Réussir le Capes de Lettres modernes - Épreuve orale d'analyse d'une situation professionnelle - option latin Agrandir

Réussir le Capes de Lettres modernes - Épreuve orale d'analyse d'une situation professionnelle - option latin

par Fabienne Sebert-Lilloni.

Plus de détails

460704

9782350307046

18,01 €

Clefs-Concours

S'adressant à tous les candidats aux concours, en particulier à l'agrégation et au Capes, Clefs-Concours offre une synthèse par sujet. Conçu comme un repère par rapport aux monographies et aux cours et comme un outil de révision, chaque ouvrage est articulé autour de fiches thématiques permettant de faire le point sur les acquis de la recherche. 
Synthèse des travaux les plus récents, Clefs-Concours permet de s'orienter dans la bibliographie et de mettre en perspective l'évolution des savoirs.

Clefs-Concours Lettres - Méthodologie

Tous les titres sont organisés autour d'un objectif commun :

  • comprendre les enjeux de l'épreuve,
  • apprendre à raisonner face au sujet,
  • développer une méthode de travail efficace,
  • maîtriser les savoirs et les compétences requis,
  • disposer de fiches pratiques,
  • s'entraîner à partir d'exemples et de contre-exemples,
  • au-delà du concours, améliorer son propre enseignement.



  • Hauteur : 17,8 cm
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 270
  • Reliure : broché

Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15

LES ENJEUX DE L’ÉPREUVE

DESCRIPTIF DE L'ÉPREUVE D'ANALYSE D'UNE SITUATION PROFESSIONNELLE (ASP) LATIN POUR LETTRES MODERNES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19

DESCRIPTION DES ŒUVRES : LES ATTENDUS QUI ÉMANENT DES RAPPORTS DE JURY . . . . . . . . . . . . . . . . .19
Présentation formelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20
Modifications successives du libellé du sujet . . . . . . . . . . . . . . . . . .20
  • Création de l’épreuve en 2013 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20
  • Modification du libellé en 2018 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21
  • Nouvelle modification prévue en 2020 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22
Les attentes du jury . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22
  • L’exposé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23

QUELQUES CHIFFRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25

TYPOLOGIE DES SUJETS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26

LES PROGRAMMES SCOLAIRES : LES DIFFÉRENTES RÉFORMES . . . . . . . . .26
programmes LCA cycle 4 (collège) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28
programmes LCA option lycée (2019 et 2020) . . . . . . . . . . . . . . . .33
programmes LCA spécialité lycée (2019 et 2020) . . . . . . . . . . . . . .39

MÉTHODOLOGIE DE L’ÉPREUVE

LA PRÉPARATION : 3 HEURES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45
10 minutes de mise en contexte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45
45 minutes de version pour aboutir à une traduction originale du passage demandé, à la fois la plus élégante et la plus fidèle possible au texte latin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46
1 heure pour préparer un commentaire littéraire assorti de remarques didactiques et grammaticales : comment bâtir le plan de la séance ? Comment se servir des expressions soulignées ? . . . . . . . . . . . . . . .47
25 minutes d’élargissement à une séquence répondant à un objet d’étude au programme . . . . . .48
25 minutes de rédaction de l’introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48
15 minutes de remobilisation et de préparation à l’entretien . . . . . .49

L’EXPOSÉ : 30 MINUTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49
L’introduction : environ 5 minutes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49
La lecture et la traduction : environ 5 minutes . . . . . . . . . . . . . . . . .49
Le développement de la séance : entre 15 et 20 minutes . . . . . . . . .50
La conclusion : 2 ou 3 minutes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50

L’ENTRETIEN: 30 MINUTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51

ÉLÉMENTS DIDACTIQUES

BÂTIR UNE SÉQUENCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55
La séquence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55
La séance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55

LIRE LES TEXTES EN LCA : DIFFÉRENTS TYPES DE LECTURE EN LANGUES ANCIENNES . . . . . . . . . . . .56
Lecture d’un texte latin accompagné de sa traduction . . . . . . . . . . .57
Traduction juxtalinéaire, faisant apparaître les groupes de mots : un exercice en soi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61
Lecture de textes en traduction française : un élargissement culturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61
Traduction de certains passages : texte à trou . . . . . . . . . . . . . . . . . .62
version . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63
Lecture d’un texte latin seul : lire ou traduire ? . . . . . . . . . . . . . . . .63
Lecture d’une œuvre complète . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65

