search

Nos déferlantes

17,06 €

Par Agnès Rostoker

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

La Capitale, 2035. Dans un pays ravagé par le fascisme et les extrémismes de tous bords, la jeune Anna travaille au ministère. Pour elle, tout va bien : elle est le rouage consciencieux d'une machine bien huilée, elle croit en l'appareil d'Etat auquel elle appartient.

Mais elle se souvient, aussi. Elle se souvient de son adolescence dans le sud, au bord de la mer, dans une ville-tour de Babel où s'entre-tissaient les jargons des flics, des jeunes de cité, des gitans et des pseudo-intellectuels. Où se croisaient magistraux et ex-taulards, ados et vieillards, suprémacistes blancs et révolutionnaires, pilotes de ligne et clochards.

Une ville où tout le monde ne se comprenait peut-être pas, mais où la cacophonie était joyeuse et libre, encore. Quand la montée du terrorisme, du racisme, de la misère sociale et du niveau, même, de la mer, semait déjà la discorde et le doute, mais que l'espoir subsistait encore. Quand l'idéologie du nouveau gouvernement nationaliste n'avait pas fini de l'isoler, Anna, de tous ceux qu'elle a aimé un jour.

C'est un 22 mai que tout a commencé...

Fiche technique

Référence
470002
ISBN
9782383500025
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
372
Reliure :
broché
Format :
poche

Magistrate, confrontée au cœur des fragilités humaines, des violences conjugales, des ravages de l'inceste, du racisme et de la haine de l'autre, Agnès Rostoker s'interroge sur la fracture qui mène aux dérives séparatistes et à la flambée des extrémismes. Elle signe un premier roman qui traverse le huis clos familial, les banlieues délaissées et l'univers carcéral dans les turbulences d'une société ébranlée, sans jamais se départir de son décapant sens de l'humour.

"Le 22 mai 2023, un an, jour pour jour, après la victoire de notre Présidente aux élections. La Franque commémorait ce premier anniversaire. Pas toute la Franque, hélas. Les récalcitrants, comme d'habitude, s'efforçaient de pulvériser la joie, bombardaient les réseaux sociaux de leur amertume, barricadaient des rues, menaçaient de s'exiler en masse, mais dans toutes les villes, ils furent matés. A Parvis, le défilé militaire se déroula sans incident. Selon un communiqué du ministère de l'Intérieur, relayé par les médias, les Champs-Attisés demeurèrent sages, comme jamais sous le gouvernement précédent.

Le soleil lui-même, en bon citoyen se mit de la partie [...] Ce mai 2023, sans faillir, il déversa ses rayons métalliques sur les chars kakis et les missiles argentés fraîchement lustrés qui glissaient doucement de la Toile jusqu'à Discorde, et il brilla encore le jour suivant."