Formes de l'action poétique Agrandir

Formes de l'action poétique

René Char, Fureur et mystère

Mahmoud Darwich, La Terre nous est étroite et autres poèmes

Frederico Garcia Lorca, Complaintes gitanes

Eve de Campierre, Emilie Picherot, Carole Boidin

Plus de détails

460399

19,00 €

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Clefs concours - Littérature comparée
Tous les titres sont organisés autour d'une structure commune :
- des repères : un rappel du contexte historique et littéraire de chaque œuvre ;
- une analyse de chacun des éléments du corpus ;
- les thématiques qui structurent le sujet ;
- une synthèse des enjeux de la question ;
- des outils méthodologiques, notamment bibliographiques ;
- un système de circulation entre les fiches et les références bibliographiques.

  • Hauteur : 17,8
  • Largeur : 12 cm
  • Nombre de pages : 288
  • Date de disponibilité : (ne pas remplir) 21/10/2015

Ancienne élève de l’École normale supérieure (Ulm), agrégée de lettres classiques, licenciée d’arabe littéral et docteur ès lettres (doctorat sur L’invention du conte comme forme littéraire. Lectures croisées de l’Âne d’or et des Mille et une nuits dans leurs versions anciennes et leurs reprises à l’époque d’Antoine Galland), Carole Boidin est maître de conférences en littérature comparée à l’université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense.

Ancienne élève de l’École normale supérieure (Ulm), agrégée de lettres modernes et docteur en littérature comparée (thèse intitulée Une interrogation si vive adressée à l’Égypte. Transformations de l’Égypte du xxe siècle dans les écrits égyptiens et européens), Ève de Dampierre-Noiray est maître de conférences en littérature comparée à l’université Bordeaux Montaigne. Elle a publié De l’Égypte à la fiction. Récits arabes et européens du xxe siècle (Classiques Garnier, 2014) et a co-dirigé le volume Traduction et partages ; que pensons-nous devoir transmettre ? issu du 37e congrès de la SFLGC (Vox poetica, 2014).

Ancienne élève de l’École normale supérieure (Ulm), agrégée de lettres modernes, licenciée d’arabe classique et docteur en littérature comparée (thèse sur Le lieu, l’histoire, le sang : l’hispanité des musulmans d’Espagne dans les littératures arabe, espagnole et française, xve-xviie siècles), Émilie Picherot est maître de conférences à l’université de Lille 3. Elle a co-dirigé Récits d’orient en Occident (Publications de l’université de Paris-Sorbonne, 2008) et Orientalisme et comparatisme (Publications de l’université de Saint-Étienne, 2014).

Toutes les trois sont à l’origine, avec Inès Horchani, de la création du réseau Littérature générale et comparée - Mondes arabes dont le carnet, à l’adresse : http://lgcma.hypotheses.org/, est rédigé par un groupe de chercheurs en littérature comparée ayant pour point commun d’intégrer des documents en arabe dans leurs corpus d’étude et d’enseignement. Elles ont rédigé ensemble toutes les sections de cet ouvrage.


Introduction

Repères et analyses

Lorca, Complaintes gitanes

Repères 
Un poète 
La génération de 27
L’Espagne dans les années 1920
Le romancero 
Composition du recueil
Traduction du recueil

Analyses 
Le duende et l’action poétique
L’identité andalouse complexe et revendiquée

Char, Fureur et mystère

Repères 
Le temps d’une vie
Fureur et mystère : temps de la “plénitude” et temps du doute
Formes poétiques

Analyses 
Les sens d’un titre
La contre-terreur
Vers “l’en-avant” du poème `

Darwich, La terre nous est étroite

Repères 
Une nakba personnelle et collective
Éducation et langue
Porter la lutte sur tous les fronts : prison et activisme
Les poètes de la résistance
Le choix de l’exil et ses paradoxes
La mise à distance du poète porte-parole
Le mythe Darwich et les polémiques
L’anthologie La Terre nous est étroite et autres poèmes : une anthologie classique ?
Questions de composition : reprendre les formes et leur tordre le cou

Analyses 
Porter la voix d’un peuple : un itinéraire poétique
“Universel et singulier” : l’exil et la poétique des lieux communs
La “patience de la distance” et l’entreprise du lyrisme épique 

Thématiques

Lieux

Federico García Lorca : le chant de l’Andalousie 
Un poète andalou : toponymes et paysages
Un espace clos, scène d’une tragédie collective
Un espace doué de parole
Nommer le lieu
L’espace cosmique : l’impossible fuite

