Progressistes pour le climat Agrandir

Progressistes pour le climat

par Jacques Roger-Machart.

Préface de Pascal Lamy.

Plus de détails

460707

9782350307077

18,01 €

Quel mix énergétique français ?

Comment assurer la transition énergétique ? Comment préserver l’indépendance de la France, assurer la justice sociale, lutter contre le réchauffement climatique et trouver les ressources financières pour ces objectifs ? La concordance entre ces différents impératifs ressemble à la quadrature du cercle. Pourtant, des solutions réalistes qui réclament un peu d’audace et de courage valent le coup d’être tentées.

  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 288
  • Reliure : broché
  • Format : poche

SOMMAIRE

PRÉFACE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17

AVERTISSEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21

RÉPERTOIRE DES SIGLES ET ACRONYMES. . . . . . . . . . . . . . .25

INTRODUCTION - UN POSITIONNEMENT CLAIR: LE CLIMATO-PROGRESSISME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29

BREF HISTORIQUE DE L'AMÉNAGEMENT D'UN SYSTÈME ÉNERGÉTIQUE FRANÇAIS, TRÈS SPÉCIFIQUE EN EUROPE . . . .43

LES PREMIÈRES RÉVOLUTIONS INDUSTRIELLES :
NAISSANCE D'UNE ÉCONOMIE ÉNERGIVORE . . . . . . . . . . . . .44

DEUX SIÈCLES DE CHARBON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45

LES GRANDS ALÉNAGEMENTS HYDROÉLECTRIQUES. . . . . .46

LES NATIONALISATIONS DE L'ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ EN 1946 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48

L'EXPLORATION PÉTROLIÈRE ET GAZIÈRE . . . . . . . . . . . . . .49

“EN FRANCE,
ON N'A PAS DE PÉTROLE MAIS ON A DES IDÉES !” . . . . . . . .50

LES PARTICULARITÉS EN EUROPE DU SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANÇAIS . . . . . . . .  . . . . . . . .53

DES CHOIX PERTINENTS DE FRANÇOIS HOLLANDE

DÉVOYÉS PAR LES ERREMENTS DE SES MINISTRES

EN CHARGE DE L'ÉNERGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55

Le fiasco du grand débat sur la transition énergétique . .57

La perspective d’un mix électrique équilibré,
dévoyée en tout enR par les ministres successifs
en charge de l’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59

Le très remarquable succès politique de la CoP21 à Paris . . . . . . . . . .61

L’ENJEU DE LA CONTRIBUTION FRANÇAISE AU DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63

LES ÉMISSIONS DE LA FRANCE SUR SON TERRITOIRE . . . . . .64

NOTRE EMPREINTE CARBONE EST SENSIBLEMENT MOINS FAVORABLE . . . . . . . . . . . . . . . . .66

LES PERSPECTIVES DE CONSOMMATION ÉLECTRIQUE EN FRANCE EN 2050 . . . . . . . . . . . . . .  . .71

L'ÉLECTRICITÉ EST DÉJÀ PRATIQUEMENT DÉCARBONÉE EN FRANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72

ÉNERGIE SECONDAIRE, L'ÉLECTRICITÉ FAVORISE LE PLACEMENT DES ENR ÉLECTRIQUES. . . . . . . . . . . . . . . .73

À MOYEN ET LONG TERME,

LA CONSOMMATION ÉLECTRIQUE DOIT CROÎTRE FORTEMENT

ET PLUS QUE DOUBLER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75

LE CHANGEMENT DE NATURE DU MÉTIER DES GAZIERS . . . . .77

LES PERSPECTIVES DANS LES TRANSPORTS . . . . . . . . . . . .79

VERS UNE RÉDUCTION DES MOBILITÉS CONTRAINTES . . . . .81

LES MODES DE TRANSPORT DOUX: ROLLERS, VÉLOS, PATINETTES . . . . . . . . . . . .82

L'IMPACT DES TÉLÉCOMMUNICATION ET DE LA NUMÉRISATION DES DONNÉES SUR LA MOBILITÉ . . . . . . . . . .84

LA MOTORISATION TOUT ÉLECTRIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . .85

