search

Une histoire globale des sports olympiques

27,49 €

par Michaël Attali (dir.), sous la coordination de Yohann Fortune, Louis Violette.

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

130 ans d'histoire olympique revisités à travers 25 passionnants articles sur chacune des disciplines au programme de Paris 2024.
Réunissant les meilleurs spécialistes internationaux de chaque sport, venus de différents horizons disciplinaires. L’ouvrage témoigne d'une volonté d'offrir au lecteur français un panorama international, discipline par discipline, qui dépasse la simple compétition sportive pour questionner le contexte politique, économique et social. L'olympisme est dépeint ici comme le reflet des enjeux et des conflits de chaque époque, depuis la question de la lutte qui a failli être éjectée des JO dès les origines jusqu’à celle du breakdance qui frappe à la porte des Jeux depuis trente ans en passant par le hand ball, sport allemand banni après 1936 à Berlin et jusqu’en 1972 à Munich.

Fiche technique

Référence
460947
ISBN
9782350309477
Hauteur :
21 cm
Largeur :
15 cm
Nombre de pages :
720
Reliure :
broché

INTRODUCTION

LES SPORTS OLYMPIQUES DANS TOUS LEURS ÉTATS
DEVENIR UN SPORT OLYMPIQUE
LES TRAJECTOIRES OLYMPIQUES OU LES VOIES DE L’OLYMPISATION
UN DÉFI ÉDITORIAL


LES SPORTS OLYMPIQUES ORIGINELS


CONVERGENCES ET DÉPENDANCES :
L’ATHLÉTISME AUX JEUX OLYMPIQUES (1896-2024)

PRISE DE MARQUES (1896-1924)
ÉMERGENCE DE NOUVELLES CONCURRENCES (1928-1948)
GUERRE FROIDE ATHLÉTIQUE ET PERCÉE AFRICAINE (1952-1980)
MONDIALISATION ATHLÉTIQUE ET PROFESSIONNALISME (1984-2020)
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


L’AVIRON OLYMPIQUE : UNE CONSÉCRATION ? (1896-2024)
L’INTÉGRATION DE L’AVIRON (1896-1900)
DOMINATIONS ET PERFORMANCES (1900-2028)
LES FEMMES AUX JO DEPUIS 1976
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LE CYCLISME OLYMPIQUE :
UN SPORT POPULAIRE SOUS LE FEU DES CONTROVERSES (1896-2024)
À L’HEURE DES PREMIERS CHOIX
LE CYCLISME OLYMPIQUE AU COEUR DU DÉBAT AMATEURISME-PROFESSIONNALISME
LE CYCLISME OLYMPIQUE DANS LA GUERRE FROIDE : PERFORMANCES ET FÉMINISATION
LE DOPAGE DANS LE CYCLISME, UN MAL PERSISTANT
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


L’ESCRIME : LES ENJEUX D’UNE PERMANENCE OLYMPIQUE (1896-2024)
DES CONDITIONS FAVORABLES À SON INTRODUCTION
ORGANISER L’ESCRIME MONDIALE : UN ENJEU OLYMPIQUE
L’ÉVOLUTION DES CONDITIONS DE PRATIQUE
SE MODERNISER POUR SE MAINTENIR
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LA GYMNASTIQUE OLYMPIQUE :
LA NÉCESSITÉ D’ÊTRE VU ET JUGÉ (1896-2024)
GYMNASTIQUES EUROPÉENNES VS GYMNASTIQUE OLYMPIQUE (1894-1923)
L’AVÈNEMENT DES PERFORMANCES INDIVIDUELLES EN GYMNASTIQUE (1924-1951)
LE SOLEIL GYMNIQUE SE LÈVE À L’EST (1952-1988)
RENDRE LE SPECTACLE GYMNIQUE APPRÉCIÉ PAR LE PUBLIC (1989-2003)
LA MISE EN PLACE D’UN NOUVEAU SYSTÈME DE POINTAGE (2004-2024)
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LE COMBAT DE L’HALTÉROPHILIE
POUR LA RECONNAISSANCE OLYMPIQUE (1896-2024)
LA VOIE DE L’INSTITUTIONNALISATION
L’HALTÉROPHILIE AU COEUR DE LA GUERRE FROIDE
LE TEMPS DES CONTROVERSES
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