COMMENT INTÉGRER LÉTUDE DE LA LANGUE à UNE SÉQUENCE ? . . . . .66
Remarques grammaticales ponctuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66
Séance spécifiquement consacrée à la grammaire . . . . . . . . . . . . . .67
La gymnastique grammaticale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70
Le lexique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70

RÉSONANCES DU LATIN ET DU GREC : LA PÉDAGOGIE DE PROJET, L’INTERDISCIPLINARITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . .71
La résonance des textes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .71
La pédagogie de projet et l’interdisciplinarité . . . . . . . . . . . . . . . . .73

FICHES NOTIONS

REPÈRES HISTORIQUES

LA ROYAUTÉ : 753-509 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .81
Mythe et histoire : “la naissance légendaire de Rome” . . . . . . . . . .81
Romulus et Rémus : le dualisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .81
“qu’Albe devienne esclave, ou que Rome succombe” . . . . . . . . . .84
Le viol de Lucrèce comme passage symbolique de la royauté à la république. Le mos maiorum. . . . . . . . . . . . . . . .86

LA RÉPUBLIQUE : 509-27 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .88
Une lutte des classes à l’intérieur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .89
  • patriciens et plébéiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .89
  • Optimates et populares . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .92
Une lutte contre les peuples voisins à l’extérieur, dont Rome sort victorieuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .94
  • La conquête de l’Italie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .94
  • La conquête au-delà de l’Italie : Les guerres puniques . . . . . . . . . . . . . .99
Le Ier siècle : un siècle de guerres civiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .103
  • Marius et Sylla . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .104
  • pompée et César . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .105
  • Octave et Antoine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .106

L’EMPIRE : 27-475 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .109
Les Julio-Claudiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .109
L’année des quatre empereurs : 69 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .109
Les Flaviens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110
Les Antonins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110
Principaux empereurs tardifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111
Les institutions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112
Les mœurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115
L’extension territoriale : les limites de l’empire . . . . . . . . . . . . . . .117

VIE QUOTIDIENNE

LA RELIGION ROMAINE : LA MYTHOLOGIE ET LE CULTE . . . . . . . . . . . . .123

LES LOISIRS : Ludi, Otium . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .132

LA CUISINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .133

VILLE ET CAMPAGNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .136
La ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .136
La campagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .138

LA FAMILLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .141

L’ÉCOLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .141

REPÈRES LITTÉRAIRES

MÉTRIQUE ET SCANSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .143
L’hexamètre dactylique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .143
Le distique élégiaque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .146

LA POÉSIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .147
La poésie lyrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .148
La poésie bucolique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .150
La poésie élégiaque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .151
La poésie didactique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .153
La poésie narrative : l’épopée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .155
La poésie satirique : l’épigramme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .158

LE THÉÂTRE : COMÉDIE ET TRAGÉDIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .160
La comédie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .161
  • De la satura latine à la comédie d’inspiration grecque . . . . . . . . . . . . . .161
  • Les types de personnages de la comédie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .162
  • Fabula palliata . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .163
  • Différences entre Plaute et Térence ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .164
  • Les fonctions de la comédie latine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .165
  • Fabula togata . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .165
  • La farce atellane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .166
La tragédie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .168
  • Le crime tragique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .168
  • Le dolor . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .169
  • Le furor . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .169
  • Les types de personnages de la tragédie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .170

L’ÉLOQUENCE à ROME : LART ORATOIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .173
La rhétorique en Grèce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .173
L’art oratoire à Rome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .175
  • Dans la continuité de la rhétorique grecque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .175
  • L’apprentissage de la rhétorique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .176
  • Ars bene dicendi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .178
  • L’avènement historique de l’éloquence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .179

ÉCRIRE L’HISTOIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .184
Les genres de l’historiographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .185
  • La chronique: l’histoire au long cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .186
  • Les annales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .187
  • La monographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .187
  • La biographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .188
  • La déformation de l’histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .189

LE ROMAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .193
Difficile définition du roman . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .193
L’ambiguïté du personnage romanesque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .196
Des autobiographies fictives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .196
L’autobiographie : Les Confessions de Saint Augustin . . . . . . . . . .197

LA PHILOSOPHIE à ROME : ÉPICURISME ET STOÏCISME . . . . . . . . . . . . .200
L’Académie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .201
Le Jardin : l’épicurisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .204
Le Portique : le stoïcisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .207

LA LITTÉRATURE CHRÉTIENNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .211
Les pères de l’Église : Hilaire, Ambroise, Jérôme et Augustin, entre autres . . . . . . . . . . .213

