Sujet d’économie de l’agrégation de Sciences économiques et sociales 2021-2023
search
  • Sujet d’économie de l’agrégation de Sciences économiques et sociales 2021-2023

Economie des inégalités

23,70 €

Delphine Pouchain, Camille Abeille-Becker, Jérôme Ballet, Julien Devisme, Catherine Duchêne, Anne Fretel, Virginie Jailloux, Arthur Jatteau, Matthias Knol et Quentin Rouget.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Tout pour réussir l’épreuve d’économie de l’agrégation de Sciences économiques et sociales

Fiche technique

Référence
460675
ISBN
9782350306759
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
504
Reliure :
broché

REPÈRES. INÉGALITÉS : ANALYSE ÉCONOMIQUE D'UN RETOUR

L’exclusion progressive des questions de répartition
La question des inégalités, entre intérêt et désintérêt 
dans la pensée économique    31
Les inégalités ne seraient plus 
un objet de préoccupation légitime    34
Le “tournant vers l’inégalité” depuis les années 1980
Une exacerbation des inégalités généralisée    37
L’évolution de la part des (très) hauts revenus    40
Les principales explications : 
Technologie, Ouverture et/ou Politique [Milanovic, 2019]
T : le progrès technique    46
O : l’ouverture internationale    48
P : le rôle des choix politiques    49
L’augmentation des inégalités : des inquiétudes 
débouchant sur un nécessaire renouveau théorique
“Le prix de l’inégalité” [Stiglitz, 2012]    54
Les inégalités comme objet 
principal de la science économique ?    58
Conclusion    61

THÈMES

Mesurer et analyser les inégalités en économie : 
un exercice complexe
Définitions et mesure des inégalités    66
L’analyse des inégalités en économie    66
• La naissance (tardive) de données empiriques sur les inégalités    67
• Une analyse centrée sur les inégalités de revenus    70
Les instruments de mesure des inégalités économiques    73
• Les analyses statistiques en termes de disparité : moyenne, médiane    73
• Les analyses statistiques en termes de dispersion    75
• La production statistique, une affaire de conventions    86
Les différentes approches des inégalités     92
L’analyse de la répartition factorielle    92
• L’étude du partage de la valeur ajoutée entre capital et travail    93
• L’approche de Piketty : 
le partage du revenu national et le rapport capital/revenu    98
L’analyse de la répartition personnelle    101
• Une analyse qui permet de discuter la courbe de Kuznets    101
• L’évolution des inégalités de revenu primaire    103
• L’évolution des inégalités de revenu disponible    104
• Des inégalités transformées depuis les années 1980 : 
une explosion des hauts salaires durable ?    105
L’analyse des inégalités à l’échelle mondiale : 
convergence ou divergence ?    106
• L’analyse des inégalités entre pays    107
• L’analyse des inégalités mondiales    108
Conclusion    110

Inégalités et croissance
Interroger le sens de la causalité reliant inégalités 
et croissance    116
Les inégalités seraient nécessaires à la croissance…    117
• Les inégalités favoriseraient la croissance 
et éloigneraient l’état stationnaire    117
• Des inégalités préférables à l’égalité    120
… et les inégalités profiteraient à tous à plus long terme    121
• Les inégalités profiteraient aux plus défavorisés    121
• Augmenter les inégalités… pour mieux les réduire ensuite    125
Inégalités et croissance : 
loi naturelle ou construction historique ?    130
La jolie fable de la “courbe en U inversé” : 
la baisse des inégalités, fruit d’une lutte politique    130
• Le rôle des accidents historiques dans la baisse des inégalités    131
• Un retour des inégalités durablement enrayé par des choix politiques    132
Une tendance “naturelle” à un niveau élevé d’inégalités    134
• r>g, la “loi“ fondamentale du capitalisme selon Piketty    134
• r>g, une tendance générale contrariée au XXe siècle    134
• Le retour des inégalités depuis les années 1970-1980    135
Croissance et justification des inégalités    138
• Diffusion et déclin d’une idéologie propriétariste    138
• Le risque du retour à une idéologie (néo)propriétariste    139
Lutter contre les inégalités pour favoriser la croissance 
économique    141
• Lutter contre les inégalités pour relancer la consommation    142
• Lutter contre les inégalités pour améliorer la productivité et la croissance de long terme    144
• Lutter contre les rentes inégalitaires pour dynamiser la croissance    145
• Le développement financier au cœur de 
la corrélation hausse des inégalités-ralentissement de la croissance    146
Crises et inégalités, le risque d’un cercle vicieux    148
Si la crise a des conséquences sur les inégalités…    148
• La crise peut aggraver les inégalités    149
• Mais la crise peut également affecter l’ordre social et les inégalités    151
… les inégalités créent les conditions d’une crise financière 
et économique    153
• Des inégalités responsables des crises financières et économiques 
les plus graves ?    153
• Les inégalités à l’origine de la “Grande récession”    158
Croissance, crises et inégalités : 
la pertinence d’une perspective régulationniste    160
Les inégalités au cœur de la dynamique de croissance    162
• Les Trente Glorieuses : plus d’égalité au service de la croissance    162
• Le retour des inégalités, dans un contexte différent : 
l’exemple de la période post-1973    165
Les risques liés à la financiarisation économique actuelle    169
• Lier inégalités et stagnation séculaire par le taux d’intérêt naturel    169
• Financiarisation, inégalités et ralentissement de la croissance    170
Conclusion    172