DU SPORT ANTIQUE AU SPORT MODERNE,
LA LUTTE EN QUESTIONS (1896-2024)
D’UNE LUTTE AMATEUR À DEUX LUTTES OLYMPIQUES
DES STYLES EN DÉSHÉRENCE FACE AUX EXIGENCES GÉOPOLITIQUES.
L’INTÉGRATION DU STYLE FÉMININ : UN ENJEU DE PÉRENNITÉ OLYMPIQUE
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOI


LA NATATION :
UNE PERMANENCE SOUS L’EMPRISE
DE LA FÉDÉRATION INTERNATIONALE (1896-2024)

NAGER EN PLEINE EAU (1896-1904)
NAISSANCE ET EMPRISE DE LA FINA (1908-1920)
LA NORMALISATION DU BASSIN OLYMPIQUE (1924-1932)
UNE NATATION AU COEUR DES JO POLITISÉS (1936-1988)
UN SPORT PLURIEL FACE À DE NOUVEAUX DÉFIS (1992-2024)
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


ENTRE AMATEURISME ET PROFESSIONNALISME D’UN SPORT SPECTACLE :
LA BOXE OLYMPIQUE (1904-2024)
ÉMERGENCE DE LA BOXE OLYMPIQUE (1904-1946)
BOXING-BUSINESS ET GUERRE FROIDE (1946-1984)
LA BOXE OLYMPIQUE DANS LA TOURMENTE (1988-2024)
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LE FOOTBALL.
ADHÉSION ET AUTONOMIE D’UN SPORT OLYMPIQUE (1900-2024)
L’OLYMPISME, TERRE D’ACCUEIL DU FOOTBALL INTERNATIONAL (1900-1930)
UNE QUÊTE D’AUTONOMIE (DES ANNÉES 1930 AUX ANNÉES 1980)
UNE VITRINE POUR UN FOOTBALL RENOUVELÉ
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LE HOCKEY SUR GAZON,
UN SPORT OLYMPIQUE CONFIDENTIEL (1908-2024)
SE CONSTRUIRE COMME SPORT OLYMPIQUE
LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DU CHANGEMENT
UNE AMBITION MÉDIATIQUE
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LES SPORTS ÉQUESTRES OLYMPIQUES :
ENTRE INFLUENCE MILITAIRE
ET PRÉSENCE D’UN “CHEVAL-ATHLÈTE” (1900-2024)

L’INFLUENCE MILITAIRE (1900-1948)
RENOUVELLEMENT ET OUVERTURE (1952-1988)
DÉFIS ET DÉPENDANCE (1992-2024)
CONCLUSION
POUR EN SAVOIR PLUS


LE TIR AUX JO,
HISTOIRE D’UNE CODIFICATION SPORTIVE (1896-2024)
UN MOTEUR OLYMPIQUE.
LA MARGINALISATION PROGRESSIVE D’UNE DISCIPLINE
UN SPORT AUTONOMISÉ DEPUIS LES ANNÉES 1960
UN SPORT POUR DEMAIN ?
POUR ALLER PLUS LOIN


VOILE ET OLYMPISME :
UN JEU D’INFLUENCES INVERSÉ (1896-2024)
LES DIFFICULTÉS DES PREMIÈRES ÉDITIONS
L’ARRIVÉE DES MONOTYPES
L’ENTRÉE DES ENGINS DE GLISSE DANS LE GIRON OLYMPIQUE
LES FEMMES DANS LES ÉPREUVES DE VOILE OLYMPIQUE
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


L’OLYMPISME AU SECOURS DU WATER-POLO (1900-2024)
UN SPORT INCONTOURNABLE (1900-1955)
LE WATER-POLO DANS LA TOURMENTE (1956-1987)
UNE QUERELLE DE RÈGLES ET DE GENRE (1988-2024)
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LES ALÉAS DE L’ACTUALISATION DU PROGRAMME OLYMPIQUE


LE TENNIS,
CHEVAL DE TROIE DU PROFESSIONNALISME AUX JO (1896-2024)
LE PREMIER ÂGE DU TENNIS OLYMPIQUE (1894-1913)
LA RUPTURE PROGRESSIVE ENTRE LA FILT ET LE CIO (1920-1928)
L’INTRANSIGEANCE DU CIO FACE À L’ILTF (1945-1968)
LE RETOUR DU TENNIS AUX JO DE SÉOUL 1988 : UN LABORATOIRE POUR LA FIN DE L’AMATEURISME
UN ÉPILOGUE EN DEMI-TEINTE
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


