalié

Plus de détails

460459

9782350304595

18,01 €

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Clefs Concours

S'adressant à tous les candidats aux concours, en particulier à l'agrégation et au Capes, Clefs Concours offre une synthèse par sujet. Conçu comme un repère par rapport aux monographies et aux cours et comme un outil de révision, chaque ouvrage est articulé autour de fiches thématiques permettant de faire le point sur les acquis de la recherche.
Synthèse des travaux les plus récents, Clefs Concours permet de s'orienter dans la bibliographie et de mettre en perspective l'évolution des savoirs.

Clefs concours Anglais - Littérature
Tous les titres sont organisés autour d’une structure commune :
- des repères : un rappel du contexte historique et littéraire ;
- les grandes thématiques, indispensables à la compréhension des enjeux de la question ;
- des ouvertures pour des pistes de réflexion ;
- des outils méthodologiques, notamment bibliographiques ;
- un système de circulation pratique entre les fiches et les références.


  • Hauteur : 17,8
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 192

Introduction

Repères

L'auteur et son oeuvre
L'oeuvre et son contexte
Joe Wright, cinéaste-adaptateur

Problématiques

Héritages
Points de vue
Ecritures
Conflits
Enjeux éthiques

Synthèse et perspectives

"Have you seen these frocks" ? (Schwartz, 2007)
Atonement et les enjeux de la catégorisation

Bibliographie

Glossaire

Adèle Cassigneul est professeur agrégé à l'université Toulouse 2.

Elsa Cavalié est maître de conférences à l'Université d'Avignon.

"Alors que le roman de Ian McEwan, Atonement, s’achève, Briony Tallis confesse : “My fifty-nine-year assignment is over” (p. 369). Le temps d’une vie aura été nécessaire pour peaufiner son œuvre et mener à bien la mission expiatoire qu’elle s’est assignée. Ce temps, c’est celui dont parle T.S. Eliot dans le poème “The Love Song of J. Alfred Prufrock”, c’est l’indispensable durée requise pour définir un art de fiction qui, pour le poète comme pour Briony, comprend une réflexion sur l’altérité et la responsabilité poéthique, ainsi qu’un questionnement réflexif nourri d’indécisions et de multiples (ré)visions. Au soir de sa vie, l’écrivain fatigué prend la plume pour dévoiler la fabrique de sa fiction. Affichant ses intentions et avouant ses difficultés et ses tâtonnements, cette femme de lettres révèle un art romanesque dans l’éclat sidérant de ses contradictions."