search

Les camps d'internement de Châteaubriant

23,70 €

Choisel et Moisdon-la-Rivière (1940-1945)

par Louis Poulhès

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Le camp de Choisel à Châteaubriant est un des camps d’internement dont le souvenir est resté le plus vivace dans la mémoire nationale. Il doit sa notoriété à l’exécution par les Allemands en octobre 1941 de vingt-sept otages extraits du camp, dont Guy Môquet, Jean-Pierre Timbaud, Charles Michels. La notoriété des internés politiques a occulté quelque peu les autres catégories, en particulier les nomades, pour qui un premier camp a été ouvert en novembre 1940 à Moisdon-la-Rivière, mais aussi les “indésirables”, tous ceux qui ne sont ni nomades, ni politiques : repris de justice, étrangers, trafiquants de marché noir, juifs.

Si nombre de travaux ont été consacrés aux otages, peu d’études ont traité des camps de Choisel et de Moisdon. C’est l’ambition de cet ouvrage de retracer leur histoire, en toute rigueur, en explorant archives et témoignages en dehors de tout esprit de polémique ou d’idéalisation.

Fiche technique

Référence
460897
ISBN
9782350308975
Hauteur :
21 cm
Largeur :
15 cm
Nombre de pages :
300p
Reliure :
broché

AVANT LE CAMP DINTERNEMENT DE CHOISEL

UNE PETITE VILLE TRANQUILLE

LES CAMPS DE PRISONNIERS DE GUERRE : “LA GRANDE FOURMILIÈRE

UN BEAU PRINTEMPS ?

L’INTERNEMENT ADMINISTRATIF SOUS LA IIIE RÉPUBLIQUE ET AUX DÉBUTS

DE L’OCCUPATION

. PRÉMICES DE CHOISEL EN LOIRE-INFÉRIEURE : LE CAMP DU CROISIC L’INSTALLATION DES INTERNÉS À CHOISEL : MARS 1941 .

LES TOUT PREMIERS INTERNÉS COMMUNISTES À CHOISEL 

MAI 1941 : TOUJOURS PLUS DE COMMUNISTES

JUIN 1941 : DES ÉVASIONS RETENTISSANTES .

INQUIÉTUDE (ÉTÉ 1941)

EN JUILLET 1941, NOUVELLES ENTRÉES DE COMMUNISTES ET DIVERSIFICATION
DES
INDÉSIRABLES

LA PRÉPARATION DU RETOUR DES NOMADES À MOISDON (AOÛT 1941)

RÉORGANISATION DU CAMP ET MONTÉE DES INQUIÉTUDES :

SEPTEMBRE 1941

LES OTAGES

AVANT LA TEMPÊTE .
L
E CHOIX DES OTAGES DE CHÂTEAUBRIANT
LES EXÉCUTIONS DU 22 OCTOBRE
L
A DEUXIÈME VAGUE DOTAGES
L
E CHOC DES EXÉCUTIONS .
R
ETOUR AU CALME FIN OCTOBRE ET ÉVASIONS EN NOVEMBRE

DÉCEMBRE 1941 : NOUVELLES EXÉCUTIONS DOTAGES

ENCORE DES OTAGES

VASIONS D’“INDÉSIRABLES” : JANVIER 1942 

OTAGES POUR COMPIÈGNE (FÉVRIER 1942) 

EXÉCUTIONS (MARS 1942)

LIBÉRATIONS ET PRISES DOTAGES (AVRIL 1942) 

L’ÉVACUATION DU CAMP (MAI 1942) .

.

LES CAMPS DE L’OCCUPATION, VUE DENSEMBLE

ENTRÉES MENSUELLES ET EFFECTIFS PRÉSENTS

INTERNÉS JUIFS À CHOISEL

Les hommes “indésirables”

Les dix hommes internés politiques

Les femmes : sur six “indésirables” et trois “politiques”, huit déportées Les “indésirables” étrangères 

Les femmes internées politiques

FEMMES À CHOISEL (“INDÉSIRABLESET POLITIQUES) .

HOMMES ET FEMMES POLITIQUESCHOISEL

LE CAMP DE LÉPURATION (1944-1945)

LA RÉINSTALLATION DUN CAMP

UN CAMP STABILISÉ (FÉVRIER-JUIN 1945), QUI ÉVOLUE VERS LA FERMETURE (JUILLET-NOVEMBRE 1945)

VUE DENSEMBLE DU CAMP DE LÉPURATION

D’UNE ANNEXE PÉNITENTIAIRE À LA FIN DU CAMP DE CHOISEL

LA CONSTRUCTION DUNE MÉMOIRE

UN CAMP LONGTEMPS OUBLIÉ : LA FORGE À MOISDON-LA-RIVIÈRE
L
E SOUVENIR DES OTAGES : LES GAULLISTES, OCTOBRE 1941
L
E SOUVENIR DES OTAGES : LES COMMUNISTES FIN 1941
LES MARTYRS DE LOUIS ARAGON
L
E SOUVENIR DES OTAGES : LES COMMUNISTES DÉBUT 1942
L
E PREMIER ANNIVERSAIRE DES EXÉCUTIONS : UNE JOURNÉE DE MOBILISATION .306 LE DEUXIÈME ANNIVERSAIRE DES EXÉCUTIONS, OCTOBRE 1943 

LES COMMÉMORATIONS DE LA LIBÉRATION 

UN LIEU DE MÉMOIRE DURANT LA GUERRE FROIDE 

APRÈS 1981, UNE CÉRÉMONIE DE NOUVEAU NATIONALE, UN SITE RÉAMÉNAGÉ 326 ET LE CAMP DE CHOISEL ?

Louis Poulhès est agrégé et docteur en Histoire et ancien élève de l’ENA. Il a notamment publié aux édiXons Atlande Un camp d'internement en plein Paris : les Tourelles et L’État contre les communistes.

Le camp de Choisel à Châteaubriant est un des camps d’internement sous l’Occupation dont le souvenir est resté des plus vifs dans la mémoire nationale. Il doit sa notoriété principalement à l’exécution par les Allemands, en octobre 1941, de vingt-sept otages extraits du camp pour la première exécution massive en France de quarante-huit otages, exécution suivie par celle de neuf autres internés du camp à la mi-décembre 1941, puis encore de huit autres otages fusillés à Nantes les 7 mars, 23 et 30 avril 1942. Avec cinq autres internés transférés dans d’autres camps ou prisons également exécutés comme otages (les 7 mars, 14-16 mai et 11 août 1942), ce sont quarante-neuf des internés de Châteaubriant qui ont ainsi été fusillés par les Allemands pour ce motif, entre octobre 1941 et août 1942.