La Tortue rouge Agrandir

La Tortue rouge

Par Geneviève Merlin

Plus de détails

460555

978235030555

11,37 €

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Traitant du sujet de l'option cinéma de terminales L pour les sessions 2019 et 2020, cet ouvrage offre un travail extrêmement pratique et intelligent dans une collection plébiscitée par les élèves et leurs professeurs. L'originalité de cet ouvrage est de croiser œuvres et thèmes au programme.

Ce dessin animé muet de 2016 est un conte philosophique. Il relate l’histoire d’un naufragé sur une île déserte rencontrant une tortue rouge qui se transforme en femme. Cette œuvre belgo-japonaise permet notamment d’étudier le jeu subtil des motifs culturels universels, le langage visuel ainsi que les singularités du cinéma indépendant.

  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 192

Introduction  19

REPÈRES

Michael Dudok de Wit et La Tortue rouge 23

Le parcours de Michael Dudok de Wit       23

La formation 23

L’animation publicitaire      23

La création personnelle et la reconnaissance       24

La cohérence d’une œuvre    25

La Tortue rouge : le réalisateur au travail           27

Une expérience nouvelle      27

L’écriture      28

L’animation   28

La composition de la musique           29

Une lente élaboration          30

La production           30

Le cinéma d’animation          33

Qu’est-ce que le “cinéma d’animation” ?     34

Animation, animer     34

Histoire de la notion 34

Définition      35

L’écriture du mouvement     36

Le principe de l’image-par-image     36

L’entre-images          37

Cinéma d’animation et cinéma          39

Deux cinémas ?          39

Le traitement du mouvement            40

L’art des images animées      40

La représentation du réel    41

Les bouleversements opérés par le numérique        41

Entre cinéma et arts plastiques       42

Un cinéma d’animation plasticien    42

Expérimentations plastiques            43

La bande dessinée      44

Éléments pour une histoire   45

Aux origines  45

Les cartoons 47

Des voies nouvelles à partir de 1950           49

• Le Canada (Norman McLaren)     49

• Le cinéma des pays de l’Est, URSS et pays satellites      49

L’animation japonaise           50

L’animation française          51

Dispositifs techniques          52

Les matériaux           52

L’enregistrement      53

L’animation numérique         54

Le montage    55

D’une technique à l’autre    55

La production           56

PROBLÉMATIQUES

Présences du paysage            61

Un paysage animé      61

Un paysage animé par la vie de la nature    62

Un paysage animé par le geste de l’animateur        62

• Des décors réalistes          62

• Dessin et cinéma      62

Un paysage animé par le personnage           63

Le plan-paysage        64

Matières et textures 65

La terre         65

• La matière rocheuse           65

• Le sable       65

• La végétation          66

L’eau  66

Le ciel 67

Graphisme et chromatisme   68

Couleur et lumière    68

Des images couleur-mouvement      69

Lignes 69

Un paysage esthétisé 71

Un motif associé au paysage : le reflet       71

Échos et références esthétiques      71

• Paysages des arts asiatiques          71

• Paysages de cinéma 72

• La peinture de paysage européenne 73

Une dramaturgie cinématographique et plastique 75

La structuration du récit    75

La fabrique du récit  75

Une structure en trois actes entre suspense et surprise   76

Renversement et circularité           77

Les personnages        77

Un naufragé  77

L’amour d’une femme            78

Filiation et transmission      79

La relation entre l’homme et la nature      80

Le regard de la nature         81

La faune         83

• Les tortues marines            83

• Crabes, poissons et oiseaux 84

Les éléments : eau, air, terre, feu    85

Figures et formes du temps   87

L’épaisseur du temps 87

• L’absence de repères temporels     87

• Durée et fragmentation     87

• Temps linéaire et temps cyclique    88

Un temps produit par l’animation    89

• Continuité et discontinuité 89

• Un temps plastique  89

Le rythme du film     90

• Le plan long 90

• Compression et dilatation du temps           91

• L’ellipse       91

Une mise en scène entre immobilité et mouvement  93

Entre dessin et cinéma          93

Le personnage, du dessin à l’animation       95

Le corps du personnage        95

Émotions        96

Corps et décor           97

L’espace filmique      98

Une géographie poétique       98

De l’accessoire au motif      99

Le mouvement des images      101

Un espace entre surface et profondeur      102

Répétitions     103

Le visible et l’invisible         105

La part du hors-champ         105

Condensations           105

Présence, absence     106

En dedans et en-dehors         106

Visibilité de l’invisible         107

Présence de l’invisible          107

• Une présence absente         107

• Contamination du champ du visible           108

La merveille  108

• La métamorphose    108

• L’émerveillement    110

Images subjectives    111

L’onirisme      112

• La scène de rêve      112

• Un film onirique      113

Empreintes     113

Des interstices invisibles     113

Dessin, dessein           114

Motifs esthétiques    115

• La trace       115

• La jetée        115

• L’envol        116

• La transparence     116

Résonances    117

Variation sur le mythe insulaire     119

L’île enchantée          119

Robinson        120

Paradis perdu 121

Utopie 122

OUTILS

L’épreuve écrite        127

Conseils méthodologiques    127

Rappels sur l’épreuve           127

Du bon usage des photogrammes      127

Un parcours de réflexion     128

Un exemple : Horizon           129

L’épreuve orale         137

Conseils méthodologiques    137

Rappels sur l’épreuve           137

La mise en forme        137

Conseils pour l’exposé          138

SÉQUENCIER          145

filmographie  153

RESSOURCES         157

GLOSSAIRE 165

photogrammes           173

Geneviève Merlin est professeur agrégée honoraire de Lettres modernes. Elle a enseigné le cinéma depuis 1987, date de la création des enseignements de cinéma-audiovisuel à laquelle elle a contribué. Elle est formatrice en littérature et cinéma et directrice de la publication l Cahiers des Ailes du désir, revue de l'association des professeurs et partenaires des enseignements de cinéma. 

Chef-d’œuvre du cinéma d’animation contemporain, unanimement salué par la critique et auréolé de prix, La Tortue rouge figure au programme limitatif du baccalauréat dans le cadre de l’enseignement de spécialité Cinéma-audiovisuel deux ans seulement après sa sortie en salle. À l’heure où l’écriture cinématographique se diversifie et s’enrichit d’apports venus de divers horizons, il semblait nécessaire d’offrir aux élèves une occasion de découvrir les problématiques qui irriguent le cinéma d’animation et la création contemporaine.