RUGBY ET OLYMPISME :
UNE CONQUÊTE CONTRASTÉE DE L’UNIVERSALISME (1900-2024)
DES PREMIÈRES AVENTURES OLYMPIQUES À LA “CORRIDA” DE 1924
À LA RECONQUÊTE DE LA FAMILLE OLYMPIQUE
L’AVÈNEMENT D’UN NOUVEAU MONDE : LE RUGBY À VII
OPTIMISER LA PARTICIPATION OLYMPIQUE
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LE GOLF :
LA LONGUE TRAVERSÉE DU DÉSERT
D’UNE DISCIPLINE PIONNIÈRE (1900-2024)

L’INSCRIPTION PRÉCOCE DU GOLF AU PROGRAMME OLYMPIQUE (1900)
LA DISPARITION DU GOLF AUX JO (1904-1912)
UNE LONGUE TRAVERSÉE DU DÉSERT (1920-1980)
LA RÉINTÉGRATION DU GOLF AUX JO (1980-2022)
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


DES ANCIENS JEUX CHEVALERESQUES…
AU TIR À L’ARC OLYMPIQUE (1900-2024)
LA PREMIÈRE EXPÉRIENCE OLYMPIQUE DE L’ANCIEN “NOBLE JEU” DE TIR
LES JEUX DE PARIS (1900) : ACCÉLÉRATEURS DE LA MUTATION
L’IMPOSSIBLE TRAJECTOIRE OLYMPIQUE DES ANCIENS JEUX EUROPÉENS (1904-1920)
LA MODERNITÉ OLYMPIQUE DU TIR À L’ARC (DE 1972 À 1992)
LA MONDIALISATION OLYMPIQUE DU TIR À L’ARC
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LE BASKET-BALL OLYMPIQUE
À LA CONQUÊTE DE L’UNIVERSALITÉ (1904-2024)
AUX MARGES DES JO (1904-1924)
STRUCTURATION DE LA FIBA ET INTÉGRATION AU PROGRAMME DES JO DE 1936
L’UNIVERSALISME EN PERSPECTIVE (1948-1976)
UNE CONVERGENCE ENTRE LA NBA, LA FIBA ET LE CIO (1980-1992)
UN SPECTACLE PROTÉIFORME (1996-2020)
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LE PENTATHLON MODERNE :
UN SPORT OLYMPIQUE TRADITIONNEL MODERNISÉ (1912-2024)
UNE LÉGITIMITÉ ORIGINELLE
UNE INSTITUTIONNALISATION AMBITIEUSE
UN SPORT EN SURSIS
LES ÉPREUVES HIPPIQUES AU COEUR DES TRANSFORMATIONS
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LE CANOË-KAYAK :
L’OLYMPISME COMME ALLÉGORIE DES NATIONS (1936-2024)
LES FONDEMENTS DE L’INTÉGRATION OLYMPIQUE
DIFFUSION ET ÉQUILIBRES GÉOPOLITIQUES
DE NOUVELLES RIVALITÉS NATIONALES
LE MAINTIEN DU SLALOM AUX JO : UNE QUÊTE D’UNIVERSALITÉ
UN SPECTACLE MONDIAL ?
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LA TRAJECTOIRE SINGULIÈRE DU HANDBALL
DANS LE SYSTÈME OLYMPIQUE (1936-2024)

UNE RECONNAISSANCE CONTROVERSÉE
ENTRE SINGULARITÉS ET DÉPENDANCES
UN ENTRE-SOI EUROPÉEN
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LE JUDO :
UN DÉVELOPPEMENT À LA CROISÉE
DES MODÈLES JAPONAIS ET OCCIDENTAUX (1964-2024)
L’INTÉGRATION OLYMPIQUE
UNE DISCIPLINE TRANSFORMÉE PAR L’OLYMPISME
INTERNATIONALISATION ET DÉVELOPPEMENT
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LE VOLLEYBALL OLYMPIQUE :
UNE HISTOIRE DE GUERRE FROIDE SPORTIVE (1964-2024)
LA CIRCULATION D’OUEST EN EST
LA MARCHE VERS L’ADMISSION AUX JO (1952-1964)
GUERRE FROIDE ENTRE L’URSS ET LE JAPON (1964-1980)
LA RÉCONCILIATION PAR L’ARGENT
LE BEACH-VOLLEY, UNE ÉPREUVE OLYMPIQUE INATTENDUE
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LA GYMNASTIQUE RYTHMIQUE :
L’OLYMPISATION D’UNE DISCIPLINE FÉMININE (1984-2024)
FABRIQUER UN SPORT
LES PREMIÈRES EXPÉRIENCES OLYMPIQUES
LES DÉBUTS D’UNE RÉVOLUTION
LE SPORTIF CONTRE L’ARTISTIQUE
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LA NATATION ARTISTIQUE,
DISCIPLINE OLYMPIQUE CAR FÉMININE (1984-2024)
OLYMPISER UN SPORT “FÉMININ”
PÉRENNISER UN SPORT CONTROVERSÉ
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN

TENNIS DE TABLE ET OLYMPISME :
LE MARIAGE DE RAISON (1988-2024)
ITTF ET CIO : UN RAPPORT COMPLEXE (1926-1981)
DYNAMIQUE SPORTIVE ET EXTENSION SOCIOGÉOGRAPHIQUE
ÉVOLUTIONS INSTITUTIONNELLES, TECHNIQUES ET RÉGLEMENTAIRES
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LA VOIE OLYMPIQUE DU PIED ET DU POING :
INTÉGRATION ET MISES À L’ÉPREUVE DU TAEKWONDO (1988-2024)
ENJEUX DE GOUVERNANCE AUTOUR D’UNE INTÉGRATION
D’UN ART-MARTIAL CORÉEN À UN SPORT OLYMPIQUE
CONTROVERSES ET MISE À L’ÉPREUVE
LONDRES 2012 ; L’ENTRÉE DANS UNE NOUVELLE ÈRE
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LES SPORTS OLYMPIQUES FACE À LA MODERNITÉ CONTEMPORAINE


BADMINTON : LE PARI GAGNÉ DE L’OLYMPISME (1992-2024)
UNE LONGUE MARCHE VERS L’OLYMPISME
ENTRE CONSÉCRATION ET DEVOIR D’EXEMPLARITÉ (1992-2012)
UNE INCONTESTABLE DYNAMIQUE OLYMPIQUE
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LES OPPORTUNITÉS OLYMPIQUES DU VTT (1996-2024)
OLYMPISATION, MÉDIATISATION ET DIFFUSION D’UN SPORT CALIFORNIEN
DES ENJEUX INSTITUTIONNELS ET ÉCONOMIQUES COMMUNS
DES ÉPREUVES SPECTACULAIRES
UNE MÉDIATISATION ACCRUE DES CHAMPIONS
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


L’IRRÉMÉDIABLE ATTRACTION OLYMPIQUE
DU TRIATHLON (2000-2024)
UNE INTÉGRATION FACILITÉE PAR UNE INSTITUTIONNALISATION ACCÉLÉRÉE
LE FAÇONNAGE OLYMPIQUE
UN SPORT COMME UN AUTRE ?
CONCLUSION
POUR EN SAVOIR PLUS

LES TERGIVERSATIONS DE L’INTÉGRATION OLYMPIQUE
DU TRAMPOLINE (2000-2024)
LA STRUCTURATION INSTITUTIONNELLE
LES ÉTAPES DE L’INTÉGRATION OLYMPIQUE
DOMINATIONS ET DÉPENDANCES
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


L’OLYMPISATION DES BMX :
L’INTÉGRATION DE CULTURES ALTERNATIVES (2008-2024)
L’INSTITUTIONNALISATION DU BMX RACING
L’ALTERNATIVE DU BMX FREESTYLE
L’INTÉGRATION OLYMPIQUE
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


LE SURF :
UNE ACTIVITÉ AU PRISME DES TRANSFORMATIONS
DE L’OLYMPISME (2020-2024)
DES TRACTATIONS ANCIENNES
LES CONTROVERSES RELATIVES AUX MODALITÉS DE SÉLECTION DES ATHLÈTES
UNE INTÉGRATION INTÉRESSÉE ?
PARIS 2024 ; DES PROBLÉMATIQUES COMPOSITES
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


L’ESCALADE AUX JO : UNE TRANSFORMATION DE LA DISCIPLINE
ET DES INSTANCES FÉDÉRALES (2020-2024)
UN PROJET ANCIEN POUR UNE INTÉGRATION RÉCENTE
L’INNOVATION RÉGLEMENTAIRE FACE AUX EXIGENCES DU CIO
CONSÉQUENCES ET CONTROVERSES
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