Inégalités et marché du travail
De l’hétérogénéité des travailleurs 
aux inégalités sur le marché du travail    175
Des préférences hétérogènes    176
• La préférence pour le loisir    176
• La présence de “différences compensatrices”    177
Les écarts de productivité    178
• L’investissement en capital humain    178
• Des inégalités économiques cumulatives    180
L’évolution des inégalités sur le marché du travail    182
Inégalités et technologie    183
• Le progrès technique biaisé    183
• La polarisation de l’emploi    187
Le rôle des institutions    190
• Le coût du travail    190
• La réglementation sur le marché du travail    193
L’analyse économique de la discrimination    194
Les facteurs de discrimination    196
• Les inégalités hommes/femmes    196
• La santé et l’âge    199
• L’origine ethnique    201
La discrimination, un choix rationnel ?    203
• Les justifications économiques des discriminations    203
• Le “coût économique des discriminations”    205
Conclusion    207

Lutter contre les inégalités : 
des prélèvements obligatoires à la redistribution
Le système socio-fiscal comme instrument de lutte 
contre les inégalités : définitions et outils    210
Les prélèvements obligatoires    211
• Les impôts    211
• Les cotisations sociales    213
La redistribution    214
• Redistribution horizontale, redistribution verticale    214
• Les prestations sociales monétaires et en nature    214
Les effets du système socio-fiscal : 
prélèvements, prestations et services publics    215
Les prélèvements obligatoires réduisent les inégalités    216
• Le rôle prépondérant de l’impôt sur le revenu 
dans la réduction des inégalités    218
• Le rôle des cotisations sociales dans la réduction des inégalités    218
Les prestations sociales et les services publics 
permettent de corriger les inégalités    220
• Effets des prestations monétaires    220
• Effets des prestations non monétaires (ou prestations en nature)    222
L’évolution du caractère redistributif du système sociofiscal 
en France    225
• La mise en place d’un système sociofiscal    225
• L’évolution de la redistributivité du système sociofiscal français    226
Lutter contre les inégalités via le système socio-fiscal : entre efficacité, équité et préférences sociales    228
Des risques de distorsion et d’inefficacités économiques    229
• Le rôle du signal prix    231
• La mise en évidence de la perte sèche    231
Au nom de l’efficacité, quelles règles de taxation optimale ?    233
• La règle de Ramsey : l’efficacité contre l’équité    233
• Mirrlees : l’équilibre entre efficacité et équité ?    233
• Opter pour un critère de justice plutôt que d’efficacité : 
la macrojustice de Kolm    234
Au-delà des critères économiques, la redistribution comme résultante de choix politiques et du contexte culturel : 
l’approche par les préférences sociales    235
• Du rôle de l’électeur médian…    236
• … aux facteurs institutionnels    236
Les débats contemporains 
en matière de lutte contre les inégalités    237
Le revenu universel : une prestation produisant plus d’égalité ?    237
• Le revenu universel : 
une réponse à la complexité du système de transferts sociaux    238
• Le revenu universel entre lutte contre les inégalités 
et lutte contre la pauvreté    239
Repenser les prélèvements fiscaux pour lutter contre les inégalités    240
• Le rétablissement de la progressivité de l’impôt    240
• La lutte contre l’évasion fiscale : 
un impératif politique pour penser un impôt progressif    242
Conclusion    244

