La philantropie peut-elle changer le capitalisme Agrandir

La philanthropie peut-elle changer le capitalisme ?

Marc Lévy 

Plus de détails

460515

9782350305158

14,22 €

Fruit d’un séminaire animé au sein de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de 2015 à 2017 et maintenant à la Fondation de France, avec l’intervention de nombreux responsables de grandes entreprises, hauts fonctionnaires, universitaires et acteurs de la solidarité, cet ouvrage interroge les nouvelles formes de philanthropie plus entrepreneuriales, à l’œuvre dans les fondations, les associations, les entreprises, voire de la part de certains investisseurs. Il s’agit de confronter ces nouvelles pratiques qui entendent conjuguer responsabilité sociétale et performance, à leur ambition d’être une alternative à l’État-Providence en difficulté et de générer un “capitalisme responsable d’intérêt général”. D’où la question inversée : et si c’était le capitalisme “ financiarisé” qui changeait la philanthropie ? En puisant dans les pratiques des fondations, des entreprises et des pouvoirs publics, mais aussi dans un vaste creuset d’idées qui interrogent l’évolution de notre modèle de société, l’ouvrage construit progressivement sa réponse : reconnaître la portée transformatrice des nouvelles pratiques philanthropiques, mais accroître le niveau d’exigence à leur égard pour que rentabilité et solidarité se conjuguent vraiment au service d’une transformation du modèle. 

  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 256

Avant-propos           17

 

Introduction 19

 

Nouvelles formes de philanthropie et géopolitique mondiale     23

La réponse aux questions relatives à la place

de la solidarité est sous-tendue par une double thèse      24

L’inversion de l’équilibre puissance/souffrance       24

Une approche utilitaire de la solidarité          24

Pourquoi ce voile d’ignorance ?  25

Cette ignorance a eu un effet catastrophique

sur le système international       26

Tout d’abord l’ignorance du triptyque

souffrance/inégalités/sous-développement a empêché que le mécanisme de la décolonisation soit véritablement étudié.          26

Ensuite cette ignorance a contribué à délégitimer

trois éléments-clefs des relations internationales. 26

Finalement, on ne sait pas définir la mondialisation

mais on en connaît trois symptômes déterminants  29

L’inclusion    29

L’interdépendance 29

La mobilité   30

Conclusion   30

 

Le lien avec l’économie politique :

capitalisme philanthropique et capitalisme financier        33

Le capitalisme contemporain face à la “stagnation séculaire”     34

Le capitalisme financier comme “travail de financiarisation”       36

La financiarisation comme processus  38

Le travail de financiarisation      40

 

Mobiliser un vaste contexte d’idées et de faits

pour examiner le lien entre capitalisme et philanthropie 43

Le capital au xxie siècle   44

“Relire la révolution” avec Jean-Claude Milner         46

Le basculement politique selon Pierre Rosanvallon            47

Grandeur et misère de l’État social       50

Le nécessaire recours à une brève histoire de la philanthropie   52

Les “nouveaux philanthropes”

 et la montée en puissance des financiers philanthropes 56

Les premières réflexions critiques

sur ce “capitalisme philanthropique”  60

La vision critique de Michaël Edwards 61

L’inégalité au sein des philanthropes nord-américains     63

Une autre approche critique :

social business et “bas de la pyramide”

 dans les réalités des pays en développement         64

Le rôle central des communautés locales       64

Une certaine persistance

de l’anthropologie marxiste de la production            66

Comment s’opère ensuite, au quotidien, la captation de valeur ?           66

Quelques exemples concrets de résistances  67

Conclusion   70

Finalement, oxymore ou sens fécond de la formule ?          71

 

Les changements des pratiques 77

Du côté des fondations    77

Les fondations actives en coopération au développement            77

Évolutions des fondations           79

Le lien avec des investisseurs    83

Une nouvelle innovation

alliant capitalisme et altruisme : les fondations actionnaires     87

Panorama des fondations en France    89

Conclusion intermédiaire            98

L’exemple emblématique

de la Fondation Daniel et Nina Carasso          100

Du côté des entreprises   110

Le cas de Total        110

Danone et le social business     117

Implantation des firmes agroalimentaires privées

au Sénégal et transformation des formes du capitalisme  122

La mise en œuvre des principes directeursde responsabilité

des entreprises de l’Organisme de Coopération et de Développement Économiques (OCDE)          127

La rentabilité des entreprises sociales           136

Les entreprises à mission           147

Les Social Impact Bonds (SIB),

ou “Contrats à Impact Social” (CIS)        153

Principes et enjeux du “contrat à impact social”        153

Critiques du modèle          156

État des lieux          157

Retours d’expérience, suites et enseignements        159

 

Les changements des politiques           161

L’exemple de la politique française

de “coopération au développement”    161

Le rapport Faber/Naidoo  162

L’entreprenariat social     163

“Innover ensemble”          163

Panorama des politiques bilatérales

en faveur de l’économie sociale et inclusive             168

Le lien avec l’utilité de l’aide     169

Le Danemark           171

L’Allemagne 173

Le Royaume-Uni      177

Enseignements       184

 

Conclusion   189

 

Postface de MichelAglietta          197

Philanthropie et justice sociale 197

Philanthropie et désir d’argent : les fondations        199

Philanthropie et mutations du capitalisme    201

Philanthropie et investisseurs responsables 204

 

ANNEXES        207

Intervenants au séminaire          209

Participants au séminaire           211

Bibliographie          215

Glossaire?: les mots du capitalisme philanthropique         219

Liste des sigles       237

Notes 239

 

Agronome de formation, Marc Lévy est actuellement directeur de la prospective du GRET, l'un des principaux acteurs associatifs de la coopération internationale avec les pays en développement, qu'il a contribué à fonder en 1977.

Jadis, le pauvre ne se révoltait pas parce qu'il ne savait pas qu'il était pauvre. Aujourd'hui, les pauvres ignorant la richesse n'existent plus, nous sommes dans un monde de communication et de visibilité. La colère s'insère aujourd'hui dans la mondialisation, toute forme de protestation s'articule dans une énonciation internationale.

Poser la question du lien entre philanthropie et capitalisme relève d'une démarche neuve, audacieuse, à rebours des idées reçues et destinée à lever le voile d'ignorance qui existe encore autour de l'économie solidaire. Ce livre est inspiré d'un séminaire animé à la Fondation Maison des Sciences de l'Homme de 2015 à 2017, fruit de la collaboration entre universitaires, hauts fonctionnaires et responsables de grandes entreprises. La question qu’il soulève est aussi simple que cruciale : face au désengagement des États et à l’épuisement des dons individuels, que signifie l'implication croissante d'entreprises du secteur privé dans des problématiques sociales ? L'apparition de nouveaux vocables - business et économie solidaires, capitalisme d'intérêt général, entreprises à objectifs collectifs - témoigne ainsi d’une prise de conscience des acteurs du secteur privé, résumée par Christine Lagarde, directrice du Fonds Monétaire International, dans la formule : “trop d'inégalités nuit à la croissance”. L’ouvrage explore tous les aspects du sujet : depuis la place de ces nouvelles formes de philanthropie dans la géopolitique mondiale, le lien entre capitalisme philanthropique et capitalisme financier, jusqu'au paysage intellectuel et idéologique du capitalisme philanthropique, et aux changements de pratiques et de politiques attendus en vue d'un système économique plus solidaire.

https://www.futuribles.com/fr/bibliographie/notice/la-philanthropie-peut-elle-changer-le-capitalisme-/