VERS UN AIRBUS DES BATTERIES” . . . . . . . . . . . . . 91

LES TRANSPORTS URBAINS ET FERROVIAIRES . . . . . . . . 92

LA PROBLÉMATIQUE DU TRANSPORT DES MARCHANDISES . . . . . . . 93

L'hydrogène pour les poids lourds sur longues distances . . . . . .95

Transport fluvial et maritime : Gaz naturel liquéfié ou hydrogène ? . . . . . . . . . 96

QUELS COMBUSTIBLES POUR LE TRANSPORT AÉRIEN ? . . . . . . . . . .  . . 97

CONCLUSION GÉNÉRALE SUR LES TRANSPORTS . . . . . . . . 100

LES CONSOMMATIONS DANS L'HABITAT, LES COMMERCES ET LES BUREAUX . . . . . . . . . . . . .101

LA RÉNOVATION THERMIQUE DU PARC BÂTI EXISTANT . . . . . . . . . . . .104

LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE ET ENIRONNEMENTALE POUR LA CONSTRUCTION NEUVE : LA RE2020 . . . . . . . . . . .106

LA POMPE À CHALEUR POUR LE CHAUFFAGE ET LA CLIMATISATION DES BÂTIMENTS . . . . . . . . . . . . . . . .107

LES CONSOMMATIONS D'ÉLECTRICITÉ DU NUMÉRIQUE (TÉLÉCOM ET INTERNET) . . . . . . . . . . . . . . 110

CONCLUSIONS GÉNÉRALES SUR LE RÉSIDENTIEL ET LE TERTIAIRE . . . . . . . . . . . . . . . .112

L'INDUSTRIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115

LE PREMIER ENJEU DANS L'INDUSTRIE EST DE DÉCARBONER LA PRODUCTION D'HYDROGÈNE . . .116

lL'ÉLECTRIFICATION DE L'INDUSTRIE . . . . . . . . . . . . . . . . .118

CONCLUSIONS POUR L'INDUSTRIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .118

LE DÉVELOPPEMENT DES ÉNERGIES RENOUVELABLES NON ÉLECTRIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119

VERS UNE ÉCONOMIE DE L'HYDROGÈNE . . . . . . . . . . . . .123

UN VECTEUR DE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE PERTINENT DANS DE NOMBREUX DOMAINES . . . . . . . . . . .123

LA PRODUCTION D'HYDROGÈNE NON CARBONÉ . . . . . . . .125

LA PRODUCTION D'ÉLECTRICITÉ NON CARBONÉE . . . . . .131

LES ENR ÉLECTRIQUES: ÉOLIEN TERRESTRE, ÉOLIEN OFFSHORE, PHOTOVOLTAÏQUE . . . . . . . . . . . . . 132

L’éolien terrestre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .132

L’éolien en mer prendra-t-il le relais ? . . . . . . . . . . . . . .132

Le photovoltaïque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .136

L'HYDRAULIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .142

CONCLUSIONS SUR LES ENR ÉLECTRIQUES ET L'HYDRAULIQUE . . . . . . . . . . . . 148

LA PROBLÉMATIQUE DE L'ÉLECTRONUCLÉAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . 150

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) . . . . . . . . . . . . . . 152

La gestion des déchets nucléaires . . . . . . . . . . 154

Le “Grand Carénage” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157

Vers un nouvel EPR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159

La perspective de petits réacteurs modulaires . . . . . 162

La surgénération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164

Vers la fusion électronucléaire ? . . . . . . . . . . . . . . 165

Saurons-nous exporter nos compétences électronucléaires ? . . . . . . . . . . . .166

REFONDER L'ARTICULATION DE NOTRE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE AVEC L'UNION EUROPÉENNE . . . . . . . . . .169

