Manuel de rhétorique à l'usage des gilets jaunes
search
  • Manuel de rhétorique à l'usage des gilets jaunes

Manuel de rhétorique à l'usage des gilets jaunes

14,22 €

Les Gilets jaunes ou le rêve de reprendre la parole

Par Florence Balique

Quantité

  Livraison gratuite

Et en lettre suivie pour la France métropolitaine !

Le mouvement des Gilets jaunes a révélé une crise démocratique questionnant la représentation. Entre la protestation sauvage et la réinvention d’une démocratie directe en assemblée, les manifestants ont tenté de se réapproprier un lieu de parole, rond-point symbolique du lien égalitaire. Rejetant tout leader, sans abandonner l’espoir d’être entendus par le pouvoir, ils se sont laissé piéger dans un engrenage de violence médiatisée. Faute de solution politique, le pays laisse en suspens une demande urgente, dangereux déni d’un problème de fond : la réalité violente d’une fracture sociale qui ne date pas d’hier. Mise en question dans son fonctionnement actuel, la démocratie représentative a été ébranlée par le sursaut d’un affect collectif qui, tout en s’affichant apolitique, porte l’aspiration à une renaissance du politique. Le rejet de la représentation est symptomatique d’un sentiment de trahison, sanctionnant partis et syndicats.

Alors que le discours paternaliste s’empresse de renvoyer les Gilets jaunes à leur silence, il semble urgent de restaurer une place publique où faire renaître le débat, afin de retrouver le sens profondément humain de la vie politique. Le droit à la parole active constitue la clé de voûte d’une démocratie authentique. Mais le relai médiatique a-t-il encore pour vocation de faire entendre la diversité des voix humaines? Chaque citoyen doit pouvoir exercer, « en sa langue », son aptitude à traduire en mots la force qui, animant son existence, la rattache au corps social.

La démocratie ne peut aller sans la divulgation de la force rhétorique, seul antidote connu, à ce jour, contre le déchaînement de la violence dans une société civile. La confiscation de la parole appelle le rapport de force ; ceux qui savent dire l’emportent sur ceux qui, amenés à se taire, doivent opter entre la révolte et la frustration. Reprendre la parole implique d’accéder à une compétence, sans quoi le débat se dilue en pulsions infantiles, chacun cherchant à couvrir la voix de l’autre pour imposer son désir. C’est à une révolution des consciences que devrait mener le mouvement historique des Gilets jaunes, montrant que le rapport dominant/dominé, qui s’inscrit dans le langage, conduit aujourd’hui à l’impasse politique. En dévoilant les secrets anciens du pouvoir de la parole, nous espérons favoriser la floraison d’une démocratie nouvelle et éviter de voir pousser la violence sur la terre brûlée du silence.

Fiche technique

Référence
460593
ISBN
9782350305936
Hauteur :
17,8 cm
Largeur :
12 cm
Reliure :
broché
Format :
poche

Florence Balique est professeur agrégée de Lettres modernes et docteur de l’université Paris IV-Paris Sorbonne. Chercheuse en rhétorique et littérature du XVIIe siècle, elle est notamment l’auteur de l’essai De la Séduction littéraire et du précis S’armer de paroles, jeux et enjeux rhétoriques.