Inégalités et santé
Les ISS, un enjeu de santé publique    246
Les ISS, apparition et définition    246
• L’émergence de la question des ISS : jalons historiques    246
• Éléments de définition et de mesure    249
Épidémiologie des ISS    253
• Les ISS dans la population générale    253
• Les ISS par sous-groupes spécifiques de populations    256
Les ISS, phénomène complexe et multifactoriel    246
Comment le social passe sous la peau    253
• Les ISS par sous-groupes spécifiques de populations    256
• Les modèles théoriques    263
Les déterminants socio-économiques et environnementaux des ISS    267
• La théorie matérialiste : 
les conditions matérielles d’existence, inhérentes aux ISS    267
• La théorie comportementale    275
• La théorie psychosociale    280
Lutter contre les ISS    283
De l’importance de lutter contre les ISS    283
• Une question de justice sociale    283
• L’argument économique    286
• Une question politique avec l’actuelle épidémie de Covid-19 : 
une épidémie révélatrice des ISS    287
Les politiques de lutte contre les ISS    289
• Les ISS, un problème de santé publique 
longtemps sous-investi politiquement    289
• Un bilan en demi-teinte : pas de stratégie globale de réduction des ISS    292
• De nouvelles perspectives : de la théorie à la pratique    297
Conclusion    303

Mondialisation et inégalités
Une mondialisation économique et financière a priori réductrice des inégalités, en théorie comme en pratique    310
Le quasi-consensus de la mondialisation économique bienfaitrice    310
• Avantage absolu et avantage comparatif : 
une spécialisation internationale réduisant les inégalités    310
• Du théorème HOS à Krugman : “la mondialisation n’est pas coupable”    314
• Le théorème Stolper-Samuelson : 
une brèche dans la vision idyllique de la mondialisation ?    318
Mondialisation financière, allocation optimale du capital 
et croissance    321
• Une mondialisation financière justifiée par l’efficience 
des marchés financiers    321
• La finance pour “sauver le capitalisme des capitalistes” ?    324
Mondialisation et 
convergence des économies et des niveaux de vie    325
• Une convergence effective…    325
• Qui reste cependant largement inachevée    327
Une “hyper” mondialisation partiellement responsable 
du retour des inégalités ? 
Ou la mondialisation finalement un peu coupable    328
Mondialisation et fragmentation des territoires : 
l’explosion des inégalités territoriales    329
• Les apports de l’économie géographique : le temps et l’espace comptent    329
• La mobilité du facteur travail en question : 
le modèle nomades/sédentaires    332
• Mondialisation et “égoïsme territorial”    336
La globalisation financière et le triomphe de l’injustice    338
• Quand finance et inégalités se nourrissent réciproquement    338
• Quand la concurrence fiscale détruit la “propriété sociale”    341
• Quand le gagnant rafle un peu trop la mise    343
La mondialisation sur la sellette    345
• Une démondialisation réelle ?    345
• Mondialisation et “Homme inutile”, la pire des inégalités ?    346
• Des tentatives de réponses inefficaces aux problèmes 
de la mondialisation    347
Mondialisation raisonnée et réduction des inégalités : 
une conciliation difficile mais nécessaire    350
Une mondialisation moins inégalitaire est possible    350
• Concilier mondialisation et réduction des inégalités 
grâce à l’innovation ?    350
• Une certaine gouvernance mondiale moins inégalitaire est possible    352
• Du libre-échange au juste-échange    354
Un capitalisme financiarisé à (ré)encadrer    356
• La fin des paradis fiscaux pour réduire les inégalités ?    356
• Taxer la finance : 
stabiliser les marchés tout en luttant contre les inégalités ?    358
Conclusion    360

Environnement et inégalités
Les crises et politiques environnementales exacerbent 
les inégalités socio-économiques    363
Des problèmes environnementaux 
à l’origine d’un accroissement des inégalités    364
• Des dégradations environnementales qui renforcent les inégalités 
socio-économiques entre pays et individus    364
• Une résilience inégale des populations 
en fonction des inégalités socio-économiques    369
Des politiques publiques environnementales pouvant accentuer 
les inégalités socio-économiques    371
• Les inégalités dans la responsabilité des dégradations environnementales    371
• Des politiques environnementales potentiellement régressives    374
Des inégalités socio-économiques accentuant 
la catastrophe environnementale    378
Une crise environnementale longtemps pensée en dehors 
des réflexions sur les inégalités économiques    379
• Une économie de l’environnement aveugle aux inégalités    379
• Les politiques environnementales : une demande exprimée 
par les plus riches    382
Des inégalités socio-économiques participant pourtant activement 
aux dégradations environnementales    384
• Au niveau microéconomique, pauvreté et concentration des richesses dégradent l’environnement    384
• Au niveau macroéconomique, la structure inégalitaire nourrit 
un développement économique insoutenable    386
Concilier réduction des inégalités, justice sociale 
et soutenabilité environnementale    388
Efficacité environnementale et justice environnementale : 
de l’opposition à la complémentarité    389
• L’efficacité environnementale contre la justice ?    389
• La nécessité d’une justice climatique intragénérationnelle    391
Face au changement climatique, quelle justice globale ?    393
• L’atténuation du réchauffement : la répartition du budget carbone    393
• La répartition des coûts de l’adaptation au réchauffement climatique    397
• La justice entre les générations est-elle possible 
dans l’Anthropocène ?    401
Quelles mesures publiques pour “réconcilier fin du monde 
et fin du mois” ?    405
• Pour une politique publique environnementale progressive    405
• Pour des politiques publiques social-écologiques    407
• Questionner nos modes de développement pour mettre fin 
aux “crises jumelles” du capitalisme    409
Conclusion    413