CHANGER LES BASES DE LA COMMUNAUTÉ ÉNERGÉTIQUE EUROPÉENNE . . . . . . . . . . . . 170

Une confiance excessive et idéologique dans le marché de court terme . . . . . . . . . . . . . . . . 170

L’actuel marché européen fait obstacle à des choix politiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .172

Des propositions pour changer de logiciel et pour choisir notre Europe de l’énergie . . . . . . . . 173

RENFORCER ET AMÉLIORER L'EUROPE DES RÉSEAUX . . . . . . . . . . . 175

Un facilitateur du déploiement des énergies renouvelables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175

ALLEMAGNE / POLOGNE ET EUROPE CENTRALE /
FRANCE, ROYAUME-UNI ET EUROPE DU NORD: TROIS SITUATIONS ET TROIS TYPES DE STRATÉGIES DIFFÉRENTS . .177

LES POLITIQUES EUROPÉENNES ACTUELLEMENT EN OEUVRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .182

Le système communautaire de taxation du Codes industriels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182

LEs objectifs pour les secteurs diffus . . . . . . . . . . . . . 184

LES BELLES INTENTIONS DU "GREEEN DEAL" DE LA COMMISSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185

LA TAXONOMIE EN COURS DE PRÉPARATION . . . . . . . . . 187 

CONCLUSIONS SUR LES RAPPORTS DE LA FRANCE AVEC L'UE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188

LA GOUVERNANCE FRANÇAISE DE LA POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . .191

LA GOUVERNANCE NATIONALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .191

Un excès d’organes De gouvernance publique nationale . . . . . . . . . . . . . . . .193

Comparer les coûts des projets à la valeur du Co2 éliminé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .196

La tarification du carbone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .197

LA GOUVERNANCE CENTRALE DÉCENTRALISÉE . . . . . .199

LES "GROS" CONCURRENTS D'EDF SUR LE MARCHÉ DE L'ÉLECTRICITÉ . . . . . . . . . . . . . .203

L'ÉMANCIPATION DES RÈGLES EUROPÉENNES OBSOLÈTES : LA SUPPRESSION DE L'ARENH . . . . . 205

LE STATUT ET LES MISSIONS D'EDF . . . . . . . . . . . . . . . 207

L'inanité du projet “Hercule” de restructuration d’edF . . . . . . . . . . . . . . . . 209

Redresser la situation financière d’EDF pour faire face aux défis de la transition énergétique . . . . . . . . . . . . 211

Actualiser les missions d’edF et recomposer le capital des opérateurs de réseaux . . . . . . 213

CONCLUSIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .217

TOUTES LES ÉNERGIES PRIMAIRES NON CARBONÉES DOIVENT ÊTRE DÉVELOPPÉES SELON LEUR COMPÉTITIVITÉ . . . . .218

LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE PEUT AUTOFINANCER SON DÉVELOPPEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .220

POUR UNE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE SOCIALEMENT JUSTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .223

UNE TRANSITION DÉCENTRALISÉE GÉRÉE AVEC LES COLLECTIVITÉS LOCALES . . . . . . . . . . . . .224

LE CHOIX STRATÉGIQUE DE LA PRODUCTION NON CARBONÉE D'HYDROGÈNE . . . . . . . . . .225

LES ERREMENTS DU MARCHÉ PÉTROLIER ET GAZIER . . . . .226

POUR UNE FRANCE EXEMPLAIRE AU SEIN DE L'EUROPE . . . . . .228

POUR UNE FRANCE ENGAGÉE AVEC L'UE DANS LES NÉGOCIATIONS PLANÉTAIRES POUR LE CLIMAT . . . . . . . . .230

UN PROGRESSISME COHÉRENT POUR LE CLIMAT . . . . . . . . . .235

ANNEXES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .239

ANNEXE 1: LES POMPES À CHALEUR, SOURCE D'ÉCONOMIES . . . . . . . .239

ANNEXE 2 : MISE EN CONCURRENCE DES CONCESSIONS HYDRAULIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . .247

ANNEXE 3 : CHARGES DU SERVICE PUBLIC DE L'ÉNERGIE. . . . . . . . . . . .253

Extraits du site de l’ANDRA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .254

