Le Roman d'Énéas Agrandir

Le Roman d'Énéas

Par Valérie Méot, Marylène Possamaï et Romaine Wolf

Plus de détails

460287

9782350302874

18,01 €

Clefs-concours
S'adressant à tous les candidats aux concours, en particulier Agrégation et CAPES, Clefs-concours offre une synhtèse par sujet. Conçu comme un repère par rapport aux monographies et aux cours et comme un outil de révision, chaque ouvrage est articulé autour de fiches thématiques permettant de faire le point sur les acquis de la recherche.
Synthèse des travaux les plus récents, Clefs-concours permet de s'orienter dans la bibliographie et de mettre en perspective l'évolution des savoirs.
 
Clefs concours Lettres
Tous les titres sont organisés autour d’une structure commune :
- des repères : un rappel du contexte historique et littéraire.
- les grandes “problématiques”, indispensables à la compréhension des enjeux de l'œuvre.
- le “travail du texte” consacré aux questions de langue, de stylistique et de grammaire.
- des outils méthodologiques, notamment bibliographiques.
- un système de circulation entre les fiches et les références bibliographiques.
  • Hauteur : 17,8
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 320

INTRODUCTION

REPÈRES

PROBLÉMATIQUES

Introduction
Analyse et structure
La question de l'énonciation
Des thématiques épiques...
... À l'éclosion du romanesque
Conclusion

LE TRAVAIL DU TEXTE

Les épreuves littéraires dU concours
L'épreuve de grammaire

BIBLIOGRAPHIE

Valérie Méot, maître de conférences à l'université Stendhal-Grenoble 3.

Marylène Possamaï, professeur de langue et littérature françaises et latines médiévales à l'université Lumière-Lyon 2.

Romaine Wolf, maître de conférences à l'université Lumière-Lyon 2 et chargée de cours à l'université de Genève.

"Mais, quelle qu’en soit la version, le Roman d’Énéas doit être replacé dans le grand mouvement de translatio qui caractérise ce qu’on a pu appeler la “renaissance du xiie siècle” [Haskins, 1933] et marque la naissance du “roman”, dans les deux sens du terme, celui de “littérature en langue romane” et celui de “genre romanesque”. Le texte au programme est en effet à relier aux autres “romans d’Antiquité”, le Roman de Thèbes et le Roman de Troie, ainsi qu’à tous ces textes du xiie siècle qui traduisent, adaptent, commentent les récits mythologiques latins : on peut rapprocher les trois romans d’Antiquité des Lais de Narcisse, de Pyramus et Thisbé, de Philomena ou des différentes versions du Roman d’Alexandre. Les problèmes à aborder seront ceux qui touchent aux relations entre la langue des modèles, le “fort latin” et la langue qui doit acquérir ses lettres de noblesse en gagnant la sphère de la littérature, la linguam romanam rusticam, jusqu’alors seulement “langue vulgaire”. Le rapport entretenu par ces textes avec leur modèle latin est complexe, fait à la fois d’imitation et d’innovation."