Jusques à quand la terre saignera-t-elle? Agrandir

Jusques à quand la terre saignera-t-elle?


Eric Gautier

Heber Argumedo

 


Plus de détails

460366

12,00 €

L'un est armé de son stylo, l'autre de son appareil photo.

Deux formes de poésie, deux façons de croquer la vie.

Deux manières de montrer le monde et les hommes,

de dénoncer les injustices et l'indifférence, leur aveuglement et leur avidité.

Mettre en vers pour remettre en question. Fixer l'image pour secouer les consciences.

L'actualité des mots de Cahiers de doléances d'antan éclairés par les clichés d'une errance franco-argentine contemporaine.

  • Hauteur : 19 cm
  • Largeur : 19 cm
  • Nombre de pages : 72
  • Reliure : broché

Éric Gautier est troubadour, célèbre dans la région Poitou-Charentes. Auteur-compositeur, photographe, poète : cette carrière d'artiste est le pendant de son engagement politique, qui l'a mené jusqu'à la présidence du Conseil général des Deux-Sèvres. Ses publications chez Atlande reflètent ce parcours riche et divers : littérature de jeunesse (Petits poèmes pour s'endormir, Coccinelle, hirondelle et quelques autres...), essais engagés (Pour en finir avec la langue de bois, Vive le département!) et plusieurs ouvrages dans la collection "Photo-Philo" (L'Œil oblique et Les Soliloques du Cormoran). Dans ce livre, Éric Gautier signe un texte puissant et actuel, nourri par l'histoire poitevine, expression poétique de sa révolte contre l'injustice qui dure.

Heber Argumedo est né en 1981 à Mendoza, la capitale argentine du vin, au pied de la cordilllère des Andes, dans une famille d'alpinistes, de danseurs et d'artistes. Après avoir étudié à la prestigieuse École de photographie créative Andy Goldstein de Buenos AIres, il a été photoreporter pour les quotidiens El Ciudadano et Los Andes. Musicien lui-même, Heber Argumedo a aussi été le photographe des groupes argentins Altertango et Escuela de la calle, avant que son coeur ne le porte soudainement vers Paris, en 2010. Chez Atlande, La Voie étroite rassemble des clichés de sa première année d'errance - barrière de la langue et aléas du visa. Pour illustrer le présent ouvrage, le photographe est parti à la rencontre de la solitude des autres, ceux dont on ne parle pas, et l'a mise en regard avec des scènes de son pays natal.

L'homme titube en relevant la tête

Il n'a pour lui qu'un rêve de tendresse éphémère et fragile