L’OLYMPISATION DU SKATEBOARD :
DU REJET À L’ACCEPTATION (2020-2024)
LE SKATEBOARD : CULTURE ANTICONFORMISTE MAIS PRATIQUE COMPÉTITIVE
L’AFFIRMATION D’UN MODÈLE COMPÉTITIF
LES LUTTES AUTOUR DE L’INSCRIPTION AUX JO
LES INCIDENCES DE L’OLYMPISATION
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


DE LA RUE AUX JEUX OLYMPIQUES :
LA MISE EN FORME SPORTIVE DU BREAKDANCE (2024)
AUX ORIGINES DU BREAKDANCE (1960-1990)
UNE NORMALISATION NÉGOCIÉE (1990- 2010)
LE FORMAT OLYMPIQUE
CONCLUSION
POUR ALLER PLUS LOIN


CONCLUSION

LE PATCHWORK OLYMPIQUE
UNE OLYMPISATION ANCRÉE
UN RAPPORT SEGMENTÉ AUX TEMPS HISTORIQUES
UNE SUCCESSION DE MOUVEMENTS
UN AVENIR TROUBLÉ ?

ANNEXE

Directeur et Coordonnateurs

Michael ATTALI est professeur des Universités à l’UFRSTAPS de l’Université Rennes 2, directeur du laboratoire Valeurs, Innovations, Politiques, Socialisations et Sports (VIPS2 – UR 4636), responsable du master DISC (Développement, Intégration, Sport et Culture). Il a été pendant six ans, président de la Société française d’histoire du sport et mène des expertises auprès de plusieurs organismes nationaux et internationaux. Ses travaux portent sur les processus de diffusion du sport dans plusieurs contextes. Il s’intéresse également aux effets des programmes d’éducation, des dispositifs et des événements sur les publics. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et articles permettant de situer le sport dans le monde contemporain.

Yohann FORTUNE est maître de conférences en histoire du sport et de l’éducation physique à l’Université de Rennes 2, membre du laboratoire VIPS2 (UR 4636) et professeur agrégé d’EPS. Il est membre élu au conseil d’administration de la Société française d’histoire du sport. Spécialiste de l’athlétisme, ses recherches s’inscrivent dans le cadre de l’histoire culturelle. Elles portent notamment sur l’étude des mécanismes ayant conduit à structurer le sport comme un objet social et culturel.

Louis VIOLETTE est maître de conférences à l’Université de La Réunion et membre du laboratoire ESPACE-DEV (UMR 228). Docteur en histoire contemporaine, ses recherches se focalisent sur les dimensions mémorielles et patrimoniales du sport, ainsi que sur le processus de globalisation du sport au XXe siècle.

Contributeurs

Thibaut AUSSANT est doctorant en sociologie à l’Université d’Angers, au sein du laboratoire Espaces et Sociétés (UMR CNRS 6590). Il prépare une thèse au sujet des enjeux – à la fois sociaux, politiques, culturels et économiques – que suscite l’épreuve de surf des JO de Paris 2024, qui aura lieu à Tahiti. Ses travaux l’amènent à s’intéresser tout autant au Mouvement olympique qu’à la société tahitienne et ses enjeux contemporains.

Emmanuel AUVRAY, agrégé d’éducation physique et docteur en STAPS, est enseignant en STAPS à l’Université de Caen Normandie. Membre associé du Laboratoire Histoire-Territoire-Mémoire (UR 7455), ses travaux portent sur l’histoire de l’éducation physique scolaire, l’histoire du sport et l’histoire territoriale des espaces sportifs.

Natalia BAZOGE est maîtresse de conférences en STAPS à l’Université Grenoble Alpes. Elle est membre du laboratoire Sport et Environnement Social (SENS – EA 3742) au sein duquel ses recherches portent sur l’histoire genrée des pratiques sportives et de l’éducation physique scolaire.

Sandie BEAUDOUIN est maîtresse de conférences à l’Université Gustave Eiffel. Ses travaux portent sur l’institutionnalisation et la diffusion des pratiques nautiques.

Daphné BOLZ est professeur des Universités en STAPS à l’Université de Rouen Normandie et membre du laboratoire CETAPS (UR 3832). Ses travaux portent sur les enjeux politiques, sociaux et culturels des pratiques physiques en Europe de la fin du XIXe au milieu du XXe siècle, tout particulièrement en Allemagne, en Italie, en Grande-Bretagne et en France. Elle s’intéresse notamment aux politiques sportives, aux espaces des pratiques, à l’architecture sportive et à l’Olympisme dans une perspective d’histoire transnationale.

