Requiem pour un Ashkénaze Agrandir

Requiem pour un Ashkénaze

Et si la paix était possible ?

Par Colette Piat

Plus de détails

460226

9782350302263

7,58 €

Romans

Des récits qui font sens.

 
Requiem pour un Ashkénaze
 
Sous forme romancée, l’auteur s’insurge contre la mort annoncée du judaïsme républicain, laïc et engagé, menacé tant par le communautarisme que par l’antisémitisme ou par le renoncement à l’identité juive.

Un texte prenant qui tisse l’histoire d’une vie du sortir de la guerre à nos jours, celle d’un journaliste « israélite » confronté aux soubresauts de notre temps et balloté entre des milieux contradictoires.

Un kaléidoscope identitaire pour toutes celles et ceux qui sont intéressés à un titre ou à un autre par le judaïsme, la laïcité ou tout simplement amateurs de romans historiques contemporains.
  • Hauteur : 17,8
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 288

Colette Piat est l’auteur d’une quarantaine de romans publiés chez Grasset (Le Père Joseph), Flammarion, Denoël (Lady Blood), aux Presses de la cité (Une robe noire accuse), au Rocher (Les Filles du Roi), Plon (La République des misogynes), Albin Michel (Les Amants de Tourlaville), Payot (Le Matelot des fleuves), Belfond (Adieu Moïse), etc.

"Isaac, lui, était respectueux, comme ses ancêtres. Ceux-ci avaient la « nation » dans le sang. Aucune rancune contre les rats qui avaient tenté de les manger tout crus. Pas de révolte. Une soumission qui doit dater d’époques lointaines où le knout faisait le ménage dans les ghettos, ou provenir de ces chromosomes dont la famille prétendait qu’ils étaient porteurs de génie mais aussi de résignation et de peur.
La révolte… Une bonne recette sournoise mais nuisible. On lance un pavé ; on se retrouve au poste. L’obséquiosité fait avancer plus vite ; plus sûrement ; sans danger. Les kapos, les secrétaires de PDG, les membres des ministères progressent en rangs serrés grâce aux mêmes recettes.
Des fantômes. Ils sont tous morts ; Isaac ne peut plus ni les aimer ni les haïr. Cependant, ils ne le quittent pas. Ils le surveillent ; le tancent ; le conseillent ; le rappellent à l’ordre et l’interpellent. Regardons-le : il est à son bureau. L’a-t-on jamais vu ailleurs ? Entouré de plumes, de dossiers, de papiers, de livres, comme un bon moine juif se battant avec l’Information comme un étudiant de yeshiva se serait battu avec la Torah ; préparant un article ou corrigeant des pages."