Un modèle espagnol? Le traitement de la crise en Espagne
search
  • Un modèle espagnol? Le traitement de la crise en Espagne

Un modèle espagnol? Le traitement de la crise en Espagne

18,01 €

Quels enseignements tirer de la résilience espagnole.

Carole Viñals

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Plus qu’aucun autre grand pays d’Europe, l’Espagne a été terrassée par la crise de 2008. L’effondrement de pans entiers de l’économie a amené un bouleversement de la société et l’inversion des flux migratoires, les Espagnols qui le pouvaient reprenant le chemin de l’exil. Malade de sa bulle immobilière et d’une décentralisation qui a tourné à la gabegie, l’Espagne a aussi dû faire face aux attentats et, avec la crise catalane, à la menace de dislocation du pays. La crise a également réveillé le vieux débat entre royalistes et républicains et celui sur l’héritage du franquisme.

Pourtant les Espagnols sont toujours debout. Un mélange de résilience, de pragmatisme et de solidarités familiales a mis au jour la remarquable vitalité de la société espagnole et sa capacité à se réinventer face à l’adversité. La culture a ici joué un rôle non négligeable. L’ouvrage propose des zooms sur le théâtre et sur la situation des émigrés dans le reste de l’Europe, pris comme des miroirs de la situation ibérique. L’affirmation de champions nationaux dans plusieurs secteurs économiques, la recomposition du paysage politique, la réorientation de l’urbanisme, l’expurgation du franquisme du paysage urbain et la naissance de nouveaux médias sont autant de signes de la renaissance de l’Espagne.

Fiche technique

Référence
460590
ISBN
9782350305905
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Nombre de pages :
300
Reliure :
broché
Format :
poche

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9

L’HÉRITAGE DE LA DICTATURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15

UN FRANQUISME SOCIOLOGIQUE ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17

DE L’OUBLI À L’EXHUMATION DU PASSÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27

La société civile et l’exhumation du passé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30

Les fosses du franquisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31

La mémoire sous le gouvernement Zapatero . . . . . . . . . . . . . . . . . .34

Une Première judiciarisation de la mémoire . . . . . . . . . . . . . . . . . .37

LA CRISE ÉCONOMIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41

L’URBANISME ESPAGNOL HÉRITIER DU PASSÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41

DE LA BULLE IMMOBILIÈRE À LA BULLE DES CRÉDITS . . . . . . . . . . . . . .45

DES PRATIQUES BANCAIRES FRAUDULEUSES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48

PREMIÈRES MESURES DU GOUVERNEMENT SOCIALISTE . . . . . . . . . . . . . .53

Mai 2010 : The Party is over . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56

La crise du PSOE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62

LE GOUVERNEMENT RAJOY FACE À LA CRISE (2011-2018) . . . . . . . . . .67

Priorité à l’économie et promotion de la Marque Espagne . . . . . . .67

Vers une révolution néolibérale ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72

L’accroissement des inégalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .77

L’ÉROSION DE LA CONFIANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83

LA CORRUPTION DEVENUE VISIBLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83

LA CRISE MÉDIATIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .93

UNE NOUVELLE VAGUE D’ÉMIGRATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .98

Les Émigrés et les médias . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107

Des illusions de l’Émigration aux désillusions de l’immigré . . . . .110

LA CRISE CATALANE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121

DE L’INSTRUMENTALISATION AU NAUFRAGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .124

L’INDÉPENDANTISME CATALAN : UNE RÉACTION À LA CRISE ? . . . . . . .131

LA CONTESTATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .137

LA PAH : UNE VISIBILITÉ HUMAINE DE LA CRISE . . . . . . . . . . . . . . . . .137

LES DEUX ÂMES DU 15-M . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .145

DES PLACES AUX MARÉES CITOYENNES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .151

LA RÉPRESSION DES MOUVEMENTS SOCIAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .156

LA MONARCHIE EN CRISE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .159

Des scandales financiers à l’abdication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .161

Felipe VI et le déclin de la monarchie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .167

“NI PERDUS, NI SILENCIEUX” : MARÉE GRENAT . . . . . . . . . . . . . . . . . .174

L’indignation s’internationalise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .180

L’INDIGNATION COMME MOTEUR DU RENOUVEAU . . . . . . . . . . . . . . . . .189

VERS UNE RE-DÉMOCRATISATION ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .189

Nouveaux médias contre hégémoniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .190

Expériences de démocratie locale

et nouveau modèle économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .196

Nouveaux partis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .202

Les “mairies du changement” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .207

VERS UNE NOUVELLE MÉMOIRE DÉMOCRATIQUE ? . . . . . . . . . . . . . . . .211

La mémoire démocratique des autonomies . . . . . . . . . . . . . . . . . .211

La bataille des noms des rues de Madrid . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .213

La société civile poursuit son combat en Argentine . . . . . . . . . . . .220

Le gouvernement de Sánchez et la mémoire . . . . . . . . . . . . . . . . .224

LE THÉÂTRE INDIGNÉ DE L’APRÈS 15-M . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .235

LA CRISE SUR LES PLANCHES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .237

UUNE RELECTURE DU PASSÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .241

UNE CRITIQUE DES POLITIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .247

LE THÉÂTRE DES EXILÉS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .254

LE THÉÂTRE DES MARGES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .259

Un théâtre féminisé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .259

Le théâtre des sans-papiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .262

ENGAGEMENT ET INDÉPENDANCE FINANCIÈRE : LE TEATRO DEL BARRIO 268

CONCLUSION – L’ANCIEN MORT, LE NOUVEAU PEUT-IL NAÎTRE ? . . . . .274

OUTILS

CHRONOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .281

BIBLIOGRAPHIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .291

GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .312

Carole Viñals est agrégée d’Espagnol et maître de conférences à l’université de Lille.

L’Espagne sort de l’une des pires crises économiques de son histoire. Taux de chômage record, saisies de logements par les banques, personnes endettées à vie, classes moyennes appauvries, précarisation du travail… La crise a bouleversé l’ensemble de la société espagnole, précarisant les plus fragiles (retraités, personnes dépendantes, familles isolées…), enrichissant les plus nantis, creusant des inégalités déjà existantes. Elle a poussé bien des gens au bord du gouffre, certains y ont même plongé.

Elle a été d’une violence économique inouïe, mais aussi d’une grande violence morale lorsque le discours dominant a cherché à culpabiliser ceux qui étaient pourtant les principales victimes, disant à ceux qui n’avaient plus de travail, plus de toit, qui croulaient sous les dettes, qu’ils avaient été trop insouciants, trop dépensiers.