search

L'étoile manquante

17,06 €

Par Laurence Lacroix-Arnebourg

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Quelles sont les traces du passé dans nos vies ? Pouvons-nous échapper à nos héritages, nos conditionnements ?

Professeure de littérature contemporaine à la biographie professionnelle multiforme, mais aussi musicienne et conceptrice de spectacles, Laurence Lacroix-Arnebourg est passionnée par ces questions d’identité.

Pour écrire ce roman historique en deux parties, autour de l’axe de la Libération de Paris en août 1944, elle a longuement recueilli les écrits et les témoignages oraux de Français ayant réussi à échapper à la barbarie nazie avec plus ou moins de panache. Il en résulte un livre choral, empli de douleurs, de révoltes, de compromissions, de rires et de mystères – mais dont les fils finiront par s’assembler en un faisceau qui pourrait bien lever quelques incertitudes.

Fiche technique

Référence
470001
ISBN
9782383500018
Hauteur :
21 cm
Largeur :
15 cm
Nombre de pages :
444
Reliure :
broché
Format :
poche

"Les boîtes aux souvenirs indésirables, censées ne pas exister et n'être en rien décelables, pèsent, de même, très lourd dans les familles dont elles occultent les secrets. Car certaines lignées sont agrémentées d'un ou plusieurs trous noirs, au sein desquels tout pourra être avalé, puis littéralement transformé en néant : les traces d'une immoralité, mais aussi les espoirs des enfants à naître, leurs rêves d'innocence, de légèreté ou d'apesanteur. Mais elles seront alors, comme les astres occlus suspectés par Schwarzschild, repérables par le rayonnement funèbre de leurs proies.
Si d'aventure vous, sujet curieux, vous approchez trop près de leur vérité, vous courez le risque d'être capté, absorbé, consumé, et comme ingéré. Suite à cette expérience radicale, vous vous sentez devenir partie prenante d'un magma sans nom, dont on vous fait savoir qu'il est également votre magma (même si jamais on ne vous laisse le temps d'en évaluer la combinaison exacte). Vos espoirs, vos pulsions d'externalisation sont, de la sorte, réduits en cendres. Vous n'auriez pas dû vous approcher autant. Vous retirez de cette combustion, mais juste pour quelque temps, une sorte d'aura: le résidu de votre immolation, qui pourra attirer d'autres objets perdus à vous. Mais cet ultime rayonnement, signant votre agonie, rejoindra, comme vous, l'éparpillement dans le néant: vous êtes, de fait, atteint de dissémination, ayant dû renoncer à une orbite qui eût pu être la vôtre, en propre; vous vous êtes décentré de vos propres axes et avez été purement et simplement gobé par un environnement que vous n'avez pas les clefs pour déchiffrer.

Dans les familles, on s'évertue généralement à vous faire connaître que vous appartenez à un corps unique. Même dans celles où la densité des boîtes aux souvenirs non désirés est proche du négligeable — en tout cas, moins massive, moins matière noire que dans l'environnement immédiat d'Irène. Mais, dans les familles à trou(s) noir(s), dans les familles-astres-occlus, on vous prive souvent de la liberté de vous soustraire à la terrible gravité du secret fondamental. Il est vital et impensable que vous puissiez vous évader loin du champ de l'attraction d'une sorte de noyau gravitationnel, parce qu'alors vous pourriez emporter sur vous, autour de vous, au moins jusqu'à ce qu'ils s'éteignent, les rayonnements mystérieux du saccage qu'un esprit fin ou pénétrant pourrait avoir la capacité de décoder."