Lise CARDIN, enseignante agrégée à la faculté des sciences du sport de l’Université de Strasbourg, est docteur en sciences sociales du sport. Rattachée à l’unité de recherche Sport et sciences sociales, ses travaux portent sur l’histoire du handball en France et s’inscrivent plus largement autour de la thématique de la diffusion des pratiques physiques et sportives.

Florence CARPENTIER est maîtresse de conférences à l’Université de Normandie-Rouen. Au sein du Centre d’études des transformations physiques et sportives (UR 3832), ses recherches portent sur l’histoire du CIO, du genre et des sports. Entre 2018 et 2022, elle participe comme chercheur senior au projet “Les membres du CIO de 1894 à 1972. Prosopographie d’une élite transnationale”, dirigé par Patrick Clastres à l’Université de Lausanne.

Pascal CHARROIN est maître de conférences HDR au Département STAPS et au sein du Pôle International Heritages and Cultural Landscapes de l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne. Il est chercheur au sein du Laboratoire sur les Vulnérabilités et l’Innovation dans le Sport (UR 7428) de l’Université Claude Bernard Lyon1. Ses recherches portent sur la mise en patrimoine du sport.

Sabine CHAVINIER-RÉLA est l’auteur d’une thèse de doctorat sur la genèse du basket français (1893-1933), soutenue en 2008. Maîtresse de conférences à l’Université de Limoges depuis 2015, elle a été membre de la commission patrimoine de la FFBB de 2008 à 2013 et membre de la commission label-club de la Ligue nationale de basket-ball de 2013 à 2023.

Patrick CLASTRES est professeur à la faculté des sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne (ISSUL/CRHIM/CEOGS). Agrégé d’histoire et docteur en histoire contemporaine, il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles sur l’histoire sociale, culturelle et politique des sports en France et dans le monde, en particulier sur le tennis. Ses travaux portent actuellement sur l’histoire et la géopolitique du sport international, notamment sur le CIO, les fédérations sportives internationales et leurs principaux dirigeants.

François da ROCHA CARNEIRO est docteur en histoire contemporaine et chercheur associé au Centre de Recherche et d’Études Histoire et Sociétés (CREHS-Université d’Artois). Spécialiste de l’histoire du football français, il est l’auteur d’Une histoire de France en crampons (Éditions du Détour) qui a obtenu le Prix du document sportif 2022.

Haimo GROENEN est maître de conférences à l’Université de Lille, membre de l’Unité de Recherche Pluridisciplinaire Sport, Santé, Société (ULR 7369). Ses travaux portent essentiellement sur l’histoire culturelle de l’éducation physique et des sports de combat. Ses thématiques concernent l’entraînement, l’enseignement, l’éducation, les politiques fédérales, le genre et la santé.

John D. FAIR est professeur émérite à l’Université d’Auburn et auteur de dix ouvrages, dont Muscletown USA (Penn State, 1999), Mr. America (Texas, 2015), Muscles in the Movies (Missouri, 2020) et Tommy Kono ; The Life of America’s Greatest Weightlifter (McFarland, 2023). Il est professeur de kinésiologie au Stark Center for Physical Culture and Sports de l’Université du Texas, à Austin.

Jean-Jacques DUPAUX est agrégé d’EPS et docteur en sciences du sport, retraité de l’UFR STAPS Besançon. Ses travaux de recherche s’inscrivent en histoire de l’EPS et de la gymnastique.
Thomas FRESSIN est docteur en histoire moderne, maître de conférences en informatique à l’Université Gustave Eiffel et archer. Il a étudié les compagnies des chevaliers des nobles jeux de l’arc, de l’arbalète et de l’arquebuse sous l’Ancien Régime. Il mène aujourd’hui des recherches sur la Maison militaire du Roi et la valorisation du patrimoine par les humanités numériques.

Tony FROISSART est professeur émérite de l’Université de Reims-Champagne-Ardenne (URCA) et membre du laboratoire PSMS de l’URCA. Ses travaux de recherche portent sur l’histoire de la gymnastique, du sport populaire et du solidarisme sportif.

