Le Moyen-Orient, 1876-1980 Agrandir

Le Moyen-Orient, 1876-1980

Sylvia Chiffoleau, Anne-Claire de Gayffier-Bonneville, Norig Neveu, Anna-Laura Turiano, Matthieu Rey, Manon-Nour Tannous

Plus de détails

460380

25,00 €

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Clefs concours Histoire
Tous les titres sont organisés autour d’une structure commune :
- des “repères” : un rappel des faits qui constituent la trame événementielle de la question.
- des synthèses sur les personnages et lieux qui jalonnent le sujet.
- les grandes “thématiques”, indispensables à la compréhension des enjeux de la question.
- des outils méthodologiques : chronologie, glossaire, bibliographie.
- un système de circulation entre les fiches et les références bibliographiques qui complètent l’index.
  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 768
  • Reliure : broché

Les auteurs :

Sylvia Chiffoleau est chargée de recherche CNRS au Laboratoire de recherche historique Rhônes-Alpes (LARHA, Lyon).
Anne-Claire de Gayffier-Bonneville est agrégée d'Histoire, maître de conférences en histoire du monde arabe contemporain à l'Institut national des langues et civilisations orientales de Paris (Inalco). 
Norig Neveu, historienne, est chercheuse à l'Institut français du Proche-Orient (Ifpo, Amman).
Anna-Laura Turiano est docteur en Histoire du monde arabe et musulman. Elle est actuellement postdoctorante de l'université d'Aix-Marseille, Iremam-CNRS, Aix-en-Provence.
Matthieu Rey est agrégé d'Histoire. Il est chargé de recherches à l'Iremam-CNRS et chercheur associé au Collège de France. 
Manon-Nour Tannous est docteur en Relations internationales, ATER à la Chaire d'histoire contemporaine du monde arabe (Collège de France) et chercheur associé au Centre Thucydide (Université Paris II, Panthéon-Assas).

Avec la collaboration de :

Myriam Ababsa, (Ifpo/Amman)
Samim Akgonul, (Université de Strasbourg/CNRS)
Jalal al-Husseini, (Ifpo/Amman)
Valérie Hassan, (GSRL)
Melisande Bizoirre, (Université d'Aix-Marseille/CNRS/LA3M/Inalco)
François Ceccaldi, (Collège de France/EHESS)
Imane-Hélène Chames-Eddine,
Julien Chanteau, (Ifpo)
Elena Chiti, (LARHRA)
Matthieu Cimino, (Oxford)
Valérie Clerc, (IRD)
Rina Cohen-Muller, (Inalco)
Guillemette Crouzet, (Université de Genève)
Pascal Crozet, (CNRS/SPHERE/UMR 7219)
Aurélie Daher, (Oxford)
Jean-Claude David, (CNRS)
Aylin De Tapia, (EHESS/CETOBaC)
Samy Dorlian,
Mathilde Gelin, (CNRS)
Aurélien Girard, (Université de Reims-Champagne Ardenne)
Nicholas Goetschel,
Didier Inowlocki, (Inalco)
Augustin Jomier, (Inalco)
Enes Kabakci, (Université d'Istanbul)
Raymond Kévorkian,
Basile Khoury, (Ifpo)
Elisabeth Longuenesse, (CNRS)
Sandrine Mansour, (CRHIA)
François Métral, (CNRS)
Odile Moreau, (Université de Montepellier)
Chloé Nicolas,
Caroline Piquet, (Paris IV)
Iris Seri-Hersch, (Université d'Aix-Marseille) 
et Ozgur Türesay (EPHE)

 

INTRODUCTION
HISTORIOGRAPHIE
CARTES

REPÈRES
1876-1914 L'offensive des nationalismes et le crépuscule des Empires
1914-1948 La construction des États modernes
1948-1967 Israël, le rêve arabe et le jeu des puissances
1967-1980 Le temps des désillusions

THÈMES
Institutions et pratiques religieuses
Débats, "renaissances" et réformes
Structures, réformes et rouages de l'État
Doctrines et organisations politiques
Espaces, frontières et identités
Villes, campagnes et espaces de nomadisme
Mutations économiques
Circulations, exils et mobilités
Profil et politiques des populations
Éducation et usage des savoirs
Culture, littérature et patrimoine

OUTILS
Les confessions religieuses au Moyen-Orient 
Chronologie
Personnages
Bibliographie
Glossaire
Index 

 



"L'histoire du Moyen-Orient de la fin du XIXe siècle à la Première Guerre mondiale a été fortement marqué par le prisme de l'histoire coloniale, mettant en avant le rôle culturel, politique et économique des grandes puissances (Russie, France, Grande-Bretagne, Allemagne et Empire austro-hongrois) dans l'Empire ottoman et en Perse. Depuis les années 1960, l'historiographie a connu un vaste renouvellement des problématiques, grâce à l'utilisation de nouvelles sources, écrites notamment en arabe, faarsi (persan) et turc ottoman. Cette démarche a engendré un large renouveau de l'histoire sociale de ces régions à travers la remise en cause du paradigme du déclin de l'Empire ottoman et des productions post-indépendances souvent empreintes des récits nationaux. Par ailleurs, l'une des difficultés rencontrées par les historiens pour écrire une histoire de ces régions entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle tient à un double cloisonnement : des périodes et des territoires."