Petit traité de la connerie Agrandir

Petit traité de la connerie

Les 1001 petits riens qui prouvent que nous déraillons...

Par Marilyne Videau

Plus de détails

460645

9782350306452

9,48 €

Véritable pamphlet, le Petit traité de la connerie dénonce les nombreux reculs que la numérisation, la globalisation et la marchandisation impliquent, toutes ces petites absurdités du quotidien, ces contrariétés auxquelles on s’habitue, ces renoncements par lassitude.

Fourmillant d’exemples, l’ouvrage est  organisé en une partie “Théorie de la connerie”, qui déconstruit le discours dominant sur le progrès, la modernité et la norme, et une partie “Pratique de la connerie”, collection d’aphorismes sur l’absurdité de notre monde.

  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 208
  • Reliure : broché
  • Format : poche

AVANT-PROPOS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

PRATIQUE DE LA CONNERIE

Au menu d’un dîner presque parfait :

“une bonne flambée des coûts de la vie” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

Le bio de supermarché . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

Carte flic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

Le diesel du ciel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

Les autoroutes nous pompent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

Les opérateurs nous grugent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

Small was beautiful . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

L’URSSAF, les GAFA et moi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

Vivent les riches ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

Mort aux pauvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

Tous bourgeois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

L’électricité “verte” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

De l’assureur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

Le prélèvement automatique : c’est tellement pratique . . . . . . . . . 41

Le paradoxe de l’auto-entrepreneur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43

Le prix de l’essence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

Les bétonneurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

Béton toujours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

Vieilles pierres ou parpaings . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

Chaud devant le nucléaire ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

Ciao les oiseaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49

Le cri du potager . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50

Au secours la clim! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51

La chaleur des TGV . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

SOS pédophiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

Résistance de l’objet montre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54

Avis de recherche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

Connerie-8:maq cc 4/05/20 15:50 Page 6

Le luxe de l’ancien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

Liberté de la presse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

Les choses de la vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58

“C’est la loi” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59

Suicides paysans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60

La laine des moutons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

Uber ubuesque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62

La dématérialisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

La boîte mail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66

L’irrémédiable clic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69

Sans contact . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71

La “signature” électronique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72

Piscines fermées dans les quartiers chauds . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76

Jadis fut un temps où les villages de campagne étaient en vie . . . 77

Le frigo et la télé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79

Do you love business ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80

Et si l’on donnait le pouvoir aux trisomiques ? . . . . . . . . . . . . . . . 81

Les promotions qui font pschitt et le gaz qui part . . . . . . . . . . . . 82

Je parle à un ordinateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83

Caisse rapide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85

Les arrêts maladie et l’invalidité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86

Les parkings en pente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87

Le nouveau concept du “consommateur-travailleur” . . . . . . . . . . 88

Le “consommateur-caissière” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90

La boulangère automatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92

Horodaté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95

Consigner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96

Sans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97

Les sites de rencontres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98

Fast-foods sur fast roads . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100

La panne électronique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101

Les fausses promos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102

Téléphone obligatoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103

Travailler, consommer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104

Les téléphones sans abonnement

et le marché de l’arnaque pour pauvres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105

La crise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

Déprogrammer l’obsolescence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108

L’impôt retenu à la source . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109

La refondation des régions françaises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110

Les précaires de l’humanitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111

Blablacar et les nouveaux services payants par Internet . . . . . . . 112

Y a-t-il un pilote dans l’avion? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113

Aucune taxe sur le kérosène des avions, même pas la TVA ! . . . 114

Sauveteur d’un jour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115

Puce exclusive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116

Recherche électricité désespérément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117

Le GPS c’est vrai que c’est bien pratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118

Une humanité sous lithium . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120

Les poubelles de toutes les couleurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121

Pièces détachées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122

Call centers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123

Coffre-fort party . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124

Les caddies “anti-bactériens” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125

La problématique du ticket de caisse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126

Prudence paralysante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128

Made in China? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130

Où sont les sifflements d’antan? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131

Manspread . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133

Histoires de dallages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134

Interdit de donner un os à un chien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135

La libération de la femme par le travail/

La libération de l’homme par le foyer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136

Les albums photos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138

Connexion obligatoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140

Le tabac bio . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141

Les procédures de recouvrement immédiates et soudaines

de la CAF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142

Hold-up bancaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143

Ouf ! Il y a un lave-vaisselle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146

Amendes amères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147

L’impossibilité de prendre un train sans payer . . . . . . . . . . . . . . 148

Pour un nouveau mode de calcul des prix d’achat des denrées . . . . 149

Papiers ou cailloux ? La survie du livre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151

Les manuels scolaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153

Les cadeaux aux riches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155

Le digicode . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156

L’acquisition immobilière : l’asservissement au système ? . . . . . 157

Jambon-beurre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158

La philatélie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159

Se faire un jus d’orange au presse-agrumes . . . . . . . . . . . . . . . . 160

La spécialisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162

Et le projet grandit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

L’Assistance Sociale aux Enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166

Les radars automatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167

Des chiffres et des lettres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169

Les violences subies par les Gilets jaunes,

et l’“indignation” du gouvernement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170

Un député molesté par les forces de l’ordre . . . . . . . . . . . . . . . . 171

Fête de la musique à Nantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172

Le monde de l’agriculture en deuil un jour sur deux . . . . . . . . . 173

La grenouille de Grignols, le coq Maurice et les carillons . . . . . 174

THÉORIE DE LA CONNERIE

L’USAGE DES MOTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182

L’USAGE DES CHOSES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186

L’ARGENT ET LE SEXE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193

L’INSTINCT DE PUISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195

CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199

Marilyne Videau est une ancienne avocate, engagée dans la défense du consommateur et des plus démunis. Elle est, chez Atlande, l'auteur de Garde à vue.

Béton toujours

Après avoir passé des années à contester le réchauffement

climatique pour ne surtout pas modifier l’ordre du monde et

surtout le monde du business, les gouvernants sont désormais

bien obligés d’admettre que le réchauffement climatique

existe, mais on n’a pas trop l’impression qu’ils en font

l’urgence prioritaire encore : l’urgence est de “sauver

le business”.

On sait bien qu’il faudrait libérer la terre du goudron et du

béton pour qu’elle puisse absorber non seulement l’eau, et que

celle-ci régénère les couches inférieures, mais aussi la chaleur,

mais ils continuent à construire des places goudronnées

ou avec des dallages, qui sont juste insupportables quand

les températures montent.

Pourquoi c’est vraiment difficile pour les gouvernants de

construire des espaces naturels avec de la terre et des plantes ?

Parce que ce n’est pas leur monde, ce n’est pas leur business,

ils travaillent avec les bétonneurs, et les bétonneurs ne

font pas dans les plantes vertes, ou alors, bien sages,

juste en pot alors.

Eh bien ils continuent et les gens crèvent de chaud dans

les centres-villes ou dans leurs immeubles quand arrivent l’été

et les canicules.