Annexer les corps
search
  • Annexer les corps

Annexer les corps

18,01 €

Une histoire sociale et politique du sport dans l'Alsace allemande (1871-1914)

par Sébastien Stumpp.

préface d’Alfred Wahl.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Un éclairage novateur sur le sport comme enjeu et instrument politique.

Le sport joue un rôle singulier dans la vie de l’Alsace allemande (1871-1914). La période est celle, en Alsace comme dans le reste de l’Europe occidentale, de l’essor du sport mais se double dans la région d’enjeux politiques particuliers. Comme partout, le sport est un marqueur social qui distingue les classes sociales. En Alsace, il s’organise suivant la plus ou moins grande proximité avec la France ou avec l’Allemagne, depuis les sociétés sportives ouvertement francophiles jusqu’aux immigrés d’Allemagne, qui représentent 10 % de la population de la région et 30 % de celle de Strasbourg. Les affiliations confessionnelles sont également un élément de structuration des pratiques sportives, avec une majorité catholique se sentant proche de la France, une élite protestante libérale choyée par l’occupant et une communauté juive ferment de la modernité.

L’ouvrage aborde tous les aspects de la question dans une langue accessible à tous, en mêlant tableaux de synthèse et anecdotes, exemples locaux et considérations d’ensemble. Il est complété par un utile glossaire.

Fiche technique

Référence
460712
ISBN
9782350307121
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
281
Reliure :
broché

Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17
Un “jeu social”. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29
Les classes supérieures
entre “savoir-être” et “savoir-faire”. . . . . . . . . . . . . 30
Des cercles mondains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
Favoriser la diffusion d’une culture savante . . . . . . . 32
La révolution corporelle des jeunes élites techniques .35
Des échanges avec les villes rhénanes
et la Grande-Bretagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38
“Ni bourgeoises, ni prolétaires” :
la montée en puissance
des classes moyennes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41
La culture physique comme marqueur social . . . . . . .41
Le sport compétitif,
une “distraction des nouvelles classes moyennes” . . . 43
Des formes spécifiques de sociabilité . . . . . . . . . . . . 46
Les ouvriers entre
contrôle et émancipation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49
Paternalisme et encadrement
de l’“aristocratie ouvrière” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49
Un interventionnisme municipal . . . . . . . . . . . . . . . . 51
Des ouvriers qui s’organisent . . . . . . . . . . . . . . . . .  53
Un terrain d’affrontement
des mouvements confessionnels 57
Les sociétés gymniques :
de puissants relais politiques
pour les catholiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59
Un mouvement très bien structuré . . . . . . . . . . . . . . 59
Dieu et patries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
Une minorité protestante active . . . . . . . . . . . . . . . . 66
L’implication des mouvements de jeunesse . . . . . . . . 66
La prise en main du mouvement sportif “neutre” . . . . 69
Tensions et rapprochements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
“Petites haines ordinaires” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
L’alliance des forces conservatrices
contre la social-démocratie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
La naissance d’intérêts marchands . . . . . . . . . . . . . . 77
L’association comme
nouvel espace de consommation . . . . . . . . . . . . . . . .79
Des entrepreneurs en quête d’une clientèle sportive . . 79
Les retombées de la mise en spectacle du sport . . . . . 82
Les Vosges comme espace de pérégrination :
l’essor du tourisme de montagne. . . . . . . . . . . . . . . . 87
Infrastructures, acteurs et conflits d’usages . . . . . . . . 87
Du tourisme réceptif au tourisme militant . . . . . . . . . .90
L’essor de l’information sportive . . . . . . . . . . . . . . . . 94
Une mobilisation médiatique multiforme . . . . . . . . . . .94
L’avènement d’une presse spécialisée . . . . . . . . . . . . 97
Imposer les institutions
et les valeurs allemandes 101
Des mondes clos et séparés (1871-1890) . . . . . . . . . 103
L’isolement des gymnastes immigrés . . . . . . . . . . . . .103
Les limites du projet patrimonial du VK . . . . . . . . . . . 106
La constitution de réseaux d’échanges
(1890-1914) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
Intégrer et contraindre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
Des gymnastes qui s’unissent . . . . . . . . . . . . . . . . . .112
L’impossible “repli sur soi” des compétiteurs . . . . . . . 116
“Qui possède la jeunesse,
possède aussi l’avenir” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121
La priorité donnée
à l’éducation corporelle des enfants. . . . . . . . . . . . . . .123
Le “tournant Manteuffel”
et l’avènement des jeux scolaires . . . . . . . . . . . . . . . .123
Des collaborations actives
entre le ZFVJ et la municipalité strasbourgeoise . . . . . .126
Des difficultés d’implantation
au-delà de Strasbourg . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .130
Accompagner le mouvement étudiant . . . . . . . . . . . . . 133
L’essor des fraternités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
Gymnastique, sports athlétiques et randonnée . . . . . . . 134
L’implication accrue des instances de la KWU . . . . . . . . 138
Promouvoir
la nation culturelle allemande . . . . . . .. . . . . . .. . . . . . 141
Des réseaux immigrés
vecteurs d’un nationalisme intégrateur . . . . . . . . . . . .. 143
Des relations étroites
entre les sphères nationalistes et sportives . . . . . . . . . .143
Une “toile panallemande” : réseaux et acteurs . . . . . . . .145
Des dispositifs associatifs pour diffuser
un “discours hégémonique” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
Le Rhin supérieur et l’Europe centrale
comme nouveaux horizons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
Un “travail culturel” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
Pénétrer l’espace de la patrie
pour aller à la rencontre du peuple alsacien . . . . . . . . . .155
Célébrer les héros allemands . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
Le sport, cela sert aussi à faire la guerre . . . . . . .. . . . . .161
Une propédeutique aux conflits armés . . . . . . . . . . . . . .163
Former les futurs combattants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
De la préparation physique
au soutien technologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
Organiser la défense
des frontières d’altitude. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..170
Des options défensives dans les Vosges . . . . . . . . . . . . .170
Quadriller l’espace montagnard . . . . . . . . . . . . . . . . . . .172
Favoriser la diffusion du ski militaire . . . . . . . . . . . . . . .176
“Vous autres
satanés héros de la Revanche” 179
La défiance aux autorités allemandes
(1871-1887) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .181
Des patriotes-citoyens
au service de la cause française . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
L’administration allemande
entre prévention et répression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
Une nouvelle voie (1887-1908) . . . . . . . . . . . . . . . . . . .186
Des stratégies différenciées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
Intégrer les fédérations allemandes
tout en se singularisant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
L’entre-soi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
Le salut par l’international . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
Des sociétés françaises actives
mais étroitement surveillées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .193
Le réveil du mouvement protestataire
(1908-1914) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .196
Des mesures libérales favorables
aux associations de tendance française . . . . . . . . . . . . .196
Un régionalisme francophile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .198
Entre revendications publiques
et contestations feutrées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .202
Échanges ou acculturation ?
Endroit et envers du décor . . . . . . .. . . . . . .. . . . . . . .  207
Notes 213
Sources 251
Archives administratives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .251
Journaux et revues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251
Fonds à caractères de sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252
Sources privées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252
Bibliographie . . . . . . .. . . . . . .. . . . . . .. . . . . . .. . . . . 253
Acronymes . . . . . . .. . . . . . .. . . . . . .. . . . . . .. . . . . . .267
Glossaire. . . . . . .. . . . . . .. . . . . . .. . . . . . .. . . . . . . . 271

Sébatien Stumpp est maître de conférences à l'université de Strasbourg, rattaché à l'unité de recherche "Sport et Sciences Sociales", après avoir été maître de conférence à l’Institut national universitaire François Champollion.

Préface d’Alfred Wahl, professeur émérite à l’université de Metz, spécialiste de l’Histoire de l’Allemagne et de celle du football.