L'oeil de la police
search
  • L'oeil de la police

Orages N°10 : L'Œil de la police

22,75 €

N°10

Préparé par Flávio Borda d'Água

 

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

La police est aujourd’hui considérée comme une force exclusivement coercitive et répressive. Or cet « ogre bleu » présente une image à plusieurs facettes : police, gendarmerie, police judiciaire, experts scientifiques… La police est présente dans nos sociétés européennes dès la période antique et régule en effet toute la vie urbaine. Ce n’est pourtant qu’en 1667 à Paris qu’est créée une institution véritable : la lieutenance générale de la police de Paris.
La police est, avant cet édit, un corollaire de la justice. Elle se définit alors comme un modèle étendu d’administration des villes. Le lieutenant général de la police est chargé notamment de la protection des biens et des personnes. Le XVIIIe siècle se révèle une des périodes les plus fertiles pour le développement de cette institution.
Censure, surveillance des mœurs, violence urbaine, incendies, gestion de la pauvreté et approvisionnement de la ville et des vivres sont quelques-unes des pratiques policières d’Ancien Régime. Seule la période révolutionnaire mettra fin à cette institution, pour mieux la  dépasser.

Fiche technique

Référence
460160
ISBN
9782350301600
Hauteur :
24
Largeur :
16
Nombre de pages :
274

Sommaire

Éditorial d’Olivier Bara

Dossier – L’œil de la police

Introduction, par Flávio Borda d’Água (Université de Genève et Institut et Musée Voltaire)

« Ce que la lutte contre l’incendie nous apprend de la police urbaine au XVIIIe siècle »
Catherine Denis, Université de Lille III

 « Observer l’œil : récits et fantasmes du contrôle au XVIIIe siècle »
Christophe Cave, Université Stendhal-Grenoble III

« Madame de Staël sous l’œil de la police (1796-1813) »
Gérard Gengembre, Université de Caen

« Catastrophe de la police et police de la catastrophe. Quelques réflexions sur les “crises” policières au XVIIIe siècle »
Vincent Milliot, Université de Caen Basse-Normandie

« Paul-Louis-Alphonse Canler, un policier au-dessus de toute politique »
Henri Rossi, IUFM d’Amiens

« Stendhal. La police et le poliçon »
Brice Frigau, Bibliothèque municipale de Grenoble

« Les crimes de la police : les forces de l’ordre d’avant 1830 au miroir de la fiction romanesque »,
Nicolas Gauthier, Université de Montréal

« L’Interdiction du Cid d’Andalousie de Lebrun au Théâtre-Français : un modèle de censure théâtrale sous la Restauration »
Odile Krakovitch, Archives nationales de France

 

Textes – L’œil de la police

Édition de six rapports de censure du Ministère de l’Intérieur pour Le Cid d’Andalousie de Lebrun par Odile Krakovitch (Archives nationales de France)

 

Cahier d’Orages

Varia

« Pourquoi écrire l’histoire ? Le point sur l’œuvre de Voltaire dans les années 1760 et 1770 »
Myrtille Méricam-Bourdet (CERPHI – UMR 5037)

« Mezzo voce : la voix de la tragédie française à la fin du XVIIIe siècle »
François Jacob, Institut et Musée Voltaire, Genève

« Le portrait d’Augustine dans La Maison du chat-qui-pelote de Balzac : une expérience de subjectivation »
Fausto Calaça, Université de Mato Grosso, Brésil

Fil-rouge de Jean-Noël Pascal

Entretien avec Bronislaw Baczkó (sur les journées des 5 et 6 octobre 1789)

La revue Orages n°10 a été préparée par Flávio Borda d’Água. Il est l'auteur d'une thèse en histoire moderne portant sur la police à Lisbonne au temps des Lumières (1750-1805).