SUJETS TRAITÉS

EXEMPLE DE SUJET SUR LE THÉÂTRE AU COLLÈGE . . . . . . . . . . . . . . . .221
“vie privée et vie publique : maîtres et esclaves dans l’Antiquité” : la comédie de Plaute . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .221

EXEMPLE DE SUJET SUR LA PHILOSOPHIE AU LYCÉE . . . . . . . . . . . . . . .231
“Figures de sagesse antique : figures de sages, quelles conceptions de la mort ? Comment l’affronter ?” : la mort de Sénèque dans les Annales de Tacite . . . . . . . . . . . . . . .231

EXEMPLE DE SUJET SUR LA POÉSIE AU LYCÉE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .244
“Masculin, féminin : femmes et hommes, représentations sociologiques, représentations et préjugés” : Properce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .244

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

SUR LA LANGUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .251

SUR LA CULTURE GÉNÉRALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .251

SUR LES REPÈRES HISTORIQUES ET CULTURELS  . . . . . . . . . . . . . . . . . .252

SUR LES REPÈRES LITTÉRAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .252

SUR LA DIDACTIQUE DES LANGUES ANCIENNES . . . . . . . . . . . . . . . . . .253

TRADUCTIONS UTILISÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .253

RAPPORTS DE JURY . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .255

BULLETINS OFFICIELS DE L’ÉDUCATION NATIONALE  . . . . . . . . . . . . . .255

GLOSSAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .257

Fabienne Sebert-Lilloni est agrégée de Lettres classiques. Après avoir enseigné pendant seize ans en lycée, elle est professeur à l’Inspé d’Amiens, où elle est responsable du Master MEEF Lettres.

Le présent ouvrage est destiné aux candidats au Capes de lettres modernes qui ont choisi l’option “latin pour Lettres modernes” pour leur deuxième épreuve orale (épreuve d’analyse d’une situation professionnelle : ASP). Il a pour objectif d’accompagner les candidats tout au long de leur année de préparation au concours. L’épreuve contient deux parties : une question de traduction, et une deuxième question portant sur l’élaboration d’une séance de commentaire devant s’intégrer à une séquence pédagogique. Nous ne donnons pas ici de conseils d’ordre grammatical ou syntaxique destinés à permettre aux candidats de traduire le passage imposé. Seul un entraînement quotidien à la traduction, un commerce régulier avec une grammaire et une syntaxe latines, et l’immersion dans la lecture des textes latins en traduction pourront faire progresser les étudiants dans leur compréhension de la langue latine. En revanche, nous proposons des repères et outils utiles pour réussir la deuxième partie de l’épreuve:

des repères méthodologiques: nous proposons la synthèse de tous les rapports de jury des sessions antérieures, et donnons des conseils d’ordre méthodologique pour réussir à gérer son temps de préparation et à répondre aux différentes attentes formulées par les rapporteurs.

des repères didactiques: l’épreuve étant pré-professionnalisante, les candidats doivent avoir des idées claires concernant l’enseignement du latin au collège et au lycée. Nous proposons des exemples concrets de supports et de modalités de travail qui ont fait leurs preuves auprès de nos élèves, et qui sont enseignés dans les Instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation.

des repères historiques, culturels et littéraires : les différentes “fiches notions” proposent des synthèses de notions essentielles qui permettront aux candidats de problématiser leur séance de commentaire, et de cerner précisément les enjeux des textes qu’ils auront à étudier. Les “fiches notions” consacrées à l’histoire sont précédées de tableaux synoptiques qui font apparaître les événements importants et donnent les références d’œuvres d’art en lien avec ces événements.

une sélection de textes latins accompagnés de leur traduction française: à la fin de chacune des synthèses que nous avons rédigées, nous avons choisi un texte qui en illustrait les caractéris- tiques essentielles. Nous n’ avons pas recherché l’ originalité, mais avons recueilli des textes célèbres ou qui évoquent des sujets célèbres, que tout futur enseignant de lettres doit connaître. Ces textes sont accompagnés de quelques pistes de réflexion qui amèneront le lecteur à en cerner les enjeux.

des sujets corrigés qui interrogent certaines entrées des programmes de collège et de lycée (nouveaux programmes en vigueur à la rentrée 2019 pour les élèves de 2nde et 1re et à la rentrée 2020 pour les élèves de Terminale).

une bibliographie volontairement synthétique. Elle sera utile aux lecteurs qui veulent approfondir les points abordés dans cet ouvrage.

un glossaire reprenant les différentes notions évoquées dans le livre.