search

Matière et complexité

18,01 €

par Jean-Philippe Milet, Jean-Marie Lehn, Lambros Couloubaritsis, Florian Forestier, Stanislas Jullien et Vincent Robert

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Quels sont les rapports entre matière et complexité ? Comment la philosophie peut-elle en rendre compte ? Que peut nous apprendre cette démarche ? À partir d'une multitude d'exemples concrets et en définissant chaque concept utilisé, les auteurs réussissent le tour de force qui consiste à donner une impression de simplicité à l'expression d'une pensée audacieuse et subtile. On découvrira par exemple que la complexité ne signifie pas la même chose en thermodynamique, en chimie moléculaire, en génétique ou en intelligence artificielle. On touchera du doigt les notions d'émergence et d'adaptation, intrinsèquement liées à celle de complexité.

L'ouvrage propose aussi un parcours raisonné des concepts théoriques (complexité, complication, auto-organisation, chaos, systèmes dissipatifs…) en les inscrivant dans une généalogie philosophique qui remonte à la conception aristotélicienne de la matière et leur application pratique au champ de la chimie quantique. Mais surtout, il nous sort de notre confort philosophique en proposant de substituer la notion de traces à celle d'origine, dans le sens où, dans une perspective de relativité généralisée, les états de la matière, à un moment donné, n'ont pas une cause mais s'inscrivent dans un rapport à d'autres éléments matériels en permanence renégocié. En ressort une impression de vertige construit
et maîtrisé, résultat d'un double mouvement dialectique, du point de vue philosophique, entre construction et déconstruction, du point de vue des sciences dures, entre ordre et émergence.

Un vrai plaisir pour les méninges.

Fiche technique

Référence
460875
ISBN
9782350308753
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
198
Reliure :
broché

Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

De La Matière organisée aux systèmes adaptatifs Complexes . . . 27

origines multiples De La Complexité Dans L’univers Moléculaire : Liaisons, Interactions et Coopérativité . . . . . . . 53

APPREHENSION DE LA COMPLEXITé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

COMPLEXITE MOLECULAIRE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

COMPLEXITE DYNAMIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58

COMPLEXITE DES ASSEMBLAGES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65

Les sens De L’improbable ou Les Matières De La Complexité . . . . 67

(re) Lire Derrida :
eELéments Pour une bio-grammatologie De La Complexité . . . . . 105

GENESE ET STRUCTURE DE LA BIO-GRAMMATOLOGIE :

TEXTUALITeE, MODeELE ET AUTO-ORGANISATION ET COMPLEXITeE

PROGRAMME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111

A L’EPREUVE DE BIOGRAMMATOLOGIE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122

EMERGENCE ET COMPLEXITE A L’EPREUVE DE LA BIOGRAMMATOLOGIE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134

134 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142

Le Corps De La Déconstruction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153

DE L'ORIGINE DE LA PROVENANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157

VERS UNE PHYSIS EN DIFFERANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161

CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
ENTRETIEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
De La science qui vient à L’idée. un Parcours et au-DeLà. . . . . 171

QUE SIGNIFIE INFORMATIONEN CHIMIE SUPRAMOLECULAIRE ?
L
E CHEMINEMENT DUN PROBLEME SCIENTIFIQUE
ET SON SOUS
-SOL BIOGRAPHIqUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173

PENSER ENSEMBLE LA PROGRAMMATION ET LA COMPLEXITE EMERGENTE.

PEUT-ON SE PASSER DE LIDéE DE FINALITE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181

LA LUMIE RE DES ANALOGIES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188

NIETZSCHE, ET APRES ? DE qUELqUES RAISONS DE SéTONNER . . . . . . . 192

Jean-Philippe Milet est professeur agrégé de Philosophie et ancien directeur de programme au Collège international de philosophie.

Lambros Couloubaritsis est professeur émérite à l’Université libre de Bruxelles.

Florian Forestier est conservateur à la Bibliothèque nationale.

Stanislas Jullien est agrégé et docteur en Philosophie.

Jean-Marie Lehn dirige le laboratoire de Chimie supramoléculaire à l'Institut de science et d’ingénierie supramoléculaires ; il a reçu le prix Nobel de chimie en 1987.

Vincent Robert est professeur de Chimie à l'Université de Strasbourg.

Ce phénomène nous conduit à une question essentielle: peut-on parler de matière complexe sans envisager en même temps un immaté parler de matière complexe sans envisager en même temps un immatériel complexe? Les choses, pour ainsi dire, se complexifient, si l’on considère que notre contemporanéité associe au système technico-économique, les aspirations démocratiques des citoyens (qui impliquent aussi la liberté), consolidées après la Seconde Guerre Mondiale, qui prend une ampleur incontrôlable avec les moyens de communication, où la liberté d’expression permet des dérives, par la violence narrative27. C’est dire que le rapport entre la complexité et la matière est abyssal, et demande encore de longs débats pour l’éclairer davantage.