Curiosité et cabinets de curiosités
search
  • Curiosité et cabinets de curiosités

Curiosité et cabinets de curiosités

18,01 €

Textes réunis et présentés par Pierre Martin et Dominique Moncond'huy

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Les cabinets de curiosités constituèrent, à partir du XVIe siècles, une réalité européenne. Pensés initialement comme des lieux où rassembler tout ce que la nature pouvait produire d'extraordinaire (qu'il s'agisse de productions humaines ou naturelles), ils juxtaposaient animaux rares naturalisés, fossiles divers, entassaient coquillages, pirogues indiennes, tableaux et médailles... Dès le XVIIe siècle ce type de collection commença cependant à reculer au profit de ce que seront, au siècle suivant, les cabinets d'histoire naturelle puis les premiers musées ; un processus de différenciation était engagé, qui allait de pair avec la séparation des savoirs, le désir de classer et de mieux connaître - un autre regard sur le monde. Mais de quelque modèle de cabinet qu'on parle, toujours s'impose la dimension idéologique du phénomène, et plus d'une fois ses enjeux strictement politiques. Ce sont ces diverses approches que la présente publication entend préciser en mettant l'accent sur quelques réalités particulières, qui mèneront le lecteur de Poitiers à Coimbra en passant par Saint-Pétersbourg, l'Italie et l'Angleterre.

Fiche technique

Référence
460000
ISBN
9782350300009
Hauteur :
17,8
Largeur :
17,8
Nombre de pages :
224
Couleur :
couleur

AVANT-PROPOS

PERSPECTIVES

CONSTRUIRE UNE LECTURE DU MONDE

DU CABINET AU LIVRE

LE SIÈCLE DES LUMIÈRES : NOUVEAUX ENJEUX

ENVOI

Textes réunis et présentés par Pierre Martin (maître de conférences à l'université de Poitiers) et Dominique Moncond'huy (Professeur de Littérature française du XVIIe siècle à l'Université de Poitiers)

Marie-Élisabeth Boutroue est chargée de recherches à l'institut de recherche et d'histoire des textes, elle est spécialiste de philologie latine et des questions relatives aux conditions du passage du manuscrit à l'imprimé.

Jean Céard est professeur de littérature française de la Renaissance à l'université de Paris X-Nanterre, co-organisateur des journées sur les cabinet de curiosité à l'Espace Mendès France de Poitiers

Jozien Driessen est historienne, elle travaille surtout sur la Russie et sur l'histoire des sciences. Avec le Rijksmuseum (Amsterdam) et les Archives nationales (The Hague), elle a conçu et réalisé à Moscou et à Saint-Pétersbourg, en collaboration avec une douzaine de musées russes et différentes archives, une exposition sur les relations entre Russie et Pay-Bas (1600-1900).

Arthur MacGregor est photographe et archéologue de formation. Il est Senior Assistant Keeper au Département des antiquités de l'Ashmolean Museum depuis 1999.

Isabel Malaquias est professeur associé au Département de physique de l'université d'Aveiro (Portugal). Ses travaux portent essentiellement sur l'histoire des instruments scientifiques et sur l'histoire de la chimie.

Myriam Marrache-Gouraud est agrégée de lettres modernes, membre du groupe de recherches Forell(B2-Hypogée), elle a soutenu en 2000 une thès de doctorat intitulée "Hors de toute intimidation".

Pierre Martin est maître de conférences (littérature française du XVIe siècle) à l'université de Poitiers, membre du groupe de recherches Forell (B2-Hypogée), il est spécialiste de la poésie du XVIe siècle.

Nicole Masson est professeur de littérature française du XVIIIe siècle à l'université de Poitiers, membre du groupe de recherches Forell. Elle est présidente de la Société Rétif de la Bretonne et a conçu le site consacré à cet auteur.

Dominique Moncond'huy est professeur de littérature française du XVIIe siècle à l'université de Poitiers, membre du groupe de recherches Forell,  il a co-organisé les journées sur les cabinets de curiositéq à l'Espace Mendès France de Poitiers.

Krzysztof Pomian a étudié (1952-1957), enseigné et soutenu ses thèses de doctorat (1965) et habilitation ( 1968) à la faculté de philosophie de l'université de Varsovie. Il imigre en France en 1973. Il a fait toute sa carrière en France au CNRS, tout en enseignant à l'EHESS, à l'École du Louvre et dans les universités étrangères.

Mariafranca Spallanzani est professeur d'histoire de la philosophie à la faculté des lettres et de philosophie de l'université de Bologne, elle a travaillé sur la philosophie française des XVIIe et XVIIIe siècles.

Delphine Trébosc a soutenu en 2004 une thès d'histoire de l'art à l'université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne intitulée "Confronter l'art : les collections de raretés de la Renaissance française" sous la direction du professeur Philippe Morel. Elle a enseigné à l'université Paris I.


"La curiosité, Jean Céard le rappelait en ouvrant les journées dont ce volume témoigne, a longtemps été tenue pour un dérèglement ou considérée comme un vice : d'un côté, une tradition occidentale remontant à l'Antiquité, qui voyait dans la curiosité un excès ou le signe de pratiques, sinon de pouvoirs, condamnables ; de l'autre, une tradition chrétienne, qui faisait le plus souvent de la curiosité une concupiscence, la concupiscence des yeux qui, portée par un désir non maîtrisé, éloigne du juste savoir et de la vertu."