Christophe GUIBERT est sociologue, professeur des Universités à l’ESTHUA – Faculté de tourisme, culture et hospitalité de l’Université d’Angers et membre du laboratoire Espaces et Sociétés (UMR CNRS6590). Ses travaux portent notamment sur l’étude du surf à l’aune de multiples dimensions. Depuis 2016, il coordonne le campus des Sables d’Olonne où il est responsable pédagogique de deux licences et un master dans le domaine du tourisme littoral.

Jean-Yves GUILLAIN est docteur en Sciences du sport, membre associé du Laboratoire « Culture, Sport, Santé, Société » de l’Université de Franche-Comté. Conférencier et commissaire d’exposition, il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles sur l’histoire du sport. Ses recherches portent principalement sur l’iconographie sportive (peintures, affiches, imagerie populaire).

Doriane GOMET, docteur en histoire contemporaine et en STAPS, est maîtresse de conférences à l’IFEPSA et rattachée au laboratoire VIPS² de l’Université Rennes 2. Ses travaux portent sur les enjeux politiques et éducatifs du sport.

Sandra HECK, docteur en science du sport, travaille à l’École nationale de l’éducation physique et des sports (ENEPS) au Luxembourg. Ses recherches portent en particulier sur l’histoire des sports combinés. Elle est déléguée nationale de la Fédération Internationale de l’Éducation Physique (FIEPS) et membre du conseil exécutif de l’International Council of Sport Science and Physical Education (ICSSPE).

Denis JALLAT est maître de conférences à l’Université de Strasbourg. Ses travaux portent sur les enjeux du sport comme “autre lieu du politique” et sur les mécanismes de transfert culturel notamment entre France, Amérique du Nord et Royaume-Uni.

Guillaume JOMAND est professeur agrégé d’EPS et docteur en STAPS. Ses recherches questionnent les processus à l’oeuvre dans l’intégration des femmes dans les sports de combat et les arts martiaux.

Fanny LE MANCQ est docteure en sociologie et maîtresse de conférences à l’UFRSTAPS de l’Université de Caen Normandie. Elle est membre du Centre de recherche risques et vulnérabilités (UR 3918) de l’Université de Caen Normandie. Au croisement de la sociologie du sport, du genre, du travail et des professions, ses recherches interrogent les constructions des carrières avec une attention particulière portée à l’étude des mondes équestres.

Jean-François LOUDCHER est professeur des Universités en sciences historiques et sociales du sport à l’UFSTAPS de Bordeaux. Ses recherches concernent l’éducation physique, les activités de combat, les techniques du corps, les images, l’idéologie, la violence (de genre et sociale) et les Jeux olympiques. Il a été président du Comité européen d’histoire du sport et de la Société française d’histoire du sport.

Clément LUY est agrégé d’italien et doctorant en études italiennes à l’ENS de Lyon (Triangle, UMR 5206) et à l’Université de Rouen Normandie (CETAPS, UR 3832). Sa thèse de doctorat porte sur le cyclisme italien et ses usages dans l’Italie fasciste. Il s’intéresse par ailleurs à de nombreux enjeux politiques, culturels et sociaux de l’histoire contemporaine italienne.

Antoine MARSAC est sociologue, maître de conférences au laboratoire ACP de l’Université Gustave Eiffel à Marne-la-vallée. Ses travaux portent sur les liens entre sports, tourisme et territoires appréhendés dans leurs dimensions sociologiques et anthropologiques.

Wade NELSON a travaillé comme professeur adjoint à l’Université d’York, à l’Université de Winnipeg et à l’Université du Nouveau-Brunswick à Saint John, au Canada. Il est l’auteur d’une thèse sur la culture du BMX à l’Université McGill en 2006.

Lionel PABION, agrégé et docteur en histoire, est maître de conférences à l’UFRSTAPS de l’Université Rennes 2 et membre du laboratoire VIPS2 (UR4636). Il est spécialiste de l’histoire des activités physiques et sportives en Europe au tournant du XIXe et du XXe siècle. Il étudie notamment l’importance des enjeux militaires dans l’émergence du sport moderne.

Benjamin PAON est docteur en sociologie à l’Université Paul Valéry Montpellier 3 et membre du LEIRIS. Il a soutenu une thèse intitulée “La normalisation culturelle du Hip hop en France et l’adoption institutionnelle d’une breakdance légitimée”.

Marion PHILIPPE est maîtresse de conférences en STAPS au sein de Laboratoire ACP (EA 3350) de l’Université Gustave-Eiffel. Elle étudie particulièrement la façon dont la médiatisation des épreuves féminines lors des JO a un impact sur la pratique sportive des filles et des femmes.