Les inégalités dans les théories de la justice sociale
L’égalité libérale et la justice sociale    418
Égalité des chances versus égalité de revenu    418
• La métaphore de la course    418
• … et ses limites    419
La solution rawlsienne    421
• La justice procédurale    421
• Les principes de justice    422
• Un ordre lexical    423
Inégalités naturelles et mérite : deux problèmes à résoudre    423
• Le problème des inégalités naturelles    424
• Le problème des avantages légitimes    424
Il est injuste de corriger tous les résultats    425
Les résultats légitimes    425
 • La critique de Nozick    425
• L’identification problématique des talents “naturels”    426
Mieux justifier les inégalités : la responsabilité    426
• Le calcul des responsabilités    427
• Un calcul nécessitant un État omniscient    427
Une naturalisation des inégalités    428
• Retour des “mauvais pauvres” et légitimité des “bons riches” ?    428
• Le leurre du mérite    429
De l’inégalité des chances à l’inégalité d’opportunités    431
Inégalités des chances ou inégalités d’opportunités    431
• Égalité des chances et liberté de choix    431
• Liberté d’opportunités et liberté de processus    432
Inégalités d’opportunités et liberté de choix    433
• Lutter contre les inégalités d’opportunités    433
• Fonctionnements et capabilités dans l’analyse de Sen    434
De la liberté de choix à la reconnaissance    435
• L’intégration de la reconnaissance    436
• Revoir les politiques de justice sociale    437
Conclusion    437

OUTILS

Bibliographie    441
Glossaire    475
Index    487





Liste des figures
• Liste des cartes
• Liste des encadrés
• Liste des graphiques
• Liste des schéma
• Liste des tableaux

Les auteurs

Delphine Pouchain est agrégée de sciences économiques et sociales et maîtresse de conférences en science économique à Sciences Po Lille, où elle codirige la préparation à l’Agrégation de sciences économiques et sociales. Elle a dirigé le présent volume, rédigé la partie “Repères. Inégalités : analyse économique d’un retour”, et co-écrit le chapitre “Les inégalités dans les théories de la justice sociale”.

Camille Abeille-Becker est diplômée de l’École normale supérieure de Cachan et professeure agrégée de sciences économiques et sociales en Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE commerciale voie ECE) au lycée Janson de Sailly à Paris. Elle a rédigé le chapitre “Inégalités et marché du travail”.

Jérôme Ballet est maître de conférences en sciences économiques à l’Université de Bordeaux. Il est également Président du Fonds pour la recherche en éthique économique (FREE). Il a co-écrit le chapitre “Les inégalités dans les théories de la justice sociale”.

Julien Devisme est professeur agrégé de sciences économiques et sociales aux lycées Jacquart à Caudry et Camille Desmoulin au Cateau-Cambresis. Il a rédigé le chapitre “Environnement et inégalités”.
Catherine Duchêne est médecin urgentiste, diplômée de Sciences Po Lille, chercheuse en santé publique (réseau doctoral EHESP, Paris Descartes) et enseignante en politiques de santé à Sciences Po Lille. Elle a rédigé le chapitre “Inégalités et santé”.

Anne Fretel est maîtresse de conférences en science économique à l’Université de Lille. Elle a dirigé pendant plusieurs années la préparation au Capes de sciences économiques et sociales de l’Université de Lille et est directrice adjointe de la Revue française de socio-économie. Elle a co-écrit le chapitre “Lutter contre les inégalités : des prélèvements obligatoires à la redistribution”.

Virginie Jailloux est professeure agrégée de sciences économiques et sociales au lycée Léon Gambetta d’Arras, et chargée de cours en économie à Sciences Po Lille ainsi qu’en Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE commerciale voie ECE) au lycée Gambetta. Elle a rédigé le chapitre “Mesurer et analyser les inégalités en économie : un exercice complexe”.