René Char : arpenter l’espace 
Le promeneur vauclusien
Résistance du poète et du paysage
L’écoute du lieu
Un lieu déterminé et propre au poète : le lieu de la lutte
L’ici et l’ailleurs
“Plus immense que la terre” : l’enracinement comme lieu de l’universel

Mahmoud Darwich : la Palestine comme métaphore 
Un lieu fantôme
La permanence de la terre
Trahison du lieu
Lieux éloignés
La maison

Temps et histoire

Lorca : le poème narratif au service d’une histoire collective 
Un genre narratif lié à l’Histoire
L’histoire andalouse : un rapport spécifique à l’identité collective
Des poèmes narratifs : le poème chronique du temps présent

René Char : écrire ou faire l’histoire 
Avant Fureur et mystère 
Entrer en Histoire
Témoigner
Après la guerre

Mahmoud Darwich : “J’ai comblé l’absence de lieu par le recours à l’histoire” [La Palestine comme métaphore] 
Histoire universelle des perdants
L’histoire de la Palestine : vagues de conquêtes et de massacres
Le Christ entre figure historique et symbole national
Faire l’histoire : témoigner, rappeler, le poète palestinien support de son histoire et de son lieu 

Langue, voix, rythme

Lorca, Complaintes gitanes : la voix des Gitans ou la “peine sombre”
Le romancero renouvelé
Une esthétique de la discordance dans la clarté
Une œuvre polyphonique
Insuffler rythme et musique dans le poème
Le chant profond des Gitans
“Sous les eaux demeurent les mots”

Fureur et mystère de René Char : la “transhumance du verbe” 
Hétérogénéité et rupture des formes
Vers, pauses, ponctuation : une lecture du Visage nuptial 
Cadence et pauses : traduire le “présent crénelé”
Parole injonctive, aphorismes, maximes : langue du devoir et de l’action
Une langue des images : fulgurance pragmatique et hermétisme
L’effort du poète

Mahmoud Darwich, “suspendu à un poème sans fin” 
“Qui viendra après moi m’inclura dans sa conclusion” : l’héritage des formes poétiques
Un univers linguistique
Représentations de la parole et du chant
Le “locuteur absent” ou l’identité dans la langue
Langue et action poétique

Mythes, symboles, images

Lorca et l’imaginaire andalou
Une mythologie “gitanisée” : syncrétismes
Tradition et modernité : une imagerie singulière entre la “muse” et le “duende”

René Char, l’imagination et ses sources 
Rejet des mythologies et des symbolismes autoritaires
La fabrique de l’image : vers une mythologie de combat
Images de l’activité poétique : faire sortir le verbe de la glèbe

Darwich, une imagerie en échos 
Des mythes aliénants à une nouvelle Genèse
Opposer l’Histoire au mythe : le poète troyen et l’imagerie du désespoir
La nostalgie du quotidien : la métaphore comme lieu du lien

Amour, corps, sens

Complaintes gitanes : le sang et les larmes  
Le sexe : viol et frustration
Corps meurtris
Sens et sensualité
Mort d’amour

Char : une “entente aux mouvements tendres” 
Un rapport primitif et sensuel au monde
Désir et érotisme
“La vue du sang supplicié”
“Mille fils confiants” : le camarade, le frère
Le lyrisme amoureux ou “la rencontre du présent”

Darwich : “Rassemblés par ce qui nous disperse” 
Du désir des amants à l’étreinte
L’attente ou l’impossible union des corps
L’injonction aux adieux
La mère et la terre
L’amoureux émigré, l’adversaire des liens

Dialogues intertextuels

Intertextualité, intermédialité
Lorca : faire dialoguer tradition et modernité
Char, “que la main du défunt ne se voie pas”
Darwich : une voix parmi d’autres
Darwich lecteur de Char et de Lorca

Combat, lutte, résistance

Lorca : le combat du duende 
Les rixes et les courses de taureaux
Viol et violence : luttes des genres

Char : l’expérience du combat
Matérialité et inventaire
Le combat comme essence de l’homme
Violence humaine et violence du monde

Darwich : le combat imposé
Bruits de bombardements et de massacres
L’espace intime, impossible conquête 

Synthèse

Un lyrisme renouvelé
La lyre, l’épique, le récit
Je et collectivité
Harmonie et musicalité
Un discours de haut degré ? Inspiration et exténuation
L’intensité : éloge, indignation, châtiment
Le “poète engagé” et les enjeux de la lecture
Un “engagement” dans la durée : les dynamiques du sens
La poésie peut-elle changer le monde ?
Le communisme, l’action politique, le militantisme
De l’expérience individuelle à l’universel : la forge des larmes

Bibliographie