Baptiste POINTILLART est enseignant d’histoire-géographie et doctorant en Sciences de l’éducation à l’Université de Bordeaux. Il étudie les usages des espaces publics des villes en prenant comme prisme l’histoire de la pratique du skateboard pour en analyser les mutations, les négociations et les politiques qui interrogent les utilisations des villes.

Cyril POLYCARPE est maître de conférences en STAPS à l’Université de Franche-Comté, au sein du laboratoire Culture Sport Santé Société (UR 4660). Ses recherches portent sur l’expansion de l’Olympisme, les relations internationales et les mécanismes permettant la mise en place et la diffusion de politiques publiques du sport.

Grégory QUIN est maître d’enseignement et de recherche à l’Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne. Il a dirigé le projet “La fabrique des sports nationaux”, créé la revue Les Sports Modernes et co-dirige actuellement l’“Atelier des histoires”, plateforme interfacultaire de promotion des sciences historiques de l’Université de Lausanne.

Yohann RECH est maître de conférences en STAPS à l’Université Rennes 2 et membre du laboratoire VIPS2 (UR4636). Ses recherches en sociologie et management du sport portent principalement sur l’organisation et la gestion des sports de nature, ainsi que sur les politiques sportives et touristiques.

Thomas RIFFAUD est sociologue et chercheur associé au sein du laboratoire Santésih de l’Université de Montpellier.

Augustin ROGEAUX est docteur en STAPS, chercheur-associé au laboratoire VIPS2 (UR4636) à l’Université Rennes 2 et enseignant d’EPS à l’UFRSTAPS de l’Université Paris-Saclay. Ses travaux portent sur les transformations organisationnelles de l’escalade au niveau national et international.

Jean SAINT-MARTIN est professeur des Universités en STAPS à l’Université de Strasbourg. Il mène ses recherches au sein du laboratoire PSMS de l’Université Reims-Champagne-Ardenne.

Frédéric SAVRE est professeur agrégé d’EPS dans l’académie d’Aix-Marseille. Il a soutenu une thèse de doctorat en 2009 sur l’histoire du VTT.

Otto SCHANTZ est professeur émérite de l’Université de Koblenz-Landau (Allemagne). Il a été l’un des membres fondateurs du Conseil de recherche du CIO et a publié de nombreux articles sur le Mouvement olympique et paralympique.

Pierre-Olaf SCHUT est professeur à l’Université Gustave Eiffel et président de l’International Society for the History of Physical Education and Sport. Il travaille principalement sur le développement des pratiques sportives de plein air et l’Olympisme.

Serge VAUCELLE est historien au sein du laboratoire CreSco (URU 7419), maître de conférences à la faculté des sciences du sport de l’Université Paul Sabatier, et dirige un master en entraînement et optimisation de la performance sportive. Il travaille sur le coaching sportif contemporain et mène ses recherches sur les jeux anciens du patrimoine.

Mathys VIERSAC est doctorant à l’Université Rennes 2 au sein du laboratoire VIPS2 (UR 4636). Ses travaux portent sur l’Olympisme et les grands événements sportifs internationaux. Il accorde une attention particulière à l’héritage des Jeux olympiques.

Joris VINCENT est maître de conférences à l’Université de Lille et membre de l’Unité de Recherche Pluridisciplinaire Sport, Santé, Société (UR 6379). Ses travaux portent sur l’histoire du rugby dans ses dimensions sociales, politiques, littéraires et techniques.

Si devenir olympique constitue pour la plupart des sports une consécration en raison des bénéfices escomptés, cette position provoque aussi des transformations multiples et durables que cet ouvrage tente de cerner. La situation de tel ou tel sport n’est pas définitive et les modifications qu’il va subir déterminent sa trajectoire dans un environnement prometteur tout en étant pétri d’exigences.
S’y intéresser conduit à porter un regard renouvelé sur l’Olympisme. En effet, celui-ci offre un cadre particulièrement fécond dans la perspective d’une histoire globale, laquelle renvoie à une démarche prêtant une attention particulière aux transferts culturels, aux enjeux transnationaux comme aux approches comparatives28. Ainsi, tout autant qu’il n’est pas envisageable de concevoir les sociétés comme des entités cloisonnées, nous avons considéré chacun des sports olympiques comme faisant partie d’un ensemble, d’une culture commune qui évolue tout en les modifiant.