L’EPS à la maternelle
search
  • L’EPS à la maternelle

L’EPS à la maternelle

18,01 €

Comprendre pour enseigner

par Fabrice Delsahut.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

L’indispensable de l’enseignant et du parent.

L’ouvrage expose clairement les enjeux du sport à l’école maternelle et propose une approche plurielle qui permet de comprendre le pourquoi de diverses pratiques pédagogiques. À partir d’exemples concrets et de conseils, il sensibilise chacun au développement moteur et à son importance pour l’ensemble des apprentissages. Tous les aspects sont abordés y compris les questions sensibles de rapport du corps de l’enseignant à celui de l’élève, de différences de genres ou de rapport au corps qui diffère suivant les traditions culturelles.

Fiche technique

Référence
460721
ISBN
9782350307213
Hauteur :
21 cm
Largeur :
15 cm
Nombre de pages :
120
Couleur :
couleur
Reliure :
broché

PRÉAMBULE

INTRODUCTION

L’ÉTERNEL DÉBUTANT ?

LE CORPS EN OPTION

LE DEVOIR DÉDUQUER

LE CORPS, CE MÉCONNU

LE CORPS IMMOBILISÉ

LE PARADOXE INSTITUTIONNEL FACE AU DIKTAT DU LIRE-ÉCRIRE-COMPTER

L’IMPOSSIBLE DÉNOMINATION

QUE FAUT-IL APPRENDRE ?

QUE FAUT-IL APPRENDRE ET À PARTIR DE QUOI ?

Les patrons moteurs de base

Exemple de manipulations (cerceau)

Les aptitudes perceptives

LES PROCESSUS DE LAPPRENTISSAGE MOTEUR

L’équilibration

La dissociation

La coordination

L’automatisation

LE SCHÉMA CORPOREL ET LIMAGE DE SOI

CONCRÉTISATION : DES EXEMPLES ET DES CHOSES À RETENIR

Exemple de situations d’équilibre

Exemple de parcours

LA LATÉRALITÉ

LE CHANGEMENT DE PARADIGME

APPRENDRE PAR CŒUR ET/OU PAR CORPS ?

ENSEIGNER L’ÉDUCATION PHYSIQUE EN MATERNELLE

SE FORMER POUR INTÉGRER DES SAVOIRS
ISSUS DE CHAMPS DISCIPLINAIRES DIFFÉRENTS

ENTRER DANS UNE DÉMARCHE POUR ALLER
DES COMPÉTENCES AUX OBJECTIFS MOTEURS

L’exemple de la course rapide

S’OBLIGER À SÉRIER LES OBJECTIFS

L’exemple de la ronde

ACCEPTER LES LOIS DE LAPPRENTISSAGE NON-LINÉAIRE

L’exemple du lancer

DONNER DU TEMPS AU TEMPS

L’exemple du jeu des déménageurs
de la petite section à la grande section

DÉVELOPPER DES VISÉES PROSPECTIVES

L’exemple de la balle brûlante au piéton

CONSTRUIRE UN RAPPORT CONSTANT À LA VIE QUOTIDIENNE

GÉRER LE RISQUE

MULTIPLIER LES MODES DE PRÉSENTATION :
LEXPLICATION ET LA DÉMONSTRATION

Être clair, court et précis

Bien utiliser la démonstration

UTILISER LA SYMBOLISATION GRAPHIQUE

CONSTRUIRE PROGRESSIVEMENT LAUTONOMIE ET LA RESPONSABILITÉ
À TRAVERS LES RÔLES SOCIAUX

AMÉLIORER LA VERBALISATION
ET ORGANISER LA CONFRONTATION DE POINTS DE VUE

LE JEU ET LE PRINCIPE DU PLAISIR

L’EPS EN CLASSE

UN MILIEU DE PRATIQUE PARTICULIER : LE MILIEU AQUATIQUE

LE SPORT ET LA MATERNELLE

LA DIMENSION CACHÉE DE L’INTERACTION

LE CORPS PHYSIQUE À LÉCOLE

Exemple des roulades et du lancer (pour l’enseignant)

LE CORPS SOCIALÀ LÉCOLE

Exemple des jeux de lutte (pour l’élève)

LE CORPS CULTUREL

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE

Fabrice Delsahut est maître de conférences à l’INSPÉ de Paris et notamment l’auteur chez Atlande de Réussir l’épreuve d’EPS.

L’exemple de la balle brûlante au piéton

Le jeu des balles brûlantes est classiquement mis en œuvre mais sait-on l’importance qu’il revêt pour l’adulte en devenir ? Deux informations sont ici essentielles. Il faut d’abord savoir que l’attention (capacité à focaliser sa prise d’information, visuelle surtout) est surexclusive pour les enfants de 2 à 6 ans: ils considèrent un seul aspect de la tâche à la fois (et ont tendance à ignorer les autres aspects). Que d’autre part, l’élève fonctionne en vision centrale, ce qui lui permet de réduire la quantité d’informations à traiter. L’enseignant doit donc aider les enfants à prendre en compte plusieurs aspects d’une situation et permettre petit à petit à l’élève de prendre en compte les informations visuelles provenant de la vision périphérique. Dans le jeu des balles brûlantes, l’idée est d’amener l’élève à gérer de plus en plus de paramètres tels que le nombre de balles, la nature de ces dernières, les trajectoires des lancers, les espaces libres... mais aussi le fait d’accepter de se séparer des objets en les lançant de l’autre côté. Toutes ces capacités acquises lui seront bien utiles dans sa vie de piéton. Les enfants sont, après les personnes âgées, les personnes les plus vulnérables en ville face aux voitures. Ils représentent près d’un tiers des personnes renversées. La raison vient en partie du fait que même en ayant regardé des deux côtés, comme il est d’usage, l’enfant ne voit pas un objet pouvant surgir dans son champ de vision périphérique au moment de traverser. Ce type d’appren- tissage évoqué précédemment associé à des exercices d’attention, de gestion des vitesses d’un objet ou de son propre corps, de sélection des signaux appropriés, sont autant de moyens que l’on donne à l’élève pour lutter contre les dispositions physiologiques à tutoyer le danger.