La Grande Révolution Agrandir

La Grande Révolution

Pierre Kropotkine

Edité par Arno Lafaye Moses

Préface de Gérard Filoche

Plus de détails

460573

9782350305738

18,01 €

Atlande réédite un ouvrage fondamental sur la Révolution française, la seule histoire "populaire" de la Révolution, c'est-à-dire relatée du point de vue du peuple, débarrassée de ses mystifications sur le 14 juillet ou la nuit du 4 août : un texte qui tranche avec l'histoire traditionnellement "bourgeoise" de la Révolution. 

Originellement paru en 1909, de façon concomitante à Pais, Londres, Leipzig, Rome et New York, ce texte, révolutionnaire en lui-même, est l'oeure d'un aristocrate russe exilé à Paris pour avoir épousé la cause du peuple, l'ouvrage d'un historien hors pair et d'un visionnaire. Kropotkine est largement oublié de nos jours; rappelons simplement qu'une chaîne de montagnes porte son nom en Sibérie, qu'il fut le page de la tsarine aussi bien que l'interprète de Louise Michel en Angleterre, l'intime d'Elisée reclus et d'Octave Mirbeau. Autre preuve de sa singularité, tant Victor Hugo qu'Ernest Renan le défendirent ardemment quand il fut poursuivi par les autorités françaises. 

Le texte intégral est ici éclairé par une kyrielle de notes d'Arno Lafaye-Moses qui propose également une galerie des personnages cités ainsi qu'un glossaire. 

Signe de sa résonnance aujourd'hui, il est préfacé par Gérard Filoche. 

  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 736

SOMMAIRE : 

Préface de Gérard Filoche                                                                                         11

Avant-propos de Arno Lafaye Moses                                                                          19

Préface de l’auteur                                                                                                   33

 

I. Les deux grands courants de la Révolution                                                              37

II. L’idée                                                                                                                  43

III. L’action                                                                                                             49

IV. Le peuple avant la Révolution                                                                              55

V. L’esprit de révolte.Les émeutes                                                                            59

VI. Les États Généraux rendus nécessaires                                                                73

VII. Le soulèvement des campagnes dans les premiers mois de 1789                          79

VIII. Émeutes à Paris et dans les environs                                                               91

IX. Les États-Généraux                                                                                          97

X. Préparatifs du coup d’État                                                                                 105

XI. Paris à la veille du 14 juillet                                                                              117

XII. La prise de la Bastille                                                                                      131

XIII. Les conséquences du 14 juillet à Versailles                                                      141

XIV. Soulèvements populaires                                                                               147

XV. Les villes                                                                                                       151

XVI. Le soulèvement des paysans                                                                          163

XVII. La nuit du 4 août et ses conséquences                                                          175

XVIII. Les droits féodaux subsistent                                                                      187

XIX. Déclaration des droits de l’homme                                                                 199

XX. Journées des 5 et 6 octobre 1789                                                                   205

XXI. Terreurs de la bourgeoisie. Nouvelle organisation municipale                           217

XXII. Difficultés financières. Vente des biens du clergé                                           229

XXIII. La fête de la Fédération                                                                             235

XXIV. Les districts et les sections de Paris                                                            241

XXV. Les sections de Paris sous la nouvelle loi municipale                                     249

XXVI. Lenteurs dans l’abolition des droits féodaux                                                255

XXVII. Législation féodale de 1790                                                                      265

XXVIII. Arrêt de la Révolution en 1790                                                                273

XXIX. La fuite du roi. La Réaction. Fin de l’Assemblée Constituante                        287

XXX. L’Assemblée législative. La réaction en 1791-1792                                       299

XXXI. La contre-révolution dans le Midi                                                               311

XXXII. Le 20 juin 1792                                                                                      319

XXXIII. Le 10 août. Ses conséquences immédiates                                              333

XXXIV. L’interrègne. Les trahisons                                                                     347

XXXV. Les journées de septembre                                                                     367

XXXVI. La Convention. La Commune. Les Jacobins                                             381

XXXVII. Le Gouvernement. Luttes au sein de la Convention.
La guerre                                                                                                       391

XXXVIII. Le procès du roi                                                                                405

XXXIX. Montagne et Gironde                                                                           415

XL. Efforts des Girondins pour arrêter la Révolution                                           423

XLI. Les “Anarchistes”                                                                                    429

XLII. Causes du mouvement du 31 mai                                                            437

XLIII. Revendications sociales. État des esprits à Paris. Lyon.                             447

XLIV. La Guerre. La Vendée. Trahison de Dumouriez                                         457

XLV. Nouveau soulèvement rendu inévitable                                                     469

XLVI. Le soulèvement du 31 mai et du 2 juin                                                    477

XLVII. La révolution populaire. L’impôt forcé                                                     485

XLVIII. Les Terres communales. Ce qu’en fit l’Assemblée Législative                    491

XLIX. Les terres sont rendues aux Communes                                                   499

L. Abolition définitive des droits Féodaux                                                           505

LI. Biens nationaux                                                                                          509

LII. Lutte contre la disette. Le maximum. Les assignats                                      515

LIII. La contre-révolution en Bretagne. Marat assassiné                                     525

LIV. La Vendée. Lyon. Le Midi                                                                          533

LV. La guerre. L’invasion repoussée                                                                 543

LVI. La Constitution. Le Gouvernement révolutionnaire                                      551

LVII. Épuisement de l’esprit révolutionnaire                                                      559

LVIII. Le mouvement communiste                                                                   565

LIX. Idées sur la socialisation de la terre, des industries,

des subsistances et du commerce                                                                   575

LX. La fin du mouvement communiste                                                            583

LXI. Constitution du Gouvernement central. Les représailles                             591

LXII. Instruction?. Système métrique??. Nouveau calendrier.? 

Tentatives anti-religieuses                                                                            601

LXIII. L’écrasement des sections                                                                   613

LXIV. Lutte contre les Hébertistes                                                                 619

LXV. Chute des Hébertistes. Exécution de Danton                                           629

LXVI. Robespierre et son groupe                                                                   637

LXVII. La Terreur                                                                                        643

LXVIII. Le 9 thermidor. Triomphe de la réaction                                             651

 

Conclusion                                                                                                   663

 

Glossaire                                                                                                      671

Précisions biographiques                                                                                675

Bibliographie indicative                                                                                  733

 

Arno Lafaye Moses est le pseudonyme d'un haut fonctionnaire français, membre de la société des études robespierristes. 

Avec une préface de Gérard Filoche, militant syndical et politique de gauche, inspecteur du travail ,essayiste et écrivain. 

"Tel est l'effet de la Révolution. Et si un regard ne voit dans la France napoléonienne que l'amour de la gloire, l'historien y découvre que les guerres même que la France supporte dans cette période, elle les fait pour s'assurer les fruits de la Révolution : les terres reprises aux seigneurs, aux prêtres, aux riches, les libertés reprises au despotisme, à la Cour. Si la France est prête à se saigner à blanc, seulement pour empêcher que les Allemands, les Anglais et les Russes lui imposent un Louis XVIII, c'est parce qu'elle veut empêcher que le retour des émigrés royalistes signifie la reprise par les "ci-devant" des terres, déjà arrosées de la sueur des paysans, des libertés, dejà arrosées par le sang des patriotes. Et elle lutte si bien, pendant vingt-trois ans, que lorsqu'elle est forcée de recevoir les Bourbons, elle leur impose des conditions : les Bourbons pourront régner, mais les terres resteront à ceux qui les ont reprises aux seigneurs féodaux ; même la Terreur Blanche des Bourbons n'osera y toucher. L'Ancien régime ne sera pas rétabli."

Recension dans L'Ours, mars 2020 :

"Classique de la littérature anarchiste publié par P.-V. Stock en 1909, ce livre est encore disponible dans trois maisons d'édition libertaires (Tops, Sextant et Monde libertaire). Cette réédition préfacée par Gérard Filoche est légèrement marquée par l'anachronisme, qui voit dans les gilets jaunes des sans-culottes... L'introduction d'Arno Lafaye-Moses signale les qualités d'historien de l'auteur en insistant sur sa place dans les débats du début du XXe siècle, Kropotkine donnant un rôle central au peuple comme acteur de l'histoire. Il est étonnant que la dimension anti-totalitaire de Kropotkine soit passée sous silence à l'instar de sa critique du comité de Salut public puisqu'il refuse toutes les dictatures fussent-elles révolutionnaires. La grande Révolution offre toujours une fresque vivante de cet événement central de l'histoire nationale."

Recension dans le journal de la SER (Société des Études Robespierristes) numéro de juillet 2019 :

"Atlande réédite un ouvrage fondamental sur la Révolution française, une histoire "populaire" de la Révolution, c'est-à-dire relatée du point de vue du peuple, débarrassée de ses mystifications sur le juillet 14 juillet ou la nuit du  4 août : un texe qui tranche avec l'histoire traditionnellement "bourgeoise" de la Révolution.

Originellement paru en 1909, de façon concomitante à Paris, Londres, Leipzig, Rome et New York, ce texte révolutionnaire en lui-même, est l'oeuvre d'un aristocrate russe exilé à Paris pour avoir épousé la cause du peuple, l'ouvrage d'un historien hors pair et d'un visionnaire, Kropotkine. Le texte intégral est ici éclairé par une kyrielle de notes d'Arno Lafaye-Moses qui propose également une galerie des personnages cités ainsi qu'un glossaire. Il est préfacé par Gérard Filoche."

Recension de La Cliothèque en date du 3 novembre 2019:

"La Grande Révolution, lecture véritablement éclairante et originale sur la période révolutionnaire, trouve une résonance particulièrement actuelle dans un contexte national et international de mobilisations populaires et de crispations sécuritaires, autoritaires et populistes comme seules réponses de la part des gouvernements. Replonger aujourd'hui dans l'un des évènements fondateurs de l'histoire de France contemporaine et dans les mécanismes de la naissance d'une révolution confisquée par une partie de celles et ceux qui l'avaient initiée, par le prisme libertaire, est donc très stimulante et inspirante. Nous ne pourrions que chaudement recommander l'acquisition et la (re)lecture de cet ouvrage d'autant que les programmes du secondaire font la part belle à cette question, que ce soit au collège ou dans les nouveaux programmes de lycéen qui ont vu basculer le thème en classe de première générale."

Recension dans Le monde libertaire numéro 1811, novembre 2019 :

"La Grande Révolution de Pierre Kropotkine connaît une nouvelle édition. En quoi des évènements de plus de deux siècles analysés par ce grand géographe et théoricien de l'anarchisme dans les années 1900 présentent-ils un intérêt pour les luttes actuelles ? Justement par la finesse et la force de l'analyse ! En relatant cette Révolution qui marqua les luttes de libération pendant tout le XIXe siècle et encore aujourd'hui, Pierre Kropotkine tire des enseignements d'une actualité rare. Pendant toutes les révolutions, la bourgeoisie et les oligarchies mobilisent le peuple, le poussent à la révolte pour mieux le canaliser et le réprimer lorsqu'elles sont arrivées à leurs fins : prendre le pouvoir pour elles-mêmes."

Recension dans la Revue de l'IRELP, février 2020 :

"Voici l'utile réédition d'un classique de la Révolution, qui plus est avec un appareil critique important. Il y a aussi une préface de Gérard Filoche.  Kropotkine fut le premier à avoir étudié la Révolution vue d'en bas et non dans les relations parlementaires, mais Kropotkine, pour autant, ne dédaigne pas les jeux des "politiciens" qu'il n'aime pas. Et qu'il a tendance à mettre sur le même plan, même si est visible une certaine forme d'affection, quoiqu'il puisse en paraître, pour Robespierre, certainement en raison de la haine que la réaction lui porte. Ainsi, Robespierre "comprenait que l'initiative viendrait de la rue, du peuple". Son inclinaison politique l'entraîne vers Marat, un autre grand calomnié. Et Kropotkine souligne sa place dans le processus révolutionnaire."