Avis de l’ASN du 11 janvier 2018 : dossier d’options de sûreté projet Cigéo . . . . . . . . . . . .263

ANNEXE 5 : LE PROGRAMMME DU "GRAND CARÉNAGE" . . . . . . . .267

Le parc existant : 58 réacteurs répartis sur 19 sites en France . . . . . . . . . .267

Des impératifs de sûreté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .268

Fukushima : un retour d’expérience multifacettes . . . . .269

Un calendrier contraint . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .270

ANNEXE 6 : LE RAPPORT FOLZ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .273

ANNEXE 7: LE PROJET ITER  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .277

Interview de Bernard Bigot, directeur général d’ITER, dans la RGN du 11 janvier 2019 . . . . . . . . . . . . . . . . . . .277

ANNEXE 8 : le GREEN DEAL DE LA COMMISSION . . . . . .283

Le plan d’investissement du pacte vert pour l’Europe . . . . . . . . 283 

Le mécanisme pour une transition juste . . . . . . . . . . . . .284

Jacques Roger-Machart est un homme politique et un spécialiste des questions énergétiques. Maire, conseiller général, conseiller régional et député ancré en Haute-Garonne, il a été de 1981 à 1993 l’un des artisans de la politique industrielle du pays, notamment en tant que rapporteur du budget de l’industrie et initiateur de l’Europe de l’énergie. Ayant démarré sa carrière de centralien à EDF, il a notamment été, après s’être retiré de la vie politique, Directeur délégué à la Présidence d’EDF pour les transports et les véhicules électriques. De 2012 à 2018, il a présidé le think tank “Energie et Développement durable” de la Fondation Jean Jaurès.

Préface de Pascal Lamy, ancien directeur général de l’OMC.

     Comme jadis la question ouvrière, la situation environnementale mobilise, divise et conduit à des recommandations d’actions de sens contraires en se réclamant avec plus ou moins de sincérité d’un même but.

     Derrière l’illusion d’une unanimité mise en scène lors des sommets de chefs d’État, l’humanité reste divisée jusqu’à faire douter de l’existence même d’un concept d’opinion mondiale poursuivi par les Conférences des Parties (CoP) successives.

     C’est pourquoi il m’a paru pertinent de faire un état des lieux à la lumière des clivages opérés par les préoccupations environnementales dans le champ politique. l’irruption inévitable et souhaitable de la question climatique dans le débat politique lui a fait changer de nature. le champ politique diffère notamment du milieu scientifique en ce qu’il opère des regroupements, non en fonction d’objets d’étude, mais selon des représentations a priori de la société, naguère autour du  clivage droite-gauche, complexifiées aujourd’hui par de nouveaux prismes : souverainisme, élitisme ou populisme, autoritarisme camouflé dans une démocratie dite illibérale, environnementalisme ou laisser-faire, nécessité d’accès au développement des pays du Sud, etc.

     La perception du risque climatique s’éparpille dans cette mosaïque, puis se combine avec d’autres questions : désindustrialisation dans les pays développés, souveraineté énergétique et préservation de l’emploi qui tend à maintenir une certaine proportion de charbon local pour les États qui disposent encore d’une telle ressource, risques sociaux...

     Arrivé à ce degré de complexité, le risque augmente de laisser l’irrationnel prendre le relais. Ses porte-paroles réinterprètent alors les données de la science avec d’autant plus d’aisance que celle-ci repose sur sa remise en cause perpétuelle, tandis que des démagogues peuvent s’appuyer sur des valeurs sûres de la manipulation collective. Il leur est alors loisible de se reposer sur les mythes des différentes croyances qui se partagent le monde ou de s’en inventer d’autres, en fonction de ce qu’ils ont à vendre.