Arthur Jatteau est diplômé de l’École normale supérieure de Cachan et agrégé de sciences économiques et sociales. Il est maître de conférences en sciences économiques et sociologie à l’Université de Lille. Il est également responsable de la préparation au Capes de SES de l’Université de Lille. Il a co-écrit le chapitre “Lutter contre les inégalités : des prélèvements obligatoires à la redistribution”.

Matthias Knol est professeur agrégé de sciences économiques et sociales en Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE commerciale voie ECE) au lycée Saint-Jean de Douai et chargé de cours à Sciences Po Lille. Il a rédigé le chapitre “Inégalités et croissance”.

Quentin Rouget est professeur agrégé de sciences économiques et sociales en Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE commerciale voie ECE) au lycée Saint-Paul de Lille et chargé de cours en Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE B/L) au lycée Notre Dame de la Paix de Lille. Il a rédigé le chapitre “Mondialisation et inégalités”.


Égalité des chances versus égalité de revenu
Deux types d’inégalités sont particulièrement discutés : l’inégalité des chances et l’inégalité de revenu. Comme le souligne l’économiste Arthur Okun [1975], ce sont ces formes d’inégalité qu’il faut prendre en compte pour tenter de trouver un équilibre entre égalité et efficacité. Ce dernier défendait en effet l’idée d’un nécessaire arbitrage entre égalité et efficience, la recherche de l’une risquant de se réaliser au détriment de l’autre.

• La métaphore de la course
Prenons le cas d’une course d’endurance, et supposons que tout le monde doive y participer. Certains franchiront la ligne d’arrivée avant les autres. Peut-être même que certains n’arriveront pas à franchir cette ligne. Imaginons que la course soit un marathon. Sans entraînement, il n’est pas évident de finir la course. Certains seront peut-être entraînés et équipés avec de bonnes chaussures de course, auront de quoi boire pendant la course, etc., tandis que d’autres courront pour la première fois, n’auront que des chaussures de ville et n’auront rien pour s’hydrater. Pas étonnant dans ces conditions que tous n’arrivent pas en même temps sur la ligne d’arrivée. La distinction entre inégalités des chances et inégalités de résultats (ou de revenu) est une manière de clarifier le problème. Pour évaluer ce qui est du ressort d’une juste compétition, il faut se demander si tous les compétiteurs ont les mêmes chances au départ. Certes, la course s’achèvera immanquablement par un gagnant et un perdant, mais si tous ont été préparés de la même manière, alors ils ont eu la même chance au départ. C’est autrement dit l’égalité des chances qui rendrait légitimes, justes, et donc acceptables, les inégalités de résultats. Les inégalités des chances concernent la situation initiale, tandis que les inégalités de résultats renvoient à la situation à l’arrivée. On retrouve ici la célèbre formule de Walras écrite en 1896, “Égalité des conditions, inégalité des positions”. L’inégalité des positions, par exemple en termes de revenu, est légitime si elle résulte d’une égalité des conditions initiales, c’est-à-dire d’une égalité des chances. L’égalité des chances est une forme d’égalité libérale parce qu’elle met tout le monde sur un pied d’égalité et laisse jouer ensuite la concurrence. L’égalité de résultats entend au contraire corriger les conséquences de la concurrence.
Séparer inégalités des chances et inégalités de résultats semble fournir une bonne base de départ pour établir et justifier des politiques de redistribution (v. Lutter contre les inégalités : des prélèvements obligatoires à la redistribution). Les partisans de la réduction des inégalités des chances tenteront de trouver les moyens de niveler les compétiteurs au départ, peu importe le résultat final. Cela peut passer par une égalité des dotations initiales, avec par exemple un revenu universel (v. Lutter contre les inégalités : des prélèvements obligatoires à la redistribution). Les partisans de la réduction des inégalités de résultats, a contrario, voudront corriger les scores à l’arrivée. Si cette distinction analytique est commode, elle ne résout pas tous les problèmes, bien au contraire. En fait deux problèmes doivent être considérés. D’une part, est-il si facile que cela d’égaliser les chances au départ ? D’autre part, les résultats inégaux n’ont-ils pas une influence durable sur les prochaines courses ? Ainsi, cette distinction supposerait que l’on puisse identifier et isoler ce qui relève spécifiquement de l’(in)égalité des chances, et que l’on puisse neutraliser les conséquences des inégalités de résultats sur l’égalité des